ZAZIE DANS LE METRO de Louis Malle et LA GUERRE DES BOUTONS de Yves Robert, deux classiques incontournables sur l'enfance,  sont visibles en salles depuis hier dans le cadre de la rétrospective Les enfants terribles à l'initiative de Malavida films ( comprenant aussi Tom Foot de Bo Widerberg dont on a parlé ici même )..

Cet été du Pergaud et du Queneau en veux tu en voilà pour nous faire redécouvrir la France des années soixante.

Du rural et du parigots au temps de vos grands-parents.

L'occasion de revenir sur ces deux grands films qui ont bien évidemment forgé notre cinéphilie  : 

Affiche - Zazie dans le métro

 “ Napoléon mon cul, réplique Zazie. Il m’intéresses pas du tout, cet enflé avec son chapeau à la con.

  – Qu’est-ce qui t’intéresse alors ?
  Zazie répond pas.
– Oui, dit Charles avec une gentillesse inattendue, qu’est-ce qui t’intéresse ?
– Le métro. “
 
Course poursuite dans le Paris des petits boulot, du populo. et de l’accent parigot. Zazie, la mouflette qui n’a pas la langue dans sa poche va faire tourner en bourrique les adultes à cause d’une grève de métro et d’une paire de Bloudjinnzes.
Zazie dans le métro - Photo 3 © Malavida Gaumont
Louis Malle réussi à mettre à mal la grammaire cinématographique pour rendre hommage au style littéraire Queneau.
Sorti la même année que “ A bout de souffle”, “ Zazie...” étonne par sa liberté de ton et sa joyeuse anarchie.
Louis Malle s’amuse avec sa caméra comme Raymond Queneau avec son stylo.
Catherine Démongeot et son vert
langage est une zazie d’anthologie et Philippe Noiret restera à jamais un génial tonton Gabriel.
Un vrai bon film du patrimoine à voir dès le collège.

 

Affiche - La Guerre des boutons

 Batailles rangées, guerre de clochers, odeur de foin coupé, un petit air de liberté et de vacances. Pour Lebrac de Longeverne et L’Aztec de Velrans, cet été sonne la fin de l’enfance, alors autant en profiter.

Oubliez, les deux récents nanars sortis en même temps il y a quelques années : il n’y a qu’une Guerre des Boutons, il n’y a qu’un Petit Gibus qui, si il aurait su il aurait pas venu, et qu’un petit Gaston qui doit demander à son père, si “couille molle” c’est une insulte.

La Guerre des boutons - Photo 4 © Malavida Gaumont

 Il n’y a qu’une “ Guerre des boutons”, celle d’Yves Robert et Danielle Delorme, succès planétaire dès sa sortie en 1962.

Une friandise idéale pour un après-midi de pluie ou de canicule.


N’oubliez pas la devise de Baz’art : “

Il n’y a pas de vieux films, il n’y a que des films que l’on a pas vus....” 

 LES ENFANTS TERRIBLES !

Sortie le 9 & 23 juin 2021

La guerre des Boutons d'Yves Robert

Zazie dans le métro de Louis Malle

& TOM FOOT de Bo Widerberg