unnamed (23)

Après Au revoir l'été, Harmonium, L'infirmière et Hospitalité, le diptyque de Kôji FUKADA sort enfin en salle.

L’attendu diptyque Suis moi je te fuis et Fuis moi je te suis,sélectionné à Cannes en 2020,devait clore fin août  2021 une "rétrospective"  estivale consacrée à son oeuvre 

 Suis moi je te fuis arrive au cinéma le 11 mai, et cette fresque romanesque tirée d'un manga  croise intelligemment le parcours de deux personnages, qui sombrent chacun dans les ténèbres de leur quotidien.

suis-moi-je-te-fuis-koji-fukada-japon-900x600

Consciemment ou pas, à quarante ans à peine passés, Koji FUKADA est un réalisateur qui a construit son cinéma autour de motifs et d’idées clefs revenant de film en film et les liants les uns aux autres dans une œuvre extrêmement précise et cohérente. 

Entre ses deux collègues de bureau, le cœur de Tsuji balance. Jusqu’à cette nuit où il rencontre Ukiyo, à qui il sauve la vie sur un passage à niveau. Malgré les mises en garde de son entourage, il est irrémédiablement attiré par la jeune femme... qui n’a de cesse de disparaître.

SUIS-MOI JE TE FUIS - Art House

 

Sous la forme d'un diptyque d’une magistrale envergure (Suis-moi je te fuis se complète d'un deuxième film, Fuis-moi je te suis), Kôji Fukada emprunte aussi bien à la chronique domestique qu’au drame voire au thriller.

Suis-moi je te fuis brosse une ample quête amoureuse où les rôles s’inversent et se dédoublent continuellement  et devient au fil de l'oeuvre  une fresque cinématographique au développement vertigineux.

 Il faudra absolument  voir Fuis-moi je te suis, le deuxième opus  qui sort en salles la semaine d'après le 18 mai  pour avoir la fin mot de l'histoire et des mystères de ce puzzle  sentimental très ambitieux ...