Pour notre dernière interview de l'année, on a rencontré une vraie personnalité du monde des lettres.

Avec 30 millions d’exemplaires vendus, l’écrivain de "philosophie-fiction" Bernard Werber est assurément parmi les romanciers français les plus lus au monde. 

A l'occasion de son dernier roman la prophétie des abeilles Voir notre critique)  Bernard Werber nous a accordé un long moment pour échanger sur toutes les thématiques qui nous interessent : 

modele interview (9)

 L'environnement, un thème essentiel comme source d'inspiration et de combat 

La surpopulation de la planète, c'est un vrai défi pour les années à venir .

On est censé être de plus en plus en nombreux sur la terre avec, selon certains experts, bientôt 10 milliards d’habitants.

Notre planète peut-elle vraiment  supporter 10 milliards d’êtres humains?? … La non maîtrise de régulation démographique qui risque d’entraîner des guerres, de la pollution, des restrictions d’eau, voire d’air est une vraie problématique du moment .

Aujourd’hui, aucun parti ne semble prendre ce problème sérieusement, même les écologistes. Aucun ne parle de la maîtrise de la démographie humaine planétaire.Les quelques discours sur ce sujet sont nationaux. Chacun regarde dans son pays et gère en fonction. C’est une vue sur le court terme.

Si nous détruisons la planète, les prochaines générations vont devoir payer cher pour avoir de l’eau et de l’air consommables, c’est fortement préjudiciable.

Je ne suis ni un politicien, ni un économiste, ni un philosophe, je suis juste un être humain qui pense comme vous. Mes pensées ne sont qu’une proposition.

C’est aussi une manière de ne pas se prendre au sérieux et de rappeler que la personne la plus importante reste le lecteur.

bernard-werber

La disparition des abeilles, un phénomène qui a un lien direct avec l'humanité 

Les abeilles sont en danger, notamment à cause des frelons asiatiques. Le frelon asiatique est arrivé en France en 2004.

Il a suffi d'un seul type qui a amené une reine dans une porcelaine et depuis, le monde entier est envahi par les frelons asiatiques, qui détruisent systématiquement les ruches.

Je fais référence en tout début du livre à la théorie scientifique qu'on prête à Eisntein  selon laquelle le jour où les abeilles disparaîtront, l'humanité ne pourra survivre que 4 ans.

C'est l'ouverture du livre et c'est l'un des thèmes : le roman lie la disparition des Templiers et la disparition des abeilles.

Des travaux réalisés sur l'abeille montrent que certains de ces insectes présentent des différences de comportement reposant sur des variations génétiques. Déjà dans 'Les Fourmis' j'avais l'idée d'observer l'humanité, avec cette fourmi qui observe les humains;j'essaie toujours de comprendre ce monde avec un angle un peu décalé, avec un peu de recul. 

BERNARD_WERBER_0202

Passion pour les abeilles mais aussi pour les Templiers.

C'est passionnant parce qu'il y a beaucoup de livres dessus, et je suis en train de découvrir des choses extraordinaires sur leurs sources et leurs origines.

La grande difficulté consiste à oublier sa documentation pour ne pas ennuyer son lecteur : il faut donc que j'enregistre toute la documentation, et que je ne la mette pas dans le livre, pour que le lecteur soit dans l'action.  Il faut que le lecteur prenne ses informations de manière quasi-inconsciente, subliminale.

 La réincarnation et les vies antérieures

Ne pas s’intéresser à la réincarnation veut dire que l’on considère que l’on a une vie unique et qu’à notre mort, nous serons dans une boîte, enfoncés sous terre, devenant un simple souvenir pour nos proches, c’est assez limité.

 Plutôt développée en Inde ou encore en Chine, la réincarnation est aussi présente dans le christianisme ou encore du judaïsme des origines.  

La réincarnation, c’est comme si on donnait une perspective à nos vies.

Dès le moment où j’y crois, c’est comme si je considérais que ma vie d’aujourd’hui en tant que Bernard Werber est une vie parmi d’autres, il y en a eu avant et il y en aura après.

 Donc,  cette vie n’est pas aussi grave, c’est une manière d’être plus décontracté par rapport à la vie et à la mort.

 J’aime l’idée que dans chaque vie nous apprenons quelque chose qui nous a manqué dans la vie précédente.

