AVT_Abir-Mukherjee_6006

 On avait découvert le romancier indo-anglais (enfin écossais plus exactement si l'on veut être précis ) Abir Mukherjee  avec son premier roman L'Attaque du Calcutta-Darjeeling, qui nous plongeait dans une enquête mélé d'une bonne pincée d'un humour bie british dans le Calcutta de 1919 . 

 L'Attaque du Calcutta-Darjeeling  était en fait le premier tome d'une quadrilogie déjà écrite avec  d'un duo d'enquêteurs  étonnants,  Wyndham et Banerjee.

Ce roman jubilatoire vient de sortir en poche chez Folio,simultanément  à la sortie en grand format chez Liana Levi du second volet de sa saga intitulé " Les Princes de Sambalpur".

Ce qu'on aime particulièrement chez Abir Mukherjee,  c'est qu'il possède l’intelligence de ne pas trop se prendre au sérieux, il est aussi très fort pour replacer ses héros dans un contexte géopolitique passionnant, l’empire britannique avant son départ d’Inde...

De plus comme il est d’origine indienne,  il nous explique de manière très didactique la mythologie de sa religion  de manière très plaisante :des polars drôles, bien menés qui t’apprennent quelque chose:.que demander de plus.?
 
1/ «  Les princes de Sambalpur »; (Liana Lévi; 1 octobre 2020)

9791034903245

 «  La douleur familière a commencé. Pour le moment elle se limite aux biceps, mais elle ne va pas tarder à s’étendre  – d’abord aux muscles du dos, puis à la poitrine et aux cuisses, et finalement dans les os. Avec elle viendra le brouillard ; il descendra d’abord comme une brume légère sur mes synapses, puis il gonflera, se congèlera, se solidifiera, il se serrera comme un poing dans mon crâne pour en chasser finalement toute pensée sauf une : l’opium. »

Le fils aîné du maharajah de Sambalpur est  assassiné dans les rues de Calcutta. Il venait de demander de l’aide au capitaine Wyndham car il savait sa vie en danger.

Son frère puiné, le prince Punit, en devenant le prochain prétendant au trône semble le coupable  idéal, mais nous sommes en Orissa une région de la côte Est de l’Inde  dont les sous-sols, riches en diamant et en charbon, excitent bien des convoitises.

Sam Wyndham réussira-t-il à déjouer la machiavélique machination qui met en péril le petit royaume de Sambalpur ?

«  Les eunuques sont en quelque sorte des conseillers pour les dames du zenana. Et ils sont fiers de garder les secrets qu’elles leur confient. Beaucoup d’eunuques sont devenus riches et puissants à l’égal des femmes qu’ils servent. Et cela sans qu’y soient mêlés ni le cœur ni la chair. »

 

Parviendra-t-il à lutter contre son addiction de plus en plus envahissante à l’opium ?

Mais surtout gagnera-t-il le cœur d’Annie Grant, la belle métisse dont il est tombé amoureux, qui ne semble pas insensible pas aux charmes de son altesse le futur roi.

Vaillamment secondé par le lieutenant Sat Banerjee, un jeune indien diplômé de Cambridge, Wyndham va devoir s’initié  aux arcanes  de pouvoirs royaux millénaires et à une religion dont il ignore tous les rites.

 "C’est en effet la conjonction des deux qui à l’origine l’a amené à Calcutta. Et après une ou deux tournées il raconte volontiers l’histoire de sa vie: comment, dans sa jeunesse, à Glasgow, son ambition était de gagner ses bières à coups de poing d’un bout à l’autre du comptoir au pub Bon Accord, ce qu’il n’a jamais vraiment réussi sans finir à l’hôpital. Là il a trouvé Dieu, et Dieu, dans ce que je pense avoir été une plaisanterie, lui a demandé de partir comme missionnaire à Calcutta, tâche à laquelle il était inapte par nature, son goût pour la bagarre étant en contradiction avec l’éthique missionnaire, et finalement il s’est séparé de ses frères et a fini comme dessinateur de la police du Bengale."

Derrière une sympathique comédie policière et romantique, Abir Murkherjee nous permet de réviser notre géographie-politique  du siècle dernier.  En 1920, l’empire britannique est encore le plus grand pays du monde, mais pour combien de temps ?

Dans l’Inde à la culture religieuse très présente, le climat délétère du pouvoir coloniale est formidablement reconstitué.

Chaleur et poussière, corruption et trahison, «  Les princes de Sambalpur » est un récit exotique très agréablement instructif et so british, entre Agatha Christie, E.M Forster, saupoudré de Conan Doyle. 

  2/ L'Attaque du Calcutta-Darjeeling ( Folio; 15 octobre).

G04698

"Dites moi honnêtement, capitaine. En dehors des missionnaires, combien avez-vous rencontré de vos concitoyens réellement heureux? Ils maudissent les indigènes et le climat, passent leurs journées imbibés de Gin dans le splendide isolement de leurs clubs, et pourquoi? Pour pouvoir vivre avec la prétention d' être ici pour le bien des indigènes. Tout cela est un mensonge, capitaine. Et c' est à nous-même plus qu' aux Indiens que nous mentons. Ceux d' entre eux qui sont éduqués, poursuit-il en indiquant Banerjee, nous voient tels que nous sommes, et quand ils demandent l' autonomie nous prétendons ne pas comprendre comment ils peuvent être aussi ingrats."

 Calcutta 1919. Après trois années passées dans les tranchées et veuf depuis peu, le capitaine de police Sam Wyndham est muté aux Indes  dans les colonies de sa Royal Majesté.

A peine arrivé, dans la touffeur de la grande ville grouillante ,Il est chargé d' enquêter sur le meutre d' un haut fonctionnaire Britannique. Mais que pouvait bien faire le sieur MacAuley dans cette impasse obscure derrière un sordide bordel ?
Assisté de Banerjee, un indien plus british qu' un british,diplôme de Cambridge oblige, et de l' inspecteur Didby, borné et raciste comme un vrai bon flic à l' ancienne,
Wyndham avance dans une enquête qui devient de plus en plus opaque et politique.
Que faire de Sen,  ce coupable trop idéal qu'on lui présente sur un plateau, un independantiste adepte depuis peu des théories non-violentes de Mohandas K Gandhi.
Dépêche toi Sam, l'empire britannique vacille, il a besoin de fonctionnaires zélés pour maintenir l' ordre dans ce pays de 300 millions d' habitants soumis aux lois de 150 000 britanniques.
Une écriture sensible et colorée qui, dès les premières pages, entraîne le lecteur en Asie au début du siècle dernier. Ambiance moite et coloniale formidablement bien rendue, description franche d' un monde d'expatriés arrogants dont seuls quelques témoins éclairés aperçoivent les prémices de ce qui est déjà " le début de la fin".
Une intrigue classique certes, un suspect trop parfait pour masquer un monde corrompu en déliquescence, mais les lois scélérates de Rowlatt qui permettent d' emprisonner de manière arbitraire et de juger d' éventuels agitateurs et le massacre d' Amritsar du 13 avril 1919 créent un contexte géopolitique puissant et original.
Si l'on rajoute un inspecteur opiniâtre et sympathique luttant contre un trauma militaire et contre une addiction à la morphine, Abir Mukherjee tient sous sa plume un épatant héros récurrent en devenir!!