Jai-tué-Jimmy-Hoffa

 Qui aujourd'hui, parmi la jeune génération,  sur le « vieux continent » qu'est l'Europe , a une idée précise  de qui était « Jimmy Hoffa » ?

 Adaptation du récit "  J'ai tué Jimmy Hoffa " de Charles Brandt, "The Irishman",   disponible exclusivement sur Netflix signe le grand retour de Martin Scorsese au film de mafia et nous permet de mieux appréhender cette figure essentielle du syndicalisme américain. Malheureusement, la version cinéma de Scorsese nous a - nettement- moins convaincu que le livre dont il est inspiré.

Son casting de prestige comptant Robert De Niro, Al Pacino et Joe Pesci, le rajeunissement numérique  par la technique du " deaging" , le fait qu'il ne soit pas projeté en salles en France, le fait que la production ait du débourser plus de 150 millions de dollars, et les 3h30 du film  auront  en tout cas fait couler beaucoup d’encre et beaucoup de post sur les réseaux sociaux  et donnaient des espoirs solides qui s'écroulent à la vision de ces très longues heures .

The Irishman sur Netflix

Après avoir vu le film sur Netflix et lu le livre de  Charles Brandt, on se demande si la lecture n'a pas été un meilleur moment que le vision de ce film, très longue et assez ennuyeuse.

Le livre et le film  parlent d'Hoffa certes, mais suivent  surtout le parcours Franck Sheeran dit « L'Irlandais », un tueur à gages de la Mafia à Philadelphie (entre autres). Celui ci a confié son histoire à Charles Brandt, au crépuscule de sa vie et s'attribue l'enlèvement et l'assassinat de Jimmy Hoffa, ex-leader syndical des Teamsters (le puissant syndicat des camionneurs aux US).

Disons que le  livre  nous permet de nous  faire une idée sur qui était vraiment Jimmy Hoffa, avant son assassinat, autrement dit un homme aussi complexe que charismatique, qui a su marquer son époque.

Le livre retrace parfaitement  le parcours de vie de Jimmy Hoffa, ainsi que celui d’un certain Franck Sheeran dit « l’Irlandais » et on apprend plein de choses ( trop?, car tout n'est pas très clair) sur la peinture complexe du monde syndical  américain des années 50-60 et son lien étroit avec la politique et la sphère mafieuse .

Photo du film THE IRISHMAN

 Un tueur à gages de la Mafia qui confie son histoire à Charles Brandt, mais qui n’a pour autant jamais avoué son crime au tribunal.

Avec le livre de Charles Brandt,  on découvre les grandes lignes de  l'existence de ce personnage d'une envergure et d'un charisme extraordinaire,à travers  les yeux de son homme de main, qui lui, finalement est un homme assez banal et qui ne fait qu'exécuter les ordres qu'on lui donne sans vraiment réfléchir aux conséquences .

irishman

Ce livre « J'ai tué Jimmy Hoffa » de Charles Brandt) ( édité aux éditions Le masque à l'occasion de la sortie du film sur Netflix)   constitue un excellent matériel de base porté par des faits réels bien documentés , les deux oeuvres se  concentrant  surtout sur les liens entre Franck Sheeran et Jimmy Hoffa.

 Mais le film déçoit, loin des grandes réussites du maitre Scorsese ( dont la dernière pourrait bien être les Inflitrés en 2006, sa dernière incursion dans une période contemporaine soit dit en passant). En effet, avant l'arrivée d'Hoffa-  Al Pacino- au bout de presque une heure de film, on a l'impression que  rien de bien interessant n'est montré à l'écran.

Un des gros problèmes du film est quand même cette idée de  rajeunissement en effets spéciaux.

Ce procédé fige le jeu des acteurs,. laa morphologie des corps des acteurs et la manière dont ils bougent ne correspondent pas parfaitement au visuel de leur visage, et tout cela  se voit  beaucoup et détourne l'attention du spectateur.

Par ailleurs, beaucoup  de personnages et d'acteurs  qui figurent dans le livre sont  ici mal exploités et sont assez incompréhensibles à l'histoire,  même quand on a lu le livre, on pense à ceux joués par Harvey Keitel ou Bobby Carnavale .

The Irishman, Al Pacino, Netflix, Martin Scorsese

 Malgré des décors soignés,et une dimension historique intéressante,  le film ne convainc jamais vraiment - sauf peut etre dans sa dernière demi heure, qui assume vraiment le côté testamentaire de son histoire.

Il faut dire que même s'il est à l'intiative du projet, le jeu de  Niro a du mal à surnager,  donnant même parfois l'impression de s'auto-caricaturer. heureusement Al  Pacino,en Jimmy Hoffa et Joe Pesci revenu de sa longue retraite grâce à l'insistance de Scorsese s'en sorte  mieux  ( notamment Pesci en parrain calme, posé, presque bienveillant :loin de ses prestations hallucinées dans les autres fims avec Scorsese

Bref,  on est loin des Affranchis ou Casino. 

Alors, certes  grâce au film, qui a explosé les chiffres d'audience sur Netflix,  la popularité de l'histoire de Hoffa  va remonter en flèche et tous réapprendront à connaitre mieux qui était Jimmy Hoffa, et cela est forcément salutaire, mais pourquoi ne pas plutôt aller voir du côté du solide ouvrage de Charles Brandt que du film du pourtant immense Martin Scorsese .

 irishman2