Vendredi 1er mai, Elton John, la plus glam et extravagante des rockstars, pose ses bottes à plateforme sur CANAL+.  Au programme, la diffusion en première exclusivité du film  ROCKETMAN (un Oscar et deux Golden Globes) suivi d'un documentaire inédit : ELTON JOHN NON CENSURÉ.

On a vu les deux- films et documentaire- et on vous en dit plus de suite : 

  1. Rocket man : un biopic  un peu convenu mais flamboyant 

unnamed (73)

 Comment un  gros garçon myope et timide de la banlieue de Londres a-t-il pu devenir le flamboyant Pimballwizard qui a enflammé toute la scène Poprock des années 70? Et comment ce chanteur mondialement célèbre,  aux 300 millions de disques vendus dont 33 millions d’exemplaires rien que pour “candle in the wind” a-t-il vécu de 1970 à 1983 ce succès violent et planétaire.

Rien de mieux qu’un bon vieux biopic  des familles pour expliquer au commun des mortels que malgré tout son talent, son génie et sa richesse Elton John fut aussi un sale con égoïste et très malheureux.
Bien sur,  le scénario semble  parfois  assez convenu, avec cette histoire bien connue de ce petit garçon mal aimé par des parents qui ne s’entendent pas devient un personnage adulé dans le monde entier.
Cinéma Grenoble : critique du film "Rocketman" : lourdeur et ...
Flirtant délicieusement avec les codes de la comédie musicale, ce biopic consacre Taron Egerton (Golden Globe 2019 du meilleur acteur) qui incarne à merveille Elton John dans une partition à la fois sensible et survoltée.
Sexe, drogues,addictions en tout genre pour calmer cette blessure d’enfance.
Et bien n’écoutez pas les gardiens du temple du Rock pur ou les pisse-vinaigres cinéphiles qui daubent sur Rocketman, le film n’est pas un chef d’œuvre bien sûr, mais il est assez flamboyant et surtout il est porté à bout de bras par Taron Egerton un acteur au talent fou qui est de tous les plans. 

Russie-des-scenes-de-sexe-gay-retirees-du-biopic-sur-Elton-John

L’Angleterre des sixties est joliment évoquée, les morceaux musicaux assurent et les reconstitutions vestimentaires de Sir Elton sont consciencieusement  reproduitent et valent à elles seules le coup d’œil, et il y a surtout l’évocation d’une belle histoire d’amour platonique entre le jeune Reginald Kenneth Dwight et Bernie Taupin son parolier de toujours mais hélas furieusement hétérosexuel lui.
Résumons, le film est un peu convenu, un peu kitch mais réentendre “Your Song”,” Crocodile Rock” ou “I’m Still Standing” est un plaisir dont on ne se lasse pas. Un conte de fée Rock, Pop, délicieusement vintage pour démontrer qu’Elton John n’est pas qu’un chanteur à lunettes.
Résultat de recherche d'images pour "rocketman"
Allez j'avoue que de façon personnelle, en 1975 mon frère avait acheté l’album “Captain fantastique” et nous avions vu “Tommy” de Ken Russel dans lequel Elton John jouait PimballWizard “ un champion de flipper., alors vous pensez bien que lorsque j’ai entendu ces chanson les poils de mes bras se sont dressés.
J’étais au bord des larmes, donc c’est évident je ne suis pas du tout objectif pour cet objet cinématographique mais j’ai  vraiment kiffé ma race comme disent les jeunes....

2/ Le documentaire :  ELTON JOHN NON CENSURÉ... Une heure en tête à tête avec Sir Elton 

18915877-high-res-elton-john-uncensored

 Ce n'est pas vraiment un documentaire mais une interview d’une heure menée par le présentateur irlandais- et qui semble aussi fantasque que la star- Graham Norton chez le chanteur, qui s'est déroulée dans sa sublime maison près de Nice, dans le sud de la France,

Sir Elton et l’animateur irlandais Graham Norton se retrouvent pour une discussion intime au cours de laquelle le légendaire ‘Rocket Man’ retrace sa vie et les 50 ans de sa carrière.

Elton l'affirme  dès le début de l'interview, il n'a pas pour habitude de regarder dans le rétroviseur, mais là,  entre la tournée d'adieux, le film et la parution de son autobiographie, il a eté obligé de pencher un peu sur son passé

Elton John Non censuré" s’inscrit dans ce processus, discutant des sujets de son autobigraphique qu’Elton John a  décrit comme « cathartiqueé où il aborde des sujets intimes tels que son cancer de la prostate ou sa timidité maladive en tant qu'enfant. 

On sent toutefois tout au long de l'entretien qu'Elton n'a pas forcément l'habitude de l'introspection. 

Sur certains sujets, il reste un peu à la surface et préfère distiller des anecdotes plus ou moins passionnantes et plus ou moins embarassantes  que de se lancer dans une réflexion très profonde sur des thématiques ( l'homosexualité, le rapport homme femmes, le deuil)  parfois justes abordées.

Elton dit n'avoir aucun regret dans sa vie et sa carrière,  on n'est pas obligé de le croire, mais reconnaissons que  certaines de ces confidences, assénées sur un ton assez doux amer, très british, valent leur pesant d'or. 

  Elton partage, avec tendresse et sincérité, ses souvenirs et  ses fous rires.  

Images inédites des années 1970 à l'appui (live dans l’émission culte Top Of The Pops), confidences sur l’enfance du petit Reg Dwight dans la banlieue londonienne et ascension au rang de star internationale sont au menu de ce documentaire inédit qui n'apprendra certes pas grand chose  de nouveau aux fans de la star, mais qui donnera quand même la délicieuse impression d'avoir un peu partagé l'intimité  et cerné un ou deux mystères d'une star iconique. 

 

 ELTON JOHN NON CENSURÉ

2019 - 57 min - Royaume-Uni
Documentaire inédit de Chris Purchase, une production BBC Studios

Rediffusions du documentaire sur CANAL+DÉCALÉ :
samedi 02/05 à 22H50, jeudi 14/05 à 22H50, dimanche 24/05 à 17H30