amourssolitaires

" Je m'ennuie, je pense à toi, je m'ennuie moins. envoie moi quelque chose de joli, quelque chose qui te ressemble. 

-La pierre que je suis est une image. Seikilos me place ici. Signe immortel d'un éternel souvenir."

C'est la plus vieille chanson du monde. C'est une chanson d'amour. "

 L'amour serait devenu un objet de consommation comme un autre, vite consumé et jeté. Les mots d'amour seraient ringards et les lettres enflammées seraient d'un autre temps. 

En ouvrant "Amours Solitaires", de Morgane Ortin,  on a fortement pensé au très beau film d'Emmanuel Mouret  Mademouiselle de Joncquieres.

Deux époques très éloignées, deux modes d'expression aussi mais les mêmes jeux de séduction, le même goût des mots, le même amour de l'amour (et le même plaisir à écouter ou lire cela pour moi).

Pas de lol, ni de mdr dans cette histoire d'amour que l'on suit de ses débuts par échange de SMS. Pas de honte à s' exprimer avec passion et même emphase parfois.

Cette histoire constituée de centaines de messages je l'ai lue tout doucement, jamais plus d'un chapitre par soir car le plaisir est dans l'attente et j'avais envie de suivre le rythme de ces 2 cœurs, 2 corps qui ont pris leur temps. 

Entre les mots, les doutes, les questionnements, le désir, le plaisir, la chaleur, la peur, le sentiment amoureux qui grandit, la sensation d'être vivant enfin, la blessure...

Tout sauf l'indifférence.  L'epistolaire 2.0 existe bel et bien, ce livre en est la preuve et le compte Instragam qui marche très bien depuis sa création @amourssolitaires aussi. 

Bref,  Cyniques et moqueurs s'abstenir, les autres se jetteront dessus .

Morgane Ortin, Amours solitaires, J'ai Lu édition 

 Paru le 03/06/2020