On s'en est rendus compte en dialoguant avec plusieurs festivaliers lors du dernier Quais du Polar : les polars sont décidément un des grands succès littéraire de l'été.

Une raison suffisante pour vous en proposer trois polars parmi nos dernières lectures.

Des romans policiers déjantés ou roboratifs et en tout cas assurément à déguster sur la plage ou en se mettant au frais  :

1/De cendres et d’or ;B.Michael Radburn (Seuil/Cadre Noirs ) : 

radburn

«  Un abribus antique se dressait au niveau de la sortie d’Eldritch Falls. Quelques planches manquaient, et de l’herbe sèche poussait entre celles du banc. Taylor mis son clignotant et s’engagea sur la route mal entretenue qui se dirigeait vers la ville. Le flanc de la montagne était strié de trainées noires et de cendres grises, et on apercevait la cime du Pic de Jacob  dans la dernière ligne droite. Sur une butte qui surplombait la ville, un panneau clamait : BIENVENUE Á ELDRITCH FALLS. La beauté des lacs immenses s’estompait derrière lui, et le paysage calciné semblait l’aspirer dans les ténèbres. »

 Une jeune française, disparue depuis des jours, est retrouvée morte dans un parc national de l’état de Victoria en Australie. A Eldritch Falls, petite bourgade du sud de l’ile, le poste de police est en émoi, et la découverte d’un charnier de plusieurs corps  près d’une ancienne mine d’or prouve bien que ce n’est pas le crime d’un simple rodeur.

Le sergent Mardsen et son jeune stagiaire Blaney, un peu dépassés par les évènements, accueillent le ranger Bridges et l’inspectrice en chef Norton de Melbourne. Ce quatuor mal assorti va devoir faire équipe.

Ensemble ils mettront à jour une sordide histoire familiale liée à la fameuse ruée vers l’or de 1851, une des plus importantes jamais vue au monde.

 «  Marsden se méfiait des stagiaires, qui ne restaient jamais bien longtemps : dès qu’ils le pouvaient, ils réclamaient une mutation en ville. Il n’était pas trop vieux pour avoir oublié que lui aussi aspirait à plus d’action autrefois. Difficile d’être excité par la perspective de dégager des routes bloquées par les vaches ou de servir de baby-sitter aux mêmes ivrognes tous les samedis soir. Mais c’était bon d’avoir une paire de mains supplémentaire pour nettoyer les cellules le dimanche matin. »

Indiana Jones versus Norman Bates dans un polar efficace et géographiquement dépaysant. Un excellent moyen de combattre un début de vacances maussade ? Plongez-vous dans « De cendres et d’or » et partez en Australie pour un été aride et caniculaire.

9782226460745-j

 2/ Le bureau des affaires occultes, Eric Fouassier, Albin Michel

"Puis il se mit à avancer d'une démarche résolue ouvrit le battant et se jeta tranquillement la tête la première dans le vide "

UNE NOUVELLE SÉRIE NOIRE DANS LE PARIS DES ANNÉES 1830

  Le roman LE BUREAU DES AFFAIRES OCCULTES  vient d’obtenir le Prix des maisons de la Presse 2021.

L’auteur, Eric Fouassier, était à Lyon un des invités de Quais du Polar les 3 et 4 juillet dernier  

 Dans la lignée des grands enquêteurs de l’Histoire, Valentin Verne, policier atypique, décrypte les crimes à l’aide des dernières découvertes scientifiques. Naissance d’un personnage de légende et d’une série totalement addictive.

Mettant en scène des célébrités de l’époque – Victor Hugo, Lamartine, Lacenaire, Gérard de Nerval, sans oublier Vidocq –, ce premier opus fait du Paris d’alors un personnage à part entière.

Visage d’ange et caractère ombrageux, aussi à l’aise dans les basfonds que dans les salons de la bonne société, valentin verne dissimule  un lourd secret.

À la manière d’un Dickens ou d’un Eugène Sue, Éric Fouassier dessine une topographie romanesque dévoilant les entrailles d’une ville prête à dévorer les innocents.

LE BUREAU DES AFFAIRES OCCULTES  nous montre quand la science inspire le crime. A travers ce polar original et bien mené, Eric Fouassier nous plonge dans une période de l'histoire marquée par d'intenses luttes politiques, avec la science comme point d'appui pour confondre les crimes, et l'amour en roue de secours salutaire également ! 

3/Cimetières d'étoiles, Richard Morgiève (Joelle Losfeld)

LO0096

 Si Dieu avait été un peu plus sympa, il l’aurait prévenu, lui aurait dit :
« Je t’ai fait difforme et nain pour qu’on puisse t’enterrer facilement, pour pas un rond, et sans se faire chier, y compris dans une bouteille de gaz. Suffit de t’enfiler les bras dans le cul et le tour est joué…

La parution du Cherokee il y a tout juste deux ans  avait consacré son auteur Richard Morgiève, qui avait pourtant quelques romans à son actif avant ce coup de maitre. 

Grand Prix de Littérature Policière 2019 et le Prix Mystère de la Critique 2020, Le Cherokee embarquait le lecteur dans une histoire de vengeance et de mort  où culpabilité, désir , quête éperdue de vérité et de pardon se joignent et  plongent ce shérif dans des tourments  existentiels complexes . 

 Celui qui est souvent considéré comme le grand styliste du roman noir revient  avec une histoire qui  commence précisément huit ans après la disparition du Dindon, effroyable tueur en série dont la traque par le shérif Nick Corey constitue la trame du Cherokee.

Ici c'est un duo de flic totalement aziumuté Fletcher et Drake,  qui vont suivre à la trace  ce tueur de Marines à la frontière mexicaine. 

Souvent sous l'emprise de substrances illicites nos gardiens de l'ordre éructent des versets de la Bible quand ce ne sont pas des génériques de films, c'es vous donner un peu l'étendue des dégats et du style d'un Richard Morgiève qui ose tout ou presque pour embarquer son lecteur 

 

Vous avez aimé Le Cherokee ? Avec Cimetière d’étoiles, enquête furieuse et lumineuse sur les routes du Texas., magnifiquement bien écrit, halluciné et hallucinant. vous ne devriez pas être déçus le moins du monde !