1284238-dr-dr-dr-dr-dr-dr

Comme Libération, je fais partie de ceux qui ne comprennent pas pourquoi  le nom de Cyril Mokaiesh n'a pas encore explosé auprès nom du grand public depuis la dizaine d'années qu'il ne cesse de confirmer son talent et depuis la dizaine d'années que l'on ne cesse de dire à quel point l'artiste est formidable .


Ce chanteur atypique, chantre d’une variété française puissante et pleine d’emphase, qui fait souvent penser au génial Nicolas Perac  flirtant avec le folk-rock est un vrai poète des temps modernes  qui réussit à nous surprendre à chaque disque et collaboration.

Lyrique, flamboyant, exalté, subjectif, avec ce qu'il faut d'auto dérision et de hauteur de vue, Mokaiesh n'aura  fait en dix ans  que confirmer ses promesses avec tous ses projets  dont le magnifique projet des  Naufragés, en compagnie du pianiste Italien Giovanni Mirabassi)  qui sont à chaque fois  empreint d’un romantisme à fleur de peau et habité d’une ardente révolte.

Bref, je n'ai jamais caché mon enthousiasme devant l'immense talent de  Cyril Mokaiesh... et son dernier album à ce jour, , « Clôture », m avait laissé un tel souvenir que je craignais de ne pas être aussi emballé par  son retour trois ans plus tard un retour qu'il revendiquait lui même comme totalement différent de ce qu'il avait fait jusqu'à présent .

Or,  avec son nouveau projet  , « Paris-Beyrouth »Cyril Mokaiesh  qui a eu besoin d'une pause dans sa vie parisienne s'est posé  à Beyrouth, berceau de sa famille depuis  plusieurs générations et le résultat, quoique déconcertant dans les premières écoutes, s'avère finalement tout aussi formidable que le reste . 

« Paris-Beyrouth », vu par Cyril Mokaiesh, c'est de l'électro rock, parfois mélancolique, souvent poétique et un voyage formidable dont on ressort sens dessus dessous.

QEUKJ2PGEWDLB54NFNPOBSTJFQ

« Je m'en vais pour un voyage/Percutant comme l'orage/Pour que me suive qui m'aime/Oublier tous mes problèmes/De femmes, de fric, de réussite/De bonne étoile qui vous quitte un soir de mai », annonce Mokaiesh dans « L'origine », qui ouvre ce journal de bord d'un exilé qui revient goûter à ses racines enfouies mais toujours ancrées au fond de son inconscient .  « Retour à l’origine / Au champ de mes racines »…

Le refrain de L’Origine, la première chanson de Paris-Beyrouth, le nouvel album de Cyril Mokaiesh, est d’une limpidité biblique. Il est retourné là d’où il vient  et ce retour aux sources le ravit. 

Confronté à une autre culture que celle de Paris qui l'a construit,  Mokaesih  a plongé  tête la première dans Beyrouth pour cet album  hommage à ses racines et à la richesse culturelle du Liban, , un album engagé et tout en poésie où la douceur de certains morceaux « Près de vous » et « C'est l'heure » contraste joliment avec la fièvre militante du Grand changement.

  Un mariage entre ses deux cultures étonnant et ambitieux .   Les sonorités  électroniques se  mélangent à la chaleur des instruments orientaux traditionnels., comme l'oud de "Au nom du père,"  presque rappé  en duo avec la  chanteuse libanaise  Razane Jammal ou bien encore dans .La Lueur, avec  la comédienne et rappeuse Sòphia Moüssa,  sans oublier cet étonnant Cantique des oiseaux persan qui donne son titre à une chanson  dans lequel il se demande si on peut faire confiance aux oiseaux ? »

 

Réalisé en collaboration avec son vieux complice  Valentin Montu, rencontré pendant l’enregistrement de son premier album solo, Du rouge et des passions, en 2011, Paris Beyrouth est un opus  électro/ oriental du meilleur effet qui se bonifie au fil des écoutes.

Ccyril Mokaiesh n'en a décidemment pas fini de nous surprendre. 

« Paris-Beyrouth » de Cyril Mokaiesh, Un plan simple/Sony, 16 euros le CD, 22 euros le livre-disque;

Il sera en tournée à partir du 12 février à Rennes, dont le 3 mars au Trianon, à Paris.