happiest-season-family-cast-600x249

 

Annoncé en 2018, Happiest Season est sur la liste des films les plus attendus du moment. Cette comédie romantique fait bien parler d’elle notamment grâce à son casting de choix. Cerise sur le gâteau, le film a pour volonté de sensibiliser au mouvement LGBT.

Happiest Season, une comédie romantique parfaite pour les fêtes

 On ne dispose que peu d’indices pour le moment concernant le déroulement du film qui est annoncé comme la comédie romantique des fêtes de fin d’année. L’intrigue quant à elle, reste simple tout en faisant écho à la demande des spectateurs pour des films plus représentatifs. Une jeune femme du nom d’Abby (jouée par Kristen Stewart) souhaite demander la main de sa partenaire Harper (Mackenzie Davis) lors des fêtes de fin d’année passées dans la famille de cette dernière.

Elle réalise cependant très vite que sa partenaire n’a pas encore annoncé à sa famille conservatrice qu’elle est attirée par les femmes.

Ce film produit par Clea DuVall s’est donné pour but de relater au plus près de la réalité la cause LGBT tout en gardant une intrigue de comédie romantique.

 

happiest-season-kristen-stewart-mackenzie-davis-1599234548

Un film qui se veut représentatif d’une voix encore peu entendue

Bien que le cinéma d’aujourd’hui à grandement évolué en ce qui concerne l’intégration des minorités qu’elles soient raciales ou sexuelles, le chemin reste encore long. Depuis le début des années 2010, l’association GLAAD traque l’inclusion de la communauté LGBT dans les productions des studios américains. Le test Vito Russo est un baromètre de représentativité de la communauté LGBT au cinéma. Il se base sur trois grands indicateurs :

  • Le film contient des personnages identifiables comme gays, lesbiennes, bisexuels, transgenre
  • Ces personnages ne sont pas seulement définis par leurs orientations sexuelles
  • Ces personnages doivent faire partie des personnages principaux. Si l’on décide de supprimer ces derniers, le film n’aurait alors aucun sens.

En 2012, seuls 14 films sur 101 incluaient un personnage de la communauté LGBT.

Sur ces 14, seulement 6 obtenaient un score correct au test Vito Russo. Les chiffres de 2018 sont plus prometteurs avec 18,2 % des films produits par sept des plus grands studios américains incluant des personnages de la communauté LGBT (quatre des sept studios atteignant un score de plus de 20%).

Malheureusement, seulement 50% des films représentatifs disposent de personnages dont l’apparition à l’écran est supérieure à 10 minutes. Le film Happiest Season a donc pour vocation de donner une voix beaucoup plus forte au mouvement grâce à ses deux personnages principaux.

La vague LGBT : un mouvement qui est bien parti pour durer

L’industrie du cinéma aujourd’hui se veut beaucoup plus représentative de son audience. Entre le cinéma d’auteur, les comédies romantiques et les plateformes de divertissement telles que Netflix, le monde du cinéma prend part au changement.

Le cinéma d’auteur cherche à faire réfléchir le spectateur 

 

Le cinéma d’auteur s’est toujours voulu novateur et d’influence. Au cours des dernières années, de nombreux films LGBT ont été applaudis par la critique. Boys Don’t Cry (1999) et Brokeback Mountain (2006) sont deux exemples de films d’auteur qui, en plus d’être magnifiquement tournés, ont cherché à pousser à la réflexion.

Le Secret de Brokeback Mountain : le film qui a changé des vies | Premiere.fr

 

Du côté du cinéma français, La vie d’Adèle dirigé par Abdellatif Kechiche a également connu un énorme succès en salle. En plus de cela, trois Palmes d’or feront de ce film français un succès international.

Plus récemment, des films comme Danish Girl retraçant l’histoire de la première personne ayant eu recours à une opération de réassignation sexuelle et Moonlight, peignant l’histoire d’un jeune Afro-Américain souhaitant affirmer son homosexualité tentent de faire connaître la communauté LGBT trop peu représentée.

 Les comédies romantiques au service du mouvement

Alors que beaucoup pensent le genre usé, les comédies romantiques se réinventent depuis maintenant quelques années. Elles cherchent à être beaucoup plus représentatives des femmes et hommes d’aujourd’hui tout en conservant une fin heureuse. L’industrie du mariage reste un univers très vendeur et il est intéressant pour Hollywood de l’exploiter.

 

nbcu-61119105-Full-Image_GalleryBackground-en-US-1484000598226

En est l’exemple du film Bridemaids (Mes meilleures amies en français) qui a été très bien accueilli de l’autre côté de l’Atlantique. De nombreux objets dérivés ont été produits à la suite du film, allant des stickers en passant par la housse de couette et la tasse sur Redbubbles jusqu’à la machine à sous inspiré du film sur Betway.

L’idée avec le film Happiest Season n’est pas d’utiliser les comédies romantiques et le mariage pour créer des objets dérivés mais plutôt pour engager cette audience à la cause LGBT

. Marions-nous ! (2015) dispose d’une intrigue similaire à celle de Happiest Season et avait également pour but de représenter la communauté lesbienne au cinéma. Le film n’a malheureusement pas reçu les critiques espérées. Happiest Season semble à l’inverse recevoir beaucoup d’avis positifs avant même la sortie de la bande-annonce. La productrice espère donc pouvoir s’affirmer dans le genre.

 

Netflix une plateforme qui fait partie du changement

 

Du côté de la plateforme de divertissement Netflix, de nombreux films récemment sortis se veulent instigateurs de changement. Il propose un contenu varié et met également en valeur des films tels que Love, Simon (2018). Il est possible de retrouver également des films oscarisés comme Danish Girl, Philadelphia ou Dear Ex.

Du côté des séries, le choix est tout aussi large avec Orange Is the New Back, Glee, Elite, Queer Eye, Brooklyn Nine Nine, Sex Education, etc. Tout comme les minorités raciales, la communauté LGBT peine à être représentées au cinéma.

Cependant on a bon espoir avec le film Happiest Season et ceux qui suivront que le mouvement soient reconnu et représenté dans l’industrie du film les prochaines années.