Dans le cadre du festival Les chants de mars qui fait briller haut et fort les couleurs de la chanson française jusqu'à dimanche prochain, on a eu envie de rencontrer le seul artiste à afficher haut les couleurs du rap lyonnais, j'ai nommé Cyrious.

Jeune rappeur de 26 ans, Cyrious,  Cyril Thérèse à l'état civil, s'est notamment fait connaitre du public (surtout lyonnais mais pas que) avec son rap dédié à sa ville natale,  "LY", qui a eu une belle visibilité à la  fin 2019.

En octobre dernier, il a sorti un épatant EP  6 titres, "Aube", fruit de sa collaboration avec le beatmaker Vax1- un producteur au nom particulièrement prédestiné en ce moment- qui  lui a permis de dévoiler toute la diversité de sa palette musicale.

Gageons qu'on n'a pas fini d'entendre parler de lui dans les années à venir, et c'est en faisant ce pari qu'on a eu envie d'en connaitre davantage.

Et l'artiste étant aussi chaleureux que loquace, cet échange aura été un grand plaisir dont on vous livre les meilleures feuilles dès à présent   :

intervieuw cyrious 

 Ta participation au festival Chant de Mars 2021

Au départ, si l'édition avait pu se tenir normalement, j'avais prévu de passer en première partie de la formidable Karimouche à la toute nouvelle salle de la JMC de Montchat, la salle Barbara.

 Malheureusement comme il n'y aura pas de live cette année mais seulement quelques captations en ligne, ce n'est que partie remise.

En revanche, j'ai le grand plaisir de partager cette année encore, après une première participation il ya deux ans, au " 24h du mot".

Les Chants de Mars | 15° édition - Festival de chanson actuelle

J'aime beaucoup ce principe qui permet de mélanger les différents artistes  de la région Auvergne/Rhône Alpes.

 On forme 8 équipes de 3 membres et on a 24 heures pour composer une chanson inédite et pour nous entendre sur une reprise du répertoire de la chanson française en respectant des contraintes spécifiques...

 C'est un défi aussi ludique que très stimulant en tant qu'artiste, j'ai hâte de faire celui de cette année (elle aura lieu ce vendredi 26 mars et sera retransmise en direct sur le site.) 

 Un rappeur dans un festival de chanson française, logique ou incongru?

 Oh, cela me semble plutôt logique à mes yeux.  En fait, j'ai commencé très tôt mon parcours sur diverses scènes spécialisées chansons françaises, soit de salles de concert, soit de tremplins consacrés à la scène française (À Tout Bout d’Chant, TrampolinO, Tremplin Kiwi) ...

 J'ai été souvent aidé par des structures comme les Maisons pour Tous ou les MJC de Lyon et j'ai pu ainsi me faire repérer par des professionnels dont certains ont fait un bout de chemin ensemble.

 Ces structures spécialisées dans la chanson m'ont pas mal aidé, c'est donc assez normal que je leur rende la pareille quand je peux.

 De toute façon, ne nous leurrons pas, il manque assurément une grande salle consacrée au rap à Lyon, car contrairement à Marseille ou à la région parisienne, c'est très dur de vivre du  rap sur Lyon.

 Un univers loin du rap hardcore qui emprunte à beaucoup de style et d'influences

J'ai déjà eu la chance de sortir trois EP en trois ans : "Changement Imminent", "La Vie Simple" et "Aube" tout récemment, et c'est vrai que ces trois disques sont bien différents les uns des autres en terme de couleur musicale et d'influences .

J'aime bien l'idée d'avoir un univers musical hybride qui emprunte à plusieurs styles musicaux, le rap bien sûr, le RnB,  mais aussi donc la chanson sans oublier la soul ou le reggae.

J'ai été très biberonné dans ma jeunesse par l'électro, c'est notamment lié à la culture très "Nuits sonores" qui coulent un peu dans nos veines quand on habite à Lyon, donc mes premiers sons avaient forcément en eux cette dimension très électro.

Mais  quand je suis parti en Amérique du Sud pendant 6 mois à mes 19 ans, je suis revenu de là avec l'idée de mettre en avant les instruments et de m'entourer de musiciens.

On peut donc dire que j'ai pas mal évolué  au niveau de l'instrumentation et toutes ces évolutiont se sont matérialisés dans mon approche de la musique et dans les disques que j'ai pu faire .

_DSC9479-2

  "LY," ton "Lyon presqu'ile "à toi?

(Rires)Tu n'es pas le seul à me la faire cette référence à Biolay, c'est vrai que sa chanson est un peu devenu l'emblème musical de Lyon. 

Mais personnellement, en bossant sur ce titre, je pensais plus à un rappeur des années 2000, Cassus Belli (NDLR, qui s'est aussi fait connaitre sous le pseudo de Sylvain AREG, avec son titre Allez leur dire qui avait postulé à l'Eurovision)

Lui aussi avait également enregistré  un rap en hommage à Lyon mais cela commencait à dater un peu, je me  suis dit  que c'était pas mal de mettre un peu ma pierre à l'édifice (sourires) .

Cela a été ma première collaboration avec Vax1 qui m'avait trouvé un son dément , très influencé par le hip hop des années 90, mais j'ai eu beaucoup de mal à trouver le texte pour coller au morceau, j'ai noirci des tonnes de pages pour finalement ne conserver que le strict minimum. 

Disons qu'avec cette chanson qui, au départ, était un petit clin d’œil à mon amour pour Lyon,  j'avais envie de parler de ma ville avec mes mots à moi. 

J'avais d'abord le désir que le morceau s'adresse en priorité à tous les jeunes de ma génération.   Mais cela a dépassé mes espérances car en concert, enfin quand on pouvait en faire (rires),  toutes les générations viennent me voir pour me féliciter pour ce morceau.

Et comme je le dis dans le refrain, c'est avant tout une ode à " Lyon ma ville, de notre amour, ce poème n’est qu’une esquisse." ( rires)

 Cyrious rappeur aux textes engagés?

Oui c'est comme cela qu'on me classe souvent, dans la catégorie des "rappeurs solaires et engagés", ce qui n'est pas forcément antinomique (rires).

Disons que quand il m'arrive de mettre en place des ateliers avec des jeunes autour de l'écriture d'un texte, je vois bien que la culture du punchline que Booba et d'autres ont popularisé ont vachement gangréné les cerveaux et les attitudes...

Les jeunes veulent rapper pour écrire immédiatement la punchline qui sera la plus efficace, pas forcément pour raconter une histoire ou mettre un peu de fond dedans.

C'est difficile de trouver un équilibre entre écrire un texte un peu puissant, qui veut dire quelque chose et réussir aussi à toucher le public le plus large possible.

J'admire beaucoup des rappeurs comme Youssoupha ou Alpha Wann qui arrivent à concilier exigence du texte,, arrangements de qualités et mélodie de haut niveau, mais ce ne sont pas forcément ces artistes là que le grand public connait  et cite d'emblée quand on les interroge,  c'est certain..

Dans mon dernier EP "Aube", j'avoue personnellement être très fier d'un morceau comme "Story" ou comme "Décibels" où je pense raconter quelque chose d'un peu consistant, et non pas juste faire de la rime pour faire de la rime.

Après, j'ai aussi tenu à écrire un morceau plus "lover" avec "Nuage" pour montrer aussi ma part sentimentale qui existe vraiment dans la vie de tous les jours.

Mais là encore, j'ai cherché à y mettre un peu de fond et ne pas tomber dans les clichés un peu trop guimauves, enfin j'espère avoir réussi ( rires) .

Pochette Aube

 Le désir de s'ouvrir à l'international et chanter dans d'autres langues que le français?

Oui oui bien sûr. Si pour "Aube",  l'écriture est à 100% français, j'ai déjà chanté en anglais et en espagnol et je compte bien retenter l'expérience sur d'autres projets à venir.

Quand tu vois un artiste de reggae comme Naâman, un chanteur que j'aime beaucoup, tu te rends compte que c'est un français qui chante en anglais car pour lui, ça sonne tellement mieux.

En terme de phrasé, la langue anglaise est tellement plus musicale, on rame bien nous avec notre français et ses" R" et "ch" en pagaille" ( rires)...

Vivre  désormais de la musique à  100%?

_DSC9406-3

Oui, c'est désormais ma réalité depuis un an; depuis le confinement en fait. 

J'ai vraiment pris la décision de ne vivre que de la musique et de me consacrer 100% du temps à cela.

J'ai eu envie de me reconnecter à l'essentiel. 

J'ai tendance à dire que le confinement m'a permis de "grandir de l'intérieur,"mais je sais que mes autres potes musiciens n'ont pas forcément la même approche que moi de cette période là (rires)... 

Avant le confinement, je continuais à faire des petits boulots à coté, comme serveur ou déménageur,  et j'avais beaucoup de mal à mener les projets professionnels et musicaux dans un seul et même front sans s'éparpiller.

J'ai profité du confinement pour finir d'écrire les morceaux de l'EP "Aube" et pour m'investir dans des projets plus ou moins lié à la musique, comme de l'animation dans les collèges et MJC autour d'ateliers d'écriture de rap et cela me plait énormément.

Je suis en bonne voie et tout proche de bénéficier de mon premier statut d'intermittent. 

"Aube " est sorti depuis quelques mois seulement et j'ai déjà sur le feu un nouvel EP qui devrait sortir dans les semaines qui viennent .

Sans en dévoiler trop, on peut dire qu'après l'Aube, il se pourrait bien que je sois au Zénith (rires), avec tout ce que cela suppose... 

Et même si je me doute bien que la période n'est pas propice aux artistes dits "émergents", j'ai vraiment envie de me battre totalement pour continuer à vivre totalement de la musique pendant longtemps.

Tu sais, quand je suis parti en Argentine en 2015, je bossais encore comme opérateur de gestion et le mot que m'a écrit une amie croisée là bas et que j'ai découvert dans l'avion du retour :  '" Le monde a plus besoin de toi en tant qu’artiste que derrière un bureau » m'a accompagné pendant longtemps dans tous mes projets.

Quelques années après j'ai envie de me raccrocher à cette belle parole et la croire (rires) !! 

 Suivez Cyrious: sur Facebook : https://www.facebook.com/CYRIOUSOFFIC..

ou sur Instagram : https://www.instagram.com/cyriousoffi...

Retrouvez toute la programmation du festival "Les chants de mars"  http://www.leschantsdemars.com/