mardi 26 janvier

BD: Didier Tronchet joue au Footballeur du dimanche

  Qu'il touche à la BD (Jean-Claude Tergal, Raymond Calbuth…), au roman (Le Fils du Yéti), ou même au cinéma (Le Nouveau Jean-Claude),  j'ai toujours eu pas mal de tendresse pour le  nordiste et néo-Lyonnais  Didier Tronchet, un artiste tendre et sensible. En ce début 2021, Didier Tronchet se penche sur : le football mais le fait par le prisme du football amateur, pas le monde pro où le fric a tout vicié Dans sa BD le footballeur du dimanche, il raconte les moments grandioses et tragi-comiques de ces joutes... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 26 janvier

Festival Premiers Plans : La terre est bleue comme une orange: le cinéma plus fort que les bombes?

Après The Whaler Boys projeté hier, on présente désormais le second film de la compétition du Festival Premiers Plans d'Angers consacrés au premier long européen. Zoom sur l'étonnant  documentaire ukrainein "The Earth Is Blue as an Orange" qui sera présenté ce soir en compétition officielle au jury présent en ligne,  The Earth Is Blue as an Orange  est un documentaire de la réalisatrice Iryna Tsilyk qui suit Anna, une mère célibataire- on ne saura jamais ce qu'est devenu le pater familias-  et ses... [Lire la suite]
mardi 26 janvier

La maison de la mort ; une perle du cinéma d’épouvante à voir dans une magnifique restauration!

 Perle du cinéma d’épouvante, friandise pour cinéphile, en 1932 “ La maison de la mort” en v.o “The old dark house” imprime définitivement sur pellicule tous les marqueurs des films d’horreur à venir. Région isolée, élément déchainés, tempête, orage, voyageurs perdus dans la nuit trouvant refuge dans une sombre maison gothique. Un majordome inquiétant, l’apparition de Boris Karloff est un must, ouvre la lourde porte d’une demeure pas du tout, mais alors pas du tout hospitalière. Evidemment les propriétaires forment... [Lire la suite]
mardi 26 janvier

Rencontre avec le romancier Olivier ADAM pour son roman Tout peut s'oublier

     Rencontre avec Olivier Adam pour son roman "Tout peut s'oublier" ( lire la chronique du livre ici même)   Vos impressions générales sur la période actuelle, entre crise sanitaire et confinement    Olivier Adam : Je ne vis pas très bien cette période, mais en même temps j'ai l'impression que personne,  il me semble,  ne vit cette période sereinement. J'étais à la maison de la radio il ya peu, avec les restrictions diverses, c'était vraiment désert, l'ambiance était assez... [Lire la suite]