IMG_20210121_142513

 "- Vous savez , nous avons le droit de sortir, a t- elle repris. Nous ne sommes pas enfermés dans des maisons comme des prisonniers sans contact avec les autres êtres humains. Nous faisons nos courses au supermarché, certains vont même au Mac Do. Seulement nous avons nos principes et nous vivons au milieu de notre communauté. Nous refusons que nos vies personnelles soient liées à la modernité, nous ne retrouvons pas couverts de boutons en entrant dans un restaurant ou en montant dans une voiture pour aller dans un endroit à un autre. Nous choississons de vivre à l'intérieur de nos maisons en accord avec nos préceptes, en accord avec la bible."

  Saul et Rachel, deux jeunes Amish en couple, décident de vivre leur rumspringa à Chicago. 

 Ce rite de passage de la communauté anabaptiste amish  correspond à une période durant laquelle les adolescents amish sont temporairement libérés de leur Église et de ses règles, afin de découvrir le monde moderne et de faire le choix de revenir dans la communauté  en connaissance de cause ou d'accéder définitivement au monde moderne, mais en rompant alors tout lien avec la communauté. 

 "Rejoindre le monde des empressés et se décider. Bouger, remuer, se sauver pour mieux revenir et s’intégrer» comme le dit Saul, moins enthousiaste que Rachel à l'idée de se coltiner le monde moderne .

 Au cours de ce périple, ils vont  faire deux rencontres importantes  celle de Temple, jeune fille très angoissé d'avoir quitté son village, ses parents et ses habitudes, pour venir retrouver sa sœur installée dans cette ville et. Frederick, enfant des rues qui ne separt jamais de son skate. Après ces  rencontres, inutile de dire que leurs vies ne seront plus jamais pareilles.

Qu'on l'a aimé cette rumspringa de Rachel et de Saul à Chicago sous la plume poétique parfois légère et tendre  de Marie Chartres.

 On entre en empathie totale avec ces adolescents attachants, en pleine réflexion intime et on passe un bien joli moment avec elle.

  Il est notamment question de choix de vie, de peur, de renoncement,  du pouvoir de l’art, et notamment de la peinture pour dépasser nos doutes

Il sera aussi question de plein d’autres choses encore dans ce très beau roman jeunesse qui devrait énormément parler aux adolescents. 

 L’Age des possibles, de Marie Chartres, Ecole des Loisirs «Médium +», 234 pp., 15 €. A partir de 13 ans.