G05496

  « Il suffit que je ferme les yeux pour me souvenir de ce parfum entêtant et sucré. Les larmes me montent aux paupières. Les voilà, mes revenants. La voilà, l'odeur du pays de l'enfance, disparu, englouti. Je m'appelle la nuit. Tel est le sens de mon prénom Leïla en arabe »

Leïla Slimani,  romancière majeure actuelle qu'on ne présente plus,  est invitée à passer la nuit à la Douane de mer, à Venise, où se tient l'exposition Luogo e Segni (Lieu et signes) qui rassemblent les oeuvres d'artistes contemporains.

Elle a accepté la proposition  car elle se trouvait dans une période particulière de panne d'inspiration et puis c'est pas n'importe quel lieu quand même, c'est Venise, la Sérénissime.  Mais elle  éprouve quelques réticences à propos de  l'art contemporain, un art  qu'elle juge trop élitiste.

"Dans certains lieux, les lieux saturés de mots de significations des lieux où vous vous sentez enjoint à ressentir telle ou telle émotion, le silence est la meilleure parade. C’est dans cet état d’esprit que je traverse Venise."

Au départ, Leïla  se sent prisonnière des lieux, des oeuvres, et surtout elle se sent assez illégitime.
Elle passe en revue les oeuvres, pour tenter de les apprivoiser et cet exercice lui fait remonter à la surface des  souvenirs ou des réflexions intimes sur le paradis perdu du Maroc, l'exil , la puissance de l'art et de la littérature.
"Les expressions populaires sont aiguisées comme de petits poignards qu'on enfonce dans les plaies de la vie. Les gens disaient : « II n'y a pas de fumée sans feu ». Or, il y a des feux qui brûlent longtemps sans qu'aucune fumée ne s'échappe du foyer. Il y a des flammes qui s'épanouissent en secret. Et puis il y a des fumées noires et poisseuses qui salissent tout, qui étouffent les cœurs, qui repoussent au loin les amis et le bonheur. Des fumées dont on passe des années à chercher de quels feux elles proviennent. Et que parfois on ne trouve j'amais. "

Avec Le Parfum des fleurs la nuit, elle offre un texte  majeur et d'une profonde intelligence sur le métier d’écrire, mais aussi sur elle-même

Un livre que tous les passionnés de littérature ne pourront que s'approprier. 

«Ce que l’on ne dit pas nous appartient pour toujours. Écrire, c’est jouer avec le silence, c’est dire, de manière détournée, des secrets indicibles dans la vie réelle.

  

Le parfum des fleurs la nuit; Leïla Slimani 

Collection Folio (n° 7073), Gallimard
Parution : 14-04-2022