Au-coeur-de-la-vague-C1

Le dessinateur de presse Patrick Chappatte  plus commu sous son patronyme seul, travaille pour Le Canard enchaînéLe Temps de Genève,  ou même  lNew York Times pendant 18 ans.

On peut dire que depuis qu'il a commencé  sa toute première en  1995, Chappatte est un peu le spécialiste des reportages en bande dessinée et colle souvent  à la réalité.

Pour cette année 2020, quoi de plus logique pour lui que de nous parler de la première vague  de la crise sanitaire?

 

au-coeur-de-la-vague-chappatte-p21

Avec cette toute première BD reportage consacrée à la pandémie, Chappatte reste infiniment  fidèle à ses méthodes de travail qui ont fait son succès. Apprennant rapidement qu'il était cas contact puis présentant les symptomes de la maladie, Patrick Chappatte se confine dans les combles de sa maison tout en continuant à faire son reportage , testant le télé travail avant tout le monde.

Il va être en effet  en contact permanent avec les acteurs les plus concernés par cette épidémie d'une ampleur inédite: épidémiologiste très réputé ( le docteur Pittet, inventeur du gel hydrolcoolique) avec qui il échange régulièrement, infimières, mais aussi assistantes sociales ou agents d'entretiens, métiers de l'ombre qui auront été aussi mis à l'honneur pendant cette première vague d'une ampleur considérable :

Tous ces portraits, forts et émouvants,  souvent  saisis  en pleine action,  donnent le tempo de ce journal  de bord prenant et très documenté qui s’étend jusqu au mois de septembre, alors même que la deuxième vague restait encore une vague menace qui depuis s'est bien précisée.

 Plus que jamais, Chappatte réussit parfaitement à traduire son expérience personnelle en dessin, donnant ainsi plus d'universalité et d'empathie à son enquête.

« Au cœur de la vague », de Patrick Chappatte.

Histoire d' alléger un peu cette immersion sous haute tension, Chappatte  a également le bon gout de faire alterner cette série d’entretiens avec une sélection de dessins sur la crise sanitaire qu’il a publiés dans plusieurs journaux.

On peut ainsi vérifier à quel point le trait de Chappatte est merveilleux pour réussir à nous faire rire sur les absurdités et les incohérences de cette crise, notamment à l'échelle mondiale, les grands de ce monde n'étant pas épargnés par ce trait corrosif mais jamais méchant.

« Au cœur de la vague », de Patrick Chappatte, Les Arènes BD, 124 p., 22 €