jeudi 13 février

Festival Ciné Ô Clock 2020: Retour sur plusieurs films : Hope Gap, The last tree, Denmark, Official Secrets

  On en a parlé dès l'ouverture samedi soir avec le spectaculaire The Keeper : comme chaque année depuis maintenant 25 ans, le Zola se pare des couleurs de l';Union Jack pour le festival de cinéma britannique et irlandais Ciné OClock, C'est l'occasion idéale  de découvrir ce que la cinéphile Albion compte de talents passés et présents, à commencerpar David Bowie, dont les éclairs de génie strient la programmation. Quatre jolies découvertes ont notamment ponctué la semaine. 1/ On commence par... [Lire la suite]

jeudi 13 février

Lecture en poche: Camarade Papa, de Gauz: un roman tout en couleur et en contrastes

"Je suis né là. Je connais toutes les vitrines à bisous et elles me connaissent toutes. Lors des sorties de la classe populaire, je bonjoure toute la rue. Marko-le-jaloux me chuchote « Klootzak ! » Réaction : tirage automatique de cheveux et lutte de classe. On finit en lacets par terre. Les autres enfants de la classe populaire crient et rient, les maîtresses se follent, Yolanda sort trapper Marko au-dessus de moi. La lutte de classe se fait toujours devant la vitrine de Yolanda. Marko se trompe : Maman ne vend pas des bisous.... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 15:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 13 février

Théâtre : Josie Harcœur aux Célestins : le fantôme de l'Olympia....

Une tendre comédie musicale un doux parfum surannée      Après Ultra-Girl contre Schopenhauer,   échappée kitsch et pop dans l’univers fantasmé d’une super héroïne de bande dessinée, la jeune compagnie De Onze à Trois heures  menée par le photographe lyonnais Cédric Roulliat présente sa seconde  création théâtrale toujours aux Célestins avec Josie Harcœur.  Une nouvelle embardée théâtro-musicale dans l’univers de la culture pop dont il signe le texte... [Lire la suite]
jeudi 13 février

Jeudi Polar/ Mitclan, Sebastien Rutès : un road trip hallucinatoire et spirituel

  "Et c'est parce que les cadavres sont si bien rangés, allignés, parrallèles qu'il ne faut pas rouler trop vite, pas seulement pour ne pas attirer l'attention des flics ni crever un pneu mais surtout pour ne pas déranger  ce bel alignement toute cette belle organisation, le dernier refuge d'ordre et de propreté dans le chaos du monde, cette sensation d'harmonie que Gros a ressenti quand le commandant a ouverte les portes...." Deux hommes qui ne sont jamais nommés autrement que par ses qualificatifs suivants , le Vieux... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,