Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Baz'art  : Des films, des livres...
22 novembre 2021

Théâtre à Lyon : on a vu "La Peur" une pièce inspirée de l’affaire du père Preynat...

  Aux Célestins, dans la petite et très chalereuse salle des Célestines,  l'excellent dramaturge lyonnais François Hien présente sa dernière pièce, La Peur, inspirée de l’affaire Preynat, quelques semaines après la publication du rapport Sauvé et quelques années après l'éblouissant Grâce à dieu de François Ozon...

On a vu la pièce vendredi soir et elle nous a vraiment enthousiasmée!

peur22

 Parce qu’on a découvert sa liaison amoureuse, le père Guérin a perdu sa paroisse.

Devenu le confesseur des hommes d’Eglise, il prévient la justice de la pédocriminalité du père Grésieux qu’il a apprise en confession.

Il pourrait dénoncer également l’évêque qui savait mais qui a gardé le secret; ce dernier le convainc de n’en rien faire.

Pour le prix de son silence, le père Guérin retrouve une paroisse. Mais un jeune homme, victime autrefois du père Grésieux, lui rend visite pour obtenir son témoignage. S’engage alors un dialogue qui bousculera les deux hommes. “
 Un texte fort, intelligent et courageux et sur la pédocriminalité au sein de l’Eglise Catholique.
LaPeur19_CopyrightStofleth
François Hien aborde frontalement les disfonctionnements séculaires de l’institution religieuse. La pédophilie bien sûr, qui est le catalyseur de la pièce, mais aussi l’hypocrisie de l’abstinence sexuelle, de la sexualité et du célibat des prêtres.
Utilisant le constat sociologique de Frédéric Martel qui, dans son essai “ Sodoma”, démontre que l’Eglise est la plus grande communauté homosexuelle du monde, François Hien se demande bien alors, pour quelle raison l’église catholique reste depuis si longtemps une institution aussi violemment homophobe et réactionnaire.
Comment et pourquoi a-t-il été si difficile aux victimes des prêtres pédophiles de faire entendre leur voix ?
peur
 Dialogues intenses et percutants, “ La Peur” de François Hien devient une pièce indispensable pour comprendre comment la sexualité est devenu cet instrument puissant pour maintenir des hommes dans la honte, le mensonge, la peur et la dissimulation.

Malgré la dureté des thèmes qu’elle aborde, La Peur est une pièce qui conduit vers la lumière », souligne François Hien dans le dossier de presse et on ne lui donnera assurément pas tort.
Entre le personnage fort de Morgan, jeune homme actif dans l’association “ La parole libérée” et le père Guérin, prêtre gay qui a dénoncé un pédophile, se noue une relation de grande intensité.
La Peur est une  sacrée pièce construite et écrite avec une intelligence et une précision rare et surtout formidablement dialoguée pour embrasser tous les problèmes sociaux, sexuels et criminels que l’église catholique met sous le tapis depuis des siècles...
LaPeur07_CopyrightStofleth
Mention spéciale à l’interprétation magistrale d’Arthur Fourcade qui est de toutes les scènes, précisions supplémentaires, Estelle Clément-Bealem, Pascal Césari, Ryan Larras et Marc Jeancourt sont formidables eux aussi.
Philosophique, sociologique et profondément humaniste, François Hien signe un texte qui fera date. 

 La Peur

actuellement au Théâtre des Célestins

DURÉE 1 h 50

du mar. 23/11 au dim. 05/12 16h30

PRIX DES PLACES

de 9 à 26 €

Commentaires