unnamed - 2020-12-20T000314

 Si Serge Avédikian  a réalisé plusieurs documentaires sur Soloz, le village turc d’où a émigré son grand-père, ce n’est pas par nostalgie du pays perdu, c’est tout simplement pour en savoir plus sur l’histoire de ses grands-parents, donc d’en savoir plus sur sa propre histoire.

En trente ans, le réalisateur est retourné quatre fois dans ce village situé à 170 km d’Istanbul et à chaque fois il a pu tisser des liens de fraternité avec des villageois.
retourner-a-soloz
Et pourtant dans cette région, où il y avait une grande communauté arménienne au début du XXe siècle, l’histoire contemporaine turque  a tout fait pour enterrer ce passé. Soloz aurait pu être classé village historique par l’UNESCO, mais on ne saura jamais qui de la Turquie ou de l’Europe a refusé.
Ce dernier voyage, très émouvant, est aussi un instantané de la Turquie d’aujourd’hui, un pays qui s’enferme, lentement, discrètement dans une théocratie qui ne dit pas son nom.
retourner-a-soloz (1)
Il faut savoir que la Turquie refuse toujours de reconnaitre le génocide arménien, mais Serge Avédikian en vrai humaniste questionne et écoute respectueusement les habitants de Soloz.
Dans les rues du village et dans les forêts alentour il marche dans les pas de ces ancêtres, touche les arbres qu’ils ont touchés, contemple les paysages qu’ils ont contemplés, c’est  pour lui une manière pudique de leur rendre hommage.
Un très beau film intime et historique à la fois. 

 

Retourner à Soloz 

SORTIE NATIONALE
DÈS LA RÉOUVERTURE DES SALLES DE CINÉMA

NB La sortie sera accompagnée de nombreux débats en salles, avec des journalistes, des historiens, des cinéastes, dont notamment Frédéric Encel, Hamit Bozarslan, Ariane Bonzon, Guillaume Perrier, Raymond Kevorkian, Claire Mouradian, Robert Guédigian...