4 livres de poche à siroter cet été 2022 

modele concours (73)

 1. Le tailleur de Relizane; Olivia Elkaim; Points 

147151_couverture_Hres_0

"Les voyages et tous types de déplacements me rendent folle. Préparer une valise, même pour un court week-end, me réclame un effort de plusieurs jours. Je voudrais rester figée au même endroit, ne jamais avoir affaire aux gares et aux aéroports. Quand j’arrive dans un hôtel, je déballe ma valise à roulettes, m’installe sur-le-champ, comme si j’allais demeurer là toute ma vie. Pour moi, les départs sont toujours définitifs et les retours jamais certains."

Fragilisée par une rupture dans sa vie Olivia Elkaim ressent le besoin de se replonger dans la vie de ses grands parents Viviane et Marcel juifs d'Algérie. Nous les suivons dans la première partie du livre depuis leur mariage, la naissance de leurs enfants.

 Puis en 1954 c'est le début de la guerre ou plutôt des évènements comme il était dit à l'époque et tout change. Marcel; le tailleur de Relizane, aimé de tous est tiraillé de tout coté.

 A l'espoir succèdent la peur, les représailles, le triste œil pour œil. Et en 1962 tout comme des milliers d'autres marcel et sa famille doivent quitter l'Algérie.

 C'est là qu'arrive la seconde partie du livre. Les pieds noirs sont mal accueillis, même des hommes politiques à l'époque leur conseillent de s'installer dans d'autres pays.

 C'est la misère pendant plusieurs années avant que tout s'améliore et viviane et marcel terminent leur vie .

 Ce livre d'Olivia Elkaïm est profondément attachant, les personnes sont vrais. 

La fiction quand elle est bien faite, permet vraiment de vivre les choses de l'intérieur et on se rend compte à quel point loin des livres d'histoire, ce genre de tragédie historique, ce ne sont pas que des dates et des faits froidement énoncés.

 Olivia Elkaim a écrit son livre avec son cœur, elle ira elle même en Algérie sur les traces de ses grands parents et on partage son émotion.

2. Un soupcon de liberté; Margaret Wilkerson (Babel)

9782330165734

 "Langston était son dernier petit ami en date, et il était mignon, si mignon que Ruby avait appris par une troisième année du centre de formation qu’il distribuait son numéro de téléphone à toutes les filles de la VIIth Ward dont les cheveux dépassaient l’agrafe du soutien-gorge. Ruby l’avait mal pris ; leur mère lui avait donc mitonné ses plats favoris toute la semaine, et la moindre parole que lui adressait Evelyn était rejetée comme stupide. "

 Dans les années 40 à la Nouvelle Orléans, Evelyn, jeune femme de 22 ans souhaite devenir infimière. Il faut dire qu'elle fait partie de la classe aisée de la société noire locale. Lorsqu'elle tombe amoureux d'un jeune homme déclassé socialement Renard, , les relations familiales vont commencer à se disloquer

Dans les années 80, on suit la destinée de la fille d'Evelyn et de Renard, Jackie dont le couple va mal, ravagé par les effets du crack.

Enfin, trente ans plus tard, le fils de Jackie, TC vient de sortir de prison  après avoir été condamné pour trafic d'herbe.

Trois temporalités différentes pour raconter 70 ans  de la société noire américaine à travers trois générations d'une même famille vivant dans la Nouvelle Orélans, