Venu tout droit d'Allemagne, "Sleep" de Michael Venus, présenté  l'an dernier à la Berlinale et cette année en compétition au Festival du film fantastique de Gérardmer, nous plonge dans des cauchemars prompts à faire ressurgir les fantômes du passé.  Un cauchemar Glacant et atypique !

sleep-schlaf-1

Stainbach, est un endroit  quelque part en province allemande, entouré de forêts dans une province allemande et son  grand hôtel Sonnenhügel, quelque peu vieillissant. 

Marlene- jouée par une Sandra Huller qu'on est content de retrouver après Toni Erdmann, même si on rôle passe vite au second plan-  reconnaît l'hôtel dans une publicité comme le lieu sombre de ses cauchemars qui la tourmente depuis longtemps  elle part pour Stainbach. 

Là, elle  va découvrir que le suicide de trois hommes dans cet hôtel qui peuple ces cauchemars  n'a pas eu lieu uniquement dans ses rêves. Lorsqu'elle tombe dans la torpeur et se trouve à l'hôpital , sa fille Mona va enqueter pour découvrir les sombres secrets de l'hôtel et  chercher à savoir d'où viennent les cauchemars de sa mère.

 

4840442
 Il devient vite  évient  pour Mona que ni dans ses couloirs abandonnés et ses locaux vacants, ni avec l'étrange couple de propriétaires Lore et Otto , quelque chose de très enfoui de  grave a été dissimulé et ne demande qu'à revenir à la surface, mais cela se fera  au prix de souffrances physiques et mentales incontournables

 Le premier long métrage de Michael Venus sorte de réécriture féministe et contemporaine  de Shining auquel on pense forcément , avec ce hôtel  majestueux et  isolé dans la forêt comme lieu  évidemment anxiogène met en évidence l’impact des  féminicides dues aux violences masculines  sur plusieurs générations .

Sleep - Film (2021) - SensCritique

L' hôtel de province abandonné et angoissant où se déroule la quasi intégralité du film  montre des  vivantshantés par des  fantômes du passé qui n'ont pas de voix et qui demandent réparation 

Autour de deux personnages principaux, la mère et  sa fille, toutes les deux en proie à des visions cauchemardesques.,   Michael Venus  réveille les vieux démons de son pays qui ne veulent que la tyrannie d'une société patriarcale leur rende des comptes .

Gérardmer 2021 : Sleep, le film allemand qui va vous donner des cauchemars

 Pensée comme un véritable puzzle, l'intrigue  multiplie les pistes et les inserts, et pourra dérouter et perdre son spectateur .

Bien plus cérébral qu'instinctif,  le film, plus proche du cinéma de David Lynch que de la saga de Freddy ( deux films qui s'interessent aussi aux cauchemars) montrent bien comment les mauvais reves  se mêlent à la réalité  et que le présent rencontre le passé.

4113175

Une belle idée originale, avec une  thématique  du sommeil et des cauchemars à tiroir qui les peuplent bien exploitée . Michael Venus insiste bien sur la difficulté de distinguer le rêve et la réalité

Il le fait par le biais d'une mise en scène particulièrement soignée  jouant  sur une lumière angoissante et sur un travail sur le son réussi- alternant silences pesants  et jump scares bien dosés, proposant au spectateur une expérience sensorielle pleinement maitrisée.

 Si l'intrigue  nous perd parfois un peu dans ses méandres et certaines langueurs , le dénouement parait moins abscons que dans un film de Lynch et  on ne saura trop conseiller le spectateur de se laisser porter dans cet hôtel aux surprises étonnantes.

  

 

Sleep réalisé par Michael Venus, avec Gro Swantje Kohlhof, Sandra Hüller, August Schmölzer...

Prix du Jury ax equo Sortie  salles prévue prochainement.

★★★★

Voir fiche du film sur le site du festival