Led_C1-sans-bande

"Une nouvelle allocation de 750 roubles (11 euros) était versée aux mères pour un premier enfant, le double pour un second, mais même la prime conséquente consentie à partir d’un troisième ne changeait pas la donne.
Anya Ivanova aurait aimé avoir un, voire plusieurs enfants. Pure chimère. La faute à sa santé déficiente, à sa constitution de Lilliputienne au pays des ours blancs, la faute à pas de chance d’être née dans un nid pollué. "

 Flic taciturne originaire d’Irkoutsk, Boris se trouve chargé d’identifier le corps d'un éléveur de rennes qui émerge des décombres d'un immeuble.

L’autopsie du vieux Nenets, cet éleveur nomade qui n’avait sans doute rien à faire à Norilsk, révèle un meurtre.

Et l’enquête de Boris de prendre un virage bien plus capricieux et pernicieux. Parce qu’à Norilsk, tout le monde se surveille et la corruption est généralisée.

Ecrivain baroudeur, Caryl Ferey a tiré de ses voyages dans l'hémisphère Sud quantité de grands romans policiers, de Utu à  Mapuche, sans oublier le génial Zulu qui se déroulait en Afrique du Sud; bref que des polars qu'on a âprement défendu sur Baz'art.

Maitre incontesté de polar rythmés et plein de fièvre et de rages, les romans de Ferey témoignent également d'une réelle empathie pour les gens de l'ombre, opprimé par les dominants.

A Norilsk (Russie), en février 2020.

Dans la lignée de ses précédents titres du bout du monde, Caryl Férey quitte cette fois le Sud de la planete pour aller en cet hiver littéraire 2021; sur les traces d'un Olivier Truc et de sa fameuse police des rennes.

Mais ce n'est pas en Laponie que Caryl Ferey nous embarque avec Led mais précisemment à Norilsk en Sibérie .

Il a trouvé dans la Sibérie un matériau toute à sa meusre avec un peuple étroitement lié à une histoire et à un territoire, et notamment une jeunesse confrontée à une société capitaliste qui a pris naissance sur les ruines du stalinisme.

Entre corruption, homophobie, violence, conditions climatiques extrêmes, le nouveau polar de Caryl Ferey nous brosse un saississant portrait de la Russie d'aujourd'hui.

Il nous livre également, et c'est le principal me diriez vous, un puissant roman policier immersif, rempli d'émotions et comme souvent chez lui, de 100% pétri d'humanité.

 " Lëd », de Caryl Férey, Les Arènes, « Equinox », 526 p., 22,90 €, numérique 17 €.