ANDLT_DVD_3D_COLLECTOR[2]

 

" Au nom de la Terre", réalisé par Edouard Bergeon et interprété notamment par Guillaume Canet a reçu trois nominations pour les prochains Césars.

L’histoire de cette famille a attiré près de deux millions de spectateurs dans les salles obscures, un succès qui s'est essentiellement bâti dans le monde rural et les petites villes

Comparé souvent à Petit Paysan d'Hubert Charruel, c'est plus au film de Francois Dupeyron "C'est quoi la vie" , réalisé en 1997 avec Eric Caravaca et Jean Pierre Daroussin qu'" Au Nom de La Terre" fait penser, notamment par sa finalité commune, celle de mettre le curseur sur les suicides d'agriculteurs souvent poussés à bout par un travail harassant et très mal récompensé. 

 Au nom de la terre est en fait inspiré d'un documentaire réalisé par le cinéaste, "Les Fils de la terre », un quatre-vingt-dix minutes dans lequel Bergeron suivait Sébastien, un agriculteur dont la trajectoire  rappelait celle de son père. et que Guillaume Canet a vu un peu par hasard et a adoré au moins d'alerter le producteur Christophe Rossignon sur la nécessité d'incarner le père de'Edouard Bergeron dans la première fiction qu'il avait prévu de réaliser.

Le premier long métrage d'Edouard Bergeron réussit ainsi à  mêler l'intimité de cette saga familiale à un contexte plus large de l'évolution du monde rural, impacté de plein fouet par la mondialisation qui est arrivé au mitan des années 90.

andlt_cnord-ouest-films_12-1600x670

 Le film montre bien ce  système pernicieux qui voient des banques refuser de préter un peu d'argent aux agriculteurs dans le besoin, mais acceptent de suivre l'agriculteurs dans des grands projets de rénovation et de nouvelle exploitation si des structures comme la chambre d'agriculture sont derrières, quitte à ce que ces projets soient bien peu adaptés à la puissance de la dite exploitation. 

 Mais loin du pamphlet  à charge d'une profession qui s'est déshumanisé,  "Au nom de la terre" porte un regard humain et sensible sur la transformation du secteur agricole de ces 40 dernières années..

Le réalisateur réussit à toujours faire  primer la sphère familiale sur la dimension engagée du film, qui reste toujours en toile de fond.

andlt_cnord-ouest-films_3-1600x670

À la fois  très touchant, personnel et universel, " Au nom de la terre" bénéficie en outre d'un casting exceptionnel.

Evidemment, en premier lieu  de ce casting 4 étoiles, figure  Guillaume Canet, très impliqué dans le projet mais aussi Anthony Bajon (déjà formidable an agriculteur dans la série jeux d'influences)  Rufus, en père vieille France rigide mais soucieux  ou bien encore Veerle Baetens, l'innoubliable mère d'Alabama Monroe, qui, en mère courage qui tente de faire tenir la famille à bout de bras, rend parfaitement compte de l'importance de son statut dans le fragile édifice familial .

Alors certes, la mise en scène est parfois un peu appliquée et lorgne quelquefois du coté de la grande saga  télévisée du service public, mais le scénario est suffisamment ténu et attentif aux petites choses de la vie  et la caméra de Bergeron suffisamment subtile et sensible pour convaincre et faire de ce beau "au nom de la terre" un film à voir dès sa sortie en salles mercredi prochain  

 

DVD, édition DVD collector et BRD le 4 février

 
 AU NOM DE LA TERRE, un film d'Edouard Bergeon, avec Guillaume Canet ! Le 4 février  en édition vidéo DVD simple  Double DVD collector et Bluray:

BONUS

 

• DVD simple: le film commenté par Edouard Bergeon et Guillaume Canet + Entretien avec Edouard Bergeon + une scène coupée (fin alternative, 8 minutes) + bande-annonce.

• Double DVD collector et Bluray: bonus de l’édition simple + Les Fils de la terre, le documentaire d’Edouard Bergeon.