Lors du dernier festival d'Annecy, la réalisatrice roumaine Anca Damian est  venue présenter en compétition,  son film "L'extraordinaire voyage de Marona "  (voir chronique ici meme); un film qui sortira au tout début de l'année 2020 dans les salles françaises. 

C'est à l'occasion  de la présentation de son troisième long-métrage d'animation que nous avons pu très longuement échanger avec elle. 

Rencontre avec ANCA DAMIAN pour L'Extraordinaire voyage de Marona ( en salles le 8 janvier 2020)

anca-damian-92060

D'emblée, Anca Damian nous a expliqué  être adepte de l'animation "hors normes ( rien à voir avec le film des Toledano Nacache)". 

Pour elle, c'est l'histoire qui dicte la technique qui doit être utilisée; technique qui va permettre d'accroître l'émotion, ou de donner plusieurs niveaux de lecture au film. Chaque film a son "vêtement", comme le précise la réalisatrice. Dans "Marona", le style graphique et animé change au cours du film avec chaque maîtres. 

La réalisatrice détaille  ses choix en disant que chaque maître et donc chaque style, retracent une histoire de l'homme au XXe siècle. 

Mais ces trois temps peuvent aussi être interprétés comme les trois âges de la vie : l'enfance où tout est possible, l'adolescence où plus rien n'est possible et la maturité qui pousse à prendre les choses comme elles sont et à aimer tout un chacun. 

anca-damian-92059-250-400
Pour développer cet univers graphique unique et divers, Anca Damian a fait travailler trois artistes : Brecht Evens était conseiller visuel et s'occupait de la création de personnage depuis Paris, Gina Thorstensen et Sarah Mazetti, l'une à Barcelone et en Norvège et l'autre en Italie, s'occupaient des décors. 

Elle les a réuni tous les trois,  au début de la production pour leur expliquer les concepts de chaque séquence présentés dans la note d'intension, puis ils sont partis chacun de leur côté. 

Leur consigne étant suivre le concept à la lettre, mais en le traitant avec leur couche créative personnelle. 

Pendant la production, la réalisatrice a eu une relation individuelle avec chacun d'entre eux, mais elle ne leur montrait le travail des autres que si cela était nécessaire. 

"Marona" est tiré d'une histoire réelle, celle d'un chien que la réalisatrice a sauvé il y a quelques années et qu'elle remercie au générique, mais c'est une idée de Brecht de la rendre noir et blanche, afin de la singulariser par rapport au reste du décors. 

Il l'a aussi habillée, avec sa veste noire et ses chaussettes blanches. Il lui a aussi donné un nez en forme de coeur retourné pour l'humaniser.

Dans son développement des personnages, la consigne que lui a donné la réalisatrice était qu'ils devaient porter leur subjectivité. 

C'est pour cela par exemple, que le Grand Père, qui est bloqué mentalement et physiquement est représenté de cette façon.

 Il en va de même pour la compagne d'Istvan ou pour la mère de Marona, dessinée dans un style très réaliste, mais dont la chevelure, domaine de l'intime, s'étend quand elle est relâchée.

 

Marona_stills_1

L'autre grand travail artistique est celui des voix, qui sont arrivées très tôt dans la production. Anca Damian voulait une voix adulte pour Marona dès le départ, car c'est de ce point de vue, celui de la maturité, qu'est raconté l'histoire. 

Comme dans ces deux précédents films, la narration est prise en charge par une voix off et le scénario de "Marona" reprend d'une certaine manière la structure de ses précédents films. 

Marona_stills_1


Anca Damian  nous également longuement raconté sa rencontre avec Bruno Salomone, qui fait la voix de Manole : il dégage une énergie et il possède une habilitée avec les mots propres aux humoristes. 

Elle voulait qu'il fasse toutes les voix d'hommes, mais elle s'est finalement résolue à choisir d'autres acteurs. Contrairement à sa méthode avec les artistes, elle a mis en relation tous les comédiens et les à fait enregistrer ensemble les scènes où ils étaient à plusieurs. 

Pour Anca Damian, le film n'est pas un film roumain, c'est pour ça qu'elle a choisi le Français, qui était plus confortable pour travailler, bien que le film ne soit pas particulièrement un film français non plus. 

Elle est d'ailleurs en train de travailler sur la version anglaise du film dont elle gère le casting des voix.Marona_stills_1

"Marona" est à ses yeux sans doute le film le plus grand public d'Anca Damian, mais elle explique que c'est aussi son film le plus engagé car "Marona" est un film "déguisé". 

Sous couvert d'être un film familial, où le tragique et le drame sont cassés par l'humour, il s'agit aussi d'une réflexion sur les humains, où la réalisatrice propose une réflexion sur l'amour inconditionnel. 

C'est un film sur l'empathie et sur la nécessaire éducationnelle d'un rapport à l'autre, deux valeurs aujourd'hui universellement méprisées dans un système de pouvoir destructeur. 

Bien que l'idée lui semble naïve, elle explique qu'encore aujourd'hui elle fait des films pour changer le monde. Son prochain projet, un film d'animation musical sur les réfugiés en est la preuve, si besoin, il y avait à le prouver. 

Affiche

Enfin, la réalisatrice nous a expliqué que, de la même façon que c'est l'histoire qui impose le style, c'est également l'histoire qui impose le choix entre le cinéma live et l'animation. 

Elle a fait des films en prise de vue réelles, elle y a acquis une certaine liberté, qu'elle explique être plus dure à obtenir qu'en animation, car la caméra, les décors et les acteurs prennent plus de place face au concept. 

Aujourd'hui plus indépendante, elle exprime son envie d'aller aussi du côté de ce cinéma plus classique, il lui faut seulement un sujet.  

 Anca Damian - L'Extraordinaire Voyage de Marona/ Propos recueillis lors du festival  dAnnecy 2019

L’EXTRAORDINAIRE VOYAGE DE MARONA  De Anca Damian

Avec les voix de : Lizzie Brocheré (Marona), Bruno Salomone (Manole), Thierry Hancisse (Istvan), Shirielle Mai-Yvart (Solange), Maïra Schmitt (Solange)... 

Date de sortie 8 janvier 2020

 L'extraordinaire voyage de Marona – trailer | IFFR 2020