une fille facile (1) (1)

Parmi les quatre longs métrages  compétition à Cannes et qui sortent en même temps en salles,  Annette était celui des quatre qu'on avait cités en exemple sur Twitter ( voir infographie ci dessous) qui avait gagné à notre petit sondage : 

 Autrement dit, Annette de Leos Carax était un des évenements cinéma de ce mois de juillet et c'est peu de dire que Michel qui est allé le voir pour Baz'art ce week end n'a pas aimé du tout  ..

 bdf3376_115672717-annette-1

Si pour l'avoir vu aussi, je trouve que Michel y va pas un peu fort (Adam Driver s'en sort plutôt bien avec un personnage effectivement mal écrit et la dernière heure qui assume le coté tragédie grecque est bien plus regardable...) , impossible de faire un pour contre comme on le fait parfois, tant il n'y a personne à Baz'art pour sauver le soldat Annette...

On assistera donc au naufrage  "michelien" d'un film par ailleurs très bien accueilli par la presse  et on esperera qu'on sera plus tendres avec les autres films cannois que l'on a prévu de chroniquer prochainement (Benedetta, Bergman Island, Titane et les autres pas encore à l'affiche)  : 

XVMfbe830c6-d4d0-11eb-bb56-c93fd74ea56a
Une catastrophe que ce Annette vu ce dimanche soir au Comoedia..
Je dois dire qu'assez vite dans la séance, des spectateurs (on a les noms!)  ont  cherché à fuir à toute jambes de la salle et moi je me suis terriblement ennuyé en me demandant  jusqu'où les gamineries d'un désormais sexagenaire pouvait aller...
Le film fait 2h20, il y a facilement une heure de trop, la fin n'en finit plus de ne pas finir!
Sauvons toutefois une belle tentative de faire un portrait mi aimant mi cruel d'un Los Angeles vicié par un succès qui arrive aussi rapidement qu'il peut disparaitre.
Mais Carax est un petit joueur qui masque  ses faiblesses par une logorrhée d'image et la dimension à double face de la cité des anges avait quand même plus de tenue ailleurs.. 
Revoir Under the Silver Lake ou Mulholand drive pour ne citer que deux exemples ...
annette_stills_rec709
Alerte spoiler :  le gag de faire mourir Cotillard tout le long du film alors que  les réseaux  sociaux l'ont moqué pour sa performance dans batman est assez gamin et finalement assez vain aussi ...
Adam Driver,  qu'on a vu parfois  bon comédien est ici mauvais comme  un cochon.
Il incarne (?) un comédien de stand up mégalo et transgressif, mais le problème est que les deux séquences de stand up qu'on voit sont nulles, ..ni drôle ni subversif simplement nulles! 
Et surtout il y a un vrai probleme d'écriture de son personnage  qui n'est pas travaillé.. on apprend  au détour d'une scène (seconde alerte spoiler) qu'il est un Harwey Wenstein en puissance, mais cette information arrive de manière totalement incongrue et ne sera plus jamais exploitée ensuite ...
annette-photo-adam-driver-marion-cotillard-1374664
Bref, ce n'est  plus un scénario, c'est une véritable passoire qu'on a pondu là Léos Carax ...
Finalement  le personnage  le plus crédible, c'est  sans doute le  pianiste mais on le voit 15 minutes à peine  (Note de Filou Baz'art: non, lui c'est pire, car complètement concon et cucul ce personnage) ..
Carax a évidemment le sens de l'image et de la mise en scène mais ne devrait pas écrire lui même ses scénarii...
Comme pour le cinéma de Jean Jacques Beinex, à qui on pense parfois, on a ici la preuve flagrante que des bonnes scènes et un vrai sens du visuel ne font pas forcément un bon film.... 

  

Bref, les bonnes critiques qu'on voit fleurir un peu partoutdepuis la présentation du film en Ouverture du festival de Cannes, notamment dans Libération ou Telerama sont à mes yeux totalement incompréhensibles..

Espérons que Monsieur Spike et son très estimable jury n'aient pas l'idée saugrenue de le sauver des eaux du Palmarès samedi soir prochain !