Artiste particulièrement engagée et inspirée, Aïssa Maïga a récemment co-réalisé avec Isabelle Simeoni pour la télévision (Canal Plus) Regard Noir, un road movie documentaire sur la place des femmes noires dans les fictions et les solutions pour l’inclusion de tous les talents( voir notre chronique ici même).

En salles dès mercredi prochain, elle récidive l'expérience avec Marcher sur l’eau, documentaire qu’elle  a réalisé cette fois ci  pour le cinéma.

MSLE-16

Elle  a tourné le film  en même temps que  Regard noir prouvant qu'elle pouvait simultanément partir sur deux documentaires très différents l’un de l’autre. 

"Marcher sur l'eau" est un documentaire qui suit la vie des habitants de Tatiste, un petit village du Niger et leur lutte constante pour trouver de l'eau.

Avec la crise climatique, la saison des pluies y est de plus en plus courte et l'eau manque cruellement la plus grande partie de l'année : elle devient la principale préoccupation des habitants. 

MSLE-19

À cause du manque d’eau, les éleveurs doivent aller de plus en plus loin pour nourrir les animaux, les femmes partent chercher du travail dans les pays voisins, les adolescents se retrouvent responsables des plus petits, aux dépends parfois de leur éducation…a souhaité donner la parole – avant tout – aux femmes, dont l’abnégation et le courage traversent le film, détermination sans failles.

L’Afrique est particulièrement affectée par le changement climatique, alors qu’elle n’y contribue que très peu. Une prise de conscience servie par des personnages attachants et une très belle photographie.

Aïssa Maïga raconte avec Marcher sur l’eau le problème de la raréfaction de l’eau mais aussi le manque que l’on ressent vis-à-vis de sa famille quand on est obligé de partir, comme c’est le cas de ces femmes africaines qui laissent leurs enfants pour aller chercher de l’eau, ou de l’aide.MSLE-20

Elle prend notamment le parti pris de se  focaliser sur Houlaye, adolescente de 14 ans qui gère la crise du mieux qu'elle peut, tout en continuant ses études.

Une bien belle personnalité qu’on voit évoluer, prendre de l’assurance et grandir, devant la caméra de la cinéaste qui n'en perd pas une miette.

Formellement très réussi, grâce à une utilisation très pertinente du  format en cinémascope, Marcher sur l’eau profite aussi de la maitrise du chef opérateur Rousslan Dion qui magnifie les paysages de l’Afrique,et restitue avec maestria la beauté d'un continent, en dépit les épreuves et les immenses difficultés qu'il peut traverser.

Un très beau documentaire à ne pas rater dès mercredi en salles!