Affiche Retro Menzel, la comédie est une arme

 On l'a dit  pas plus tard qu'hier :  On a vu les trois films de la rétro Jiří Menzel, la comédie est une arme qui devaient sortir au cinéma le 11 novembre prochain et qui sont reportés à bientôt on l'espère 

Après , l'épatante comédie Trains étroitement surveillés, zoom sur les deux derniers films de la saga du cinéma tchèque.Un très grand réalisateur, une vraie découverte, qui nous à quitté cette année.

ALOUETTES, LE FIL A LA PATTE (1969)

alouettes

Interdit jusqu’à la Chute du mur de Berlin et aussitôt consacré à la Berlinale, ce  film irrésistible de drôlerie, de tendresse et de dérision qui dénonce l’oppression obtuse de toutes les dictatures

 Des ouvriers travaillent dans une immense décharge. Ces hommes qui trient de la ferraille pour la fonderie voisine font partie des vaincus du communisme. Il y a un professeur de philosophie, un procureur, un saxophoniste, un crémier, un artisan plombier et un jeune cuisinier, le parti au pouvoir espère, par ce travail ingrat, les rééduquer et leur faire payer leur appartenance passée au monde bourgeois.

Ces gaillards n’ont rien oublié de leur ancienne vie mais il prennent leur nouvelle condition avec philosophie en refusant de se tuer au travail pour devenir la meilleur fonderie de Tchécoslovaquie. Leur journée se passent donc les mains dans la ferraille en discutant littérature, philosophie, politique et amour bien sur. Tout près, des femmes purgent des peines de travaux forcés pour avoir essayé de fuir  le pays.

s,725-441ad2

Elles sont l’objet de toutes les attentions de ces messieurs. Au milieu de ce nulle part d’acier rouillé, Pavel tombe amoureux de Jitka.
Encore une très belle surprise, comme le dit le slogan: la comédie est une arme. Jiri Menzel adapte une nouvelle fois, après “Trains étroitement surveillés” , un roman de Bohumil Hrabal et c’est formidable.
Un humour tout en poésie, un humanisme  tendre et un regard politique sans concession pour le scénario.
Une formidable utilisation des décors, une mise en scène et une image très travaillées et des acteurs lunaires réjouissants, “Alouettes, le fil à la patte” est un sacré bon film qui illustre parfaitement l’adage de Baz’art  qu'on vous ressort à chaque critique de films du patrimoine ou presque: “ Il n’y a pas de vieux films, il n’y a que des films que l’ont n’a pas vus.”
2/ Une blonde émoustillante ( 1980)

blonde

Au début des années vingt, Francindirige la brasserie d’un petit village. La chevelure de Maryška, sa femme, cascade de boucles blondes, fait l’orgueil des villageois.

Elle adore la bière, la bonne nourriture et être entourée d'hommes, ce qui agace son mari...

Pourtant, ils s’aiment profondément et il supporte -tant bien que mal -son exubérance et sa libre sensualité. Pépin, le frère de Francin, débarque et bouleverse tout ce petit monde

 Adaptation par JiříMenzel d’un roman de BohumilHrabal(La Chevelure sacrifiée, 1974), le film est une des œuvres majeures du cinéaste.

Une blonde émoustillante - Manifestations

 Hrabal participe de nouveau à l’adaptation, garant de l’humour, de la subtilité du scénario et d’un ton inimitable. Des personnages hauts en couleurs qui se livrent à mille plaisanteries dans un univers rabelaisien.

 Délicieusement érotique et franchement comique, une ode aux plaisirs de la vie. 

Encore une jolie fable poétique et érotique.  C'est dans tous les cas toujours aussi drôle, alerte, et très bien mis en scène...

C'est aussi peut être plus nostalgique et moins politique que les deux autres, mais le film a été réalisé une dizaine d'années après les deux précédents de la trilogie, et sans doute Menzel a vieilli avec les personnages de ses films !