La fascination pour l'hypnose

C’est le même processus que le processus romanesque. En fait, un bon livre est un livre qui vous hypnotise.

Quand vous dites dans un passage “Il avait devant lui la femme la plus belle du monde”. Le lecteur va imaginer la femme la plus belle du monde selon ses propres critères. En fait, chaque lecteur va utiliser son propre imaginaire pour fabriquer le personnage, il va le visualiser.

L’hypnose prend la même démarche. Le lien entre l’hypnose et le roman est cette visualisation.

Maintenant ce qui m’amuse dans l’hypnose telle que je la pratique c’est de le faire en face à face. C’est une expérience que je trouve complémentaire à celle de l’écriture.

Le pouvoir de la fiction... et de la science

J'ai été journaliste scientifique pendant sept ans et j'ai essayé de me baser au maximum sur des vraies informations scientifiques, et à partir de là, extrapoler.

Ce n'est surtout pas de l'imagination basée sur rien. Plus c'est vrai, plus c'est magique. Dans tous mes livres il y a cette idée d'enseigner à mon lecteur, de faire de la vulgarisation scientifique, philosophique, et spirituelle.

En tant qu’ancien journaliste scientifique, je ne suis pas mystique, je considère que la réincarnation est une hypothèse à prendre en compte au même titre que les réflexions sur la vie après la mort ou encore l’existence de Dieu.

 Personne ne pourra jamais prouver que c’est vrai comme personne ne pourra jamais prouver que c’est faux. Le tout est de savoir si cette hypothèse nous apporte du bien et rend notre vie plus agréable.

 Me dire que j’ai eu des vies avant et que je vais en avoir après me rend cette vie plus agréable. 

C’est pour cela que dans “ la prophétie des abeilles , je propose à mes lecteurs de s’offrir à eux-mêmes la perspective qu’il y ait eu des vies avant et qu’il va y en avoir après.

Leemage_cen12244 (1)

Etre avant tout un raconteur d'histoires

Je veux montrer qu’il peut exister d’autres manières de voir les choses mais que je ne détiens pas la vérité. Il est important que les écrivains ne se prennent pas au sérieux.

Il y a eu trop de gens qui ont abusé de leur statut d’écrivain pour dire tout et n’importe quoi. Nous sommes des raconteurs d’histoires, notre première fonction est de distraire.

Pour cela, il faut leur raconter une jolie histoire, leur mettre des émotions et il faut aussi de l’humour. Le tout en mélangeant les connaissances, l’humour et l’intrigue avec l’aventure.

Mon objectif principal quand j'écris c'est de surprendre son lecteur, car mon grand souci, c'est le suspense : lidée est que la scène suivante ne soit jamais celle que le lecteur attend.

  La pression d'être un des auteurs les plus vendu dans le monde

 Dès que j’ai écrit j’avais comme souhait d’être diffusé dans le monde. Les écrivains que j’aime n’écrivent pas pour leur pays et leur époque, ils écrivent pour le monde entier et pour toutes les époques.

Ce que j’écris doit avoir du sens dans 50 ans, mais aussi à l’étranger. Je mets mon énergie dans la structure de l’histoire et non pas dans la forme. 

En fait, je suis plus un écrivain de structure que de style et c’est aussi ce qui permet aux traducteurs de rester fidèles au récit. 

Toucher tous les publics avec plusieurs niveaux de lectures

J'essaie de toucher tous les publics. Dans mes livres, il y a trois niveaux: un de type "conte" pour les jeunes, un de type philosophique pour les plus grands, et pour les gens qui cherchent des symboles et des indices cachés il y a aussi quelque chose de prévu. C'est donc une écriture sur trois couches.

Il me semble qu'avoir la volonté d'universalité est une noble attitude pour un artiste.

Il ne faut surtout pas céder à la notion d'élitisme. Pour moi, un véritable artiste est un artiste qui touche tout le monde. Quand on ne touche qu'une catégorie d'âge, de sexe, de métier ou de culture, ça veut dire qu'on a échoué... 

 Ecrire, une vraie discipline de travail 

J’ai établi une discipline dès l’âge de 16 ans. Ecrire de 8h00 à 12h30 tous les matins. Pour l’instant j’y suis toujours arrivé, et  même en déplacement à l’étranger avec le décalage horaire. Le cerveau est comme un muscle, plus on l’utilise, plus il fonctionne bien.

