81AiKD+-TsL

  « Je n’écris que pour découvrir ce que je pense, ce que je regarde, ce que je vois et ce que ça signifie. Ce que je veux et ce que je crains. »

Joan Didion,  journaliste romancière et scénariste,  est devenue une vraie icone  des lettres américaines, surtout après la publication de son best-seller L’Année de la pensée magique, qui lui avait valu en France le prix Médicis en 2007. 

Elle avait énormément souffert de  la soudaine disparition de son mari, l’écrivain John Gregory Dunne, d’une crise cardiaque qu'elle avait magnifiquement raconté dans L’Année de la pensée magique.

Elle est décédée dans son appartement new-yorkais le 23 décembre 2021 alors qu’elle y vivait recluse après avoir contracté la maladie de Parkinson.

Après le décès brutal de son mari la romancière et scénariste américaine Joan Didion a peu de temps après perdu sa fille adoptive, Quintana, décédée peu après à l'âge de 39 ans d'une hémorragie cérébrale après plusieurs mois d'agonies.

Pour tout vous dire paru  publié chez Grasset en ce  réunit  un grand florilège de  ses textes qu'elle avait publié entre 1968 et 2000 ...

 On retrouve dans ce recueil ceux qui deviendront les thèmes de prédilection de l’icône des lettres américaines , notamment son travail d'écriture,  d'inspiration, de sa méfiance envers l'écriture journalistique qui se revendique objective, mais aussi de ses années Vogue où s'est épanoui son style, le pouvoir des images mentales, de la fiction et de l'imagination, la différence entre le roman fini et inachevé,ainsi que son désir  de voir la vie s'élargir aux dimensions d'un roman. 

Entre rencontres avec Nancy Reagan, Shining de Stanley Kubrick, de Robert Mapplethorpe, de Tony Richardson, d'Ernest Hemingway, de Martha Stewart, Joan Didion nous parle surtout du mystère des mots posés sur le papier. 

joan-didion-amerique-chroniques-768x468

 Pour tout vous dire rassemble un florilège de douze textes d'où découle une ironie désenchantée. 

Retrouver Joan Didion, sa liberté de ton, son époustouflant sens de la formule, son écriture qui tente de lutter contre la tristesse et la mélancolie est un vrai plaisir de lecture.

 "Pour tout vous dire » (Let Me Tell You What I Mean), de Joan Didion, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Pierre Demarty, préface de Chantal Thomas

 Grasset collection « En lettres d’ancre », 216 p., 17 €, numérique 12 €.