sF3k2fGA

 Deux policiers mal-assortis sont envoyés dans une petite ville au nord de l’Allemagne, pour enquêter sur le disparition de deux adolescentes. Elles rêvaient d’ailleurs, de Berlin , comme toutes les adolescents de cette triste région marécageuse.

 Nous sommes en 1991, trois ans après la réunification  du pays et les deux hommes , qui n’ont pas du tout le même passé vont devoir travailler ensemble.

Si ce synopsis vous dit quelque chose, c’est normal, “Land of Murder est le remake germanique de “La Isla Minima” le déjà très bon film d’Alberto Ramirez., polar espagnol marquant de  l'année 2015. 
yNoOGY-Q
Si le contexte géographique et historique est différent, troquant l'Espagne post-franquiste du début des années 80 pour l'ex-RDA laissée groggy par l'effondrement du communisme (des décors trouvés en Ukraine), le reste de l'histoire et les personnages se révèlent particulièrement fidèles au film originel, et en conservent la noirceur désabusée.
Mais alors si l’on connait déjà l’intrigue, le déroulement et le dénouement, comment trouver de l’intérêt dans ce polar?
Disons le tout de suite, Christian Alvart s’en tire vraiment très bien.
Sa mise en scène  lente et étouffante convient parfaitement à la description d’une région malade qui se reconstruit.

O7MYOR_Q

 . Une formidable utilisateur des décors et des paysages, des acteurs vraiment efficaces, si l’on ajoute à cela une reconstitution historique et géopolitique  passionnante, nous avons là un très bel objet cinématographique.

"Lands of murder", un  polar froid et boueux, férocement idéal pour cet été pas comme les autres.