Couv

 

"Après la réunion, plateau de fruits de mer chez Lipp, déjeuner qui s’éternise en récompense du devoir accompli. On pourra voir ce genre d’hommes boire des cocktails dès l’happy hour dans les endroits chics de la ville, Le Baroque ou Le Griffin’s Café, noeuds de cravate desserrés, visages rubiconds à l’aube du week-end. n suit le courant des fantastiques années ’80, Thatcher, Reagan, ce second souffle de l’ultralibéralisme lève définitivement le voile sur nos démocraties, l’idéal politique entamé par l’idéal économique et financier." 

 

Genève, fin des années 80. Avec la chute du bloc de l'Est, capitalisme et libéralisme sont rois. Surfant sur les possibles, les Golden boys menent les débats. C'est le cas d' Aldo, prof de tennis gigolo et Svetnala, financière aux dents longues qui ont soif de tout. Ils veulent plus d'argent, plus de pouvoir, plus de reconnaissance.
Les voilà qu'ils ambitionnent de réussir un grand coup et d’empocher cet argent qu’ils transportent semaine après semaine.

Mais à trop en vouloir , ne risquent ils pas au final  de tomber sur plus forts et malins qu'eux?

On avait parlé de Joseph Incardona, écrivain suisse d’origine italienne. à l'occasion de la sortie en poche d'une saison en enfance 

Joseph Incardona est actuellement  sous les feux de l'actutalité de cette rentrée d'hiver littéraire 2020 avec La soustraction des possibles  qui dresse une véritable comédie humaine aux personnages marqués par l'espoir de tout gagner.

On  a ingurgité ce gros  mais très passionnant  roman  noir de la finance dont l'argent est au centre des débats  

Incardona nous épate par sa construction de son récit et la puissance de son  écriture., qui surfe sur les différents modes de narration et de rythmes,  est proprement imparable. 

Un roman haletant sans concession,  cynique et à lire comme un page turner 

Joseph Incardona

La soustraction des possibles

En librairie depuis  le 2 janvier 2020