On peut comparer cette discipline à celle d’un pianiste qui fait ses gammes. Si tous les jours on joue du piano après cela devient naturel, on ne sent plus l’effort. Je crois à la régularité comme un moyen de ne plus penser à la technique. C’est une question d’émotion.

Se tenir à cette discipline quotidienne n’a pas toujours été simple. Tout mon entourage le sait maintenant et personne ne me dérange le matin. 

Best seller : La Prophétie des abeilles, Bernard Werber fait des abeilles le salut de l'Humanité - Baz'art : Des films, des livres...

  La régularité comme principe de base de l'écriture.

J’ai n’ai jamais été un sportif, à l’école je n’arrivais même pas à monter à la corde.

Quand j’ai eu des soucis cardiaques mon médecin m’a dit de faire du sport tous les jours. Là, j’ai découvert que mon corps en était capable.

A ma grande surprise, rien que par la régularité je suis arrivé à m’améliorer jusqu’à faire un marathon.

Je crois donc en cette discipline de régularité. La régularité entraîne l’empirisme. Depuis, je n’ai jamais cessé de m’améliorer tout simplement parce que j’ai bénéficié de toutes les expériences faites avant.

Je travaille aussi dans les cafés pour être entouré d’êtres humains, je ne suis pas un moine enfermé dans une cellule à méditer.

J’ai  vraiment besoin de voir des gens pour pouvoir trouver l’inspiration de mes histoires.

 La curiosité règle de base du métier.

Si vous n’êtes pas curieux du monde dans lequel vous êtes, vous n’allez pas pouvoir rendre le lecteur curieux de l’univers que vous fabriquez. Le pire défaut est de ne pas être curieux.

 Ce que j’ai envie de dire aux jeunes auteurs, c'est de  chercher l’originalité. Surtout ne faites pas pareil que ce qui a marché, ne faites pas pareil que ceux qui ont déjà écrit, ne copiez pas les auteurs morts.

Trouvez votre voie. Cherchez qui vous êtes et votre authenticité et à partir de là, faites-la rayonner.

C’est un travail de toute une vie, de spiritualité et c’est un travail qui va au-delà du métier d’écrivain.

Tout être humain doit comprendre qui il est, une fois qu’il a compris sa différence – ce qui était réellement important pour lui – de le faire rayonner et à ce moment là, il est utile. 

Bernard Werber, un auteur continuellement à la rencontre de ses lecteurs

C’est très important pour un auteur de connaître ses lecteurs.

Les auteurs qui sont dans leur tour d’ivoire et qui considèrent qu’ils envoient leur livre comme une bouteille à la mer sans savoir où il va arriver, me semblent des auteurs qui fonctionnent en vase clos.

Il y a un moment où il faut regarder ses lecteurs dans les yeux pour savoir qui ils sont, qu’est-ce qui leur plaît, qu’est-ce qui fait qu’ils sont nos lecteurs et avoir un début de dialogue.

Je fais ça en France et à l’étranger, pour moi c’est une prolongation de mon métier, les lecteurs sont ma famille.

C’est à eux que je dois tout. Ce n’est pas au système littéraire parisien, aux prix littéraires, à tous les oligarques de ce système, c’est à ces gens qui entrent dans des librairies, qui paient 20 euros et vont rester sept heures à tourner les pages.

Le minimum est d’être reconnaissant en allant à leur rencontre, en faisant des dédicaces, des conférences. Pour moi, c’est juste la prolongation naturelle de mon métier.

  Ce sont les lecteurs qui me font vivre, pas les médias. Avant de rentrer dans la littérature, mon rêve était de passer à la télé, de faire des émissions littéraires pour authentifier mon statut d'écrivain.

A présent, mon rêve est réalisé, et ce que je veux c'est un maximum de lecteurs, donner envie à des gens qui ne lisent plus de revenir à la lecture. 

Ce qui me plaît, le plus que tout dans ce métier c'est mon rapport avec le public.   

© Leonardo Cendamo / Leemage

© Roberto Frankenberg

 La Prophétie des abeilles, Bernard Werber , Albin Michel,  en librairie depuis le 29 septembre 2021