À 90 ans, Paul Vecchiali a réalisé plus de 35 films dont "Rosa La rose, fille publique" , nominé aux César en 1985. Nostalgique du cinéma des années 1930 et emblématique de la nouvelle vague française, il reste un véritable franc tireur du cinéma.

Paul Vecchiali revient   en cette année 2020 au cinéma avec Un Soupçon d'Amour,  dans les salles mercredi prochain. Un nouveau film dans lequel il dirige ses actrices fétiches: Marianne Basler et Fabienne Babe.

Notre verdict d'un film qui nous a laisse un peu froid quand même, malgré le respect qu'on doit à son auteur  : 

   

118598887_3424296624359925_3238933835973982663_n

 Geneviève et André sont un couple d’acteurs en crise, ensemble ils répètent Andromaque, mais la comédienne célèbre et déjà adulée pour ce rôle à du mal avec remonter sur scène ....
Le mari trouve qu’elle s’occupe trop de leur fils qui est toujours souffrant,  elle décide  donc de partir au vert dans son village natal avec le jeune garçon pour se ressourcer...
Le mari a pour maitresse une actrice qui lorgne le rôle d’Andromaque... .Bref notre Geneviève va tomber en pleine crise existentielle de la cinquantaine..
featured_un-soupçon-d-amour
Deux belles actrices pour une Andromaque...deux belles actrices rivales et complices à la fois, pourquoi pas,  les actrices belles et talentueuses - Marianne Basler et Fabienne Babe très rares ces derniers temps au cinéma-  mais tout de même  ces atermoiements de quinquagénaires avec des “ est-ce que tu m’aimes ? “ et “est ce que tu l’aimes encore ?”  peuvent quelque peu ennuyer sur la longueur.
Il y a dans le film, et du reste dans toute l'oeuvre de Vecchiali, un décalage permanent et  des changements de tons  assez déconcertants qui peuvent laisser le spectateur assez insensible à ce qui se trame devant eux. 
L'idée de départ est pas mal fichue mais mais le film  garde quand même  tout le long un côté un peu désuet, avec ses dialogues  souvent ampoulés de théâtreux quinquagénaires et mise en scène très seventies....
unnamed - 2020-08-28T185037
Avec le phrasé très théâtral des acteurs , parfois jusqu’à l’âprêté, on se dit que ca passerait bien en téléfilm d’Arte un vendredi d’Automne mais de là à le voir dans une salle de cinéma. post covid, il n'y a qu'un pas que nous ne franchirons pas .. 
Heureusement un inattendu  twist final qu'on ne révelera évidemment pas surprend un peu  le spectateur mais ne sauve pas complètement le film de l’ennui poli qu'il suscite..
A recommander seulement aux fans de Vecchiali ..