Le Festival du Cinéma Espagnol de Nantes  s'est déroulé  en ligne du 25 mars au 4 avril, avant plusieurs rendez-vous  physiques prévus normalement en salles en mai et juin prochain.

 Sept longs métrages étaient en lice dans la compétition Fictions.On a eu la chance de voir trois films des sept présentés en sélection,  juste assez pour nous donner un petit aperçu des tendances du cinéma ibérique du moment ..

On revient dessus dès à présent  : 

 1/ Este lado del mundo :David Trueba  2/5 

 

A este lado del mundo

 Un jeune ingénieur a caché à son épouse le licenciement qu'il a subi dans l'entreprise où il travaillait. Pour continuer à le dissimuler, il n'hésite pas à accepter une mission de free lance  en dehors de la ville  sans rien savoir dessus,  et qui va le mettre en contact avec la réalité de l’émigration clandestine

Un protagoniste  un peu lache et ordinaire qui va voir changer son regard sur le monde, au contact d'une population qu'il ne connaissait pas: l''intrigue, un peu convenue sur le papier, ne vaut guère mieux mis en scène par le neveu du célèbre cinéaste  Jonas Trueba.

A ESTE LADO DEL MUNDO_vito_sanz_1

Le film, particulièrement modeste dans la forme et le propos, enchaine les séquences très plates à l'image de son anti héros joué par un Vitor Sanz assez terne. 

Ni vraiment drôle ni vraiment émouvant Este lado del mundo : de l'autre coté du monde se laisse oublier aussitot vu...

2/ Las niñas  de Pilar Palomero 3/5 

_Affiche_LAS NIÑAS_PREMIOS-1792x2560

On passe à un niveau nettement supérieur avec Las ninas- les filles,   auréolé par ses quatre Goya 2021 (meilleur film, meilleure mise en scène, meilleur scénario original et meilleure photographie) et passé par la section Generation KPlus de la Berlinale 2020.

L’action se  déroule : pendant les années 1990 en Espagne,  et sera filmé tout du long à hauteur d'enfant et fait penser au mythique  Cría cuervos de Carlos Saura.

Comme le chef d'oeuvre de Carlos Saura,  le film raconte des intimités adolescentes, des conflits familiaux, des climats sociaux et des émotions contenues dans une époque encore entravée par une mentalité héritée des années obscures du franquisme.

1_JF_0186

 

schoolgirls

La réalisatrice évoque le monde infantile avec une authenticité bienvenue sans rien édulcorer de la peinture d'une société assez  contradictoire qui continuait d’éduquer ses futures femmes dans un machisme assumé et accepté, dans la répression sexuelle et le conformisme.

On colle aux basques de la très jeune et très douée Andrea Fandos) qui va changer en une année et acceptera moins les mensonges et silences  de sa mère et commencera à se rebeller dans ce collège de bonnes sœurs où elle étudie.

filmfactory-schoolgirls_gallery2

 

Si le film manque parfois d'un vrai climax et de séquences un peu plus marquantes( à part l'ouverture et le final qui se répondent joliment), il n'en reste pas moins un récit initiatique touchant et sincère.   

3/El arte de volver - Pedro Collantes 4/5 

CULTURA / Fecha de estreno para “El arte de volver” de Pedro Collantes: 11 de diciembre - murcia.com

On finit par celui qui nous aura le plus marqué des trois, el arte de volver, (l'art de revenir) , le premier long-métrage de Pedro Collantes,  sélectionné à l’atelier Biennale College (saison 2019/2020), ce qui lui a valu de projeter son premier film cette année à la 77e Mostra de Venise,

Le personnage central, Noemí va rencontrer différents personnages au cours de 24 heures qui suit son retour à Madrid, elle qui a vécu à New York pendant quelques années

D''une visite à un grand père proche de mourir à une promenade au parc avec un fucking friend  à un vernissage d'une amie qui va la trahir, en passant par un échange poignant avec un chauffeur de taxi roumains, ces rencontres permettront de mieux définir  Noémie, par  très petites touches.

El Arte de Volver', de Pedro Collantes, en el Festival de Cine de Venecia - Gatrópolis

Noemi va se rendre compte que ses rencontres même les plus anodines vont forger sa personnalité et vont l'aider à faire un choix, celui de repartir ou de s'installer définitivement dans sa ville natale.

A la manière du récent "Eva en aout, " le film possède une dimension rohmerienne évidente,  avec des  séquences de longue durée, se superposent comme des séries de coups de pinceau qui dessinent avec finesse les états d'ame de  cette comédienne en transition existentielle et professionnellle.

Ces différentes rencontres,  inattendues ou catharsistiques permettront à Noémie  de revoir ses objectifs, qu’elle croyait avant inamovibles, et de trouver  enfin sa place. , 

Biennale College Cinema 2020 - El arte de volver (trailer) - YouTube

 Le spectateur se laisse peu à peu prendre par l’atmosphère toute en mélancolie et en bienveillance du film  ainsi qu'à la personnalité complexe et attachante de Noemi , interprétée par  l'éblouissante Macarena García..,

Une bien jolie surprise.. 

.

 Retour sur le site  de la manifestation