141439_couverture_Hres_0

En 2017, Antoine de Galbert, a choisi de donner au musée des Confluences sa collection de 500 coiffes rassemblées depuis plus de 30 ans.

"Les coiffes touchent à l'intime. Elles complètent le corps, ornent le visage, le transforment ou le masquent. Elles sont portes pour soi ou pour être vues par l'autre, ouvrent un dialogue ou traduisent une différence sociale. Leur fonction est utilitaire ou symbolique."

Après un entretien avec Antoine de Galbert sur les circonstances et les raisons de la constitution de cette collection et des textes de spécialistes sur la signification des coiffes, ce beau livre montre toutes les facettes et les fonctions remplies par les coiffes.

coiffe2



La coiffe peut en effet être une protection physique et symbolique (chapeau de rizière, coiffe à tête de tigre...), un objet de communication (capuchon de deuil par exemple), objet de pouvoir (avec souvent des matériaux rares et coûteux), reflet de croyances humaines (coiffe de chaman, couvre chef porté par les derviches persans, coiffe de moine bouddhiste...). 

Elle peut valoriser l'esprit guerrier, accompagner les filles vers l'âge adulte, rythmer la vie (masque de père d'un nouveau né, casque de circoncis..;).
Ce catalogue richement illustré (chaque photo de coiffe étant accompagné d'élément sur l'époque, le lieu, les matières, les dimensions) interroge à la fois la nature des couvre chefs ( portés partout dans le monde) et le statut des individus qui les portent.

coiffe3

Étonnants souvent, spectaculaires parfois, ces coiffes rassemblés dans ce catalogue sont une invitation à prolonger l'exposition Le monde en tête, la donation Antoine de Galbert  présente jusqu'au 15 mars 2020 au Musée des Confluences ou à y revenir avec un nouvel éclairage. 

le monde en tête , la donation d'Antoine de Galbert, seuil et musée des confluences