lucky_strike_affiche (1)

Il y aura tout d’abord un corps découpé en morceau découvert sur une plage près de Séoul.
Est-ce celui d’un employé des douanes qui doit beaucoup d’argent à un usurier qui, lui, est toujours accompagné d’un nervi mutique à la lame facile? Est-ce celui de ce modeste employé d’un sauna, sadisé par sa mère et son patron? Ou bien, peut-être, celui de cette femme battue qui n’a d’autre moyen pour survivre que de se prostituer dans un bar louge tenue d’une main de fer par une mère maquerelle très peu maternelle ?
Et puis il y a un sac Vuitton rempli de fric qui passera de main en mains souvent ensanglantées. Car autant être prévenu tout de suite ça va , trancher, cogner, écraser  dans cette partie de poker menteur plutôt jouissive.

lucky_strike_02

L’intrigue en puzzle déconstruit et flash back est plutôt bien réalisée,  Une intrigue déconstruite pour suivre une bande de monstres cupides et de tueurs débiles ou surnage un modeste couple d’employés, on dirait  le “Pulp Fiction” de Tarantino.
Il y a un peu beaucoup de cela dans ce film cynique et réjouissant, mais comme Tarantino n’a jamais caché ses emprunts au cinéma asiatique , il est donc justice que le réalisateur amèricain inspire le nouveau cinéma coréen.
Par contre on avoue,  tout cela apparait in fine comme un peu gratuit et le film ne possède pas la force politique et sociologique du e “Parasite”  de  Bong Joon-ho,  comme voudraient tant nous faire croire les méritants distributeurs du film .

lucky_strike_04

“Mais Lucky Strike” est  un film moraliste: bien mal acquis annonce les ennuis et fumer tue.
“ Lucky Strike” le Pulp-Manga de votre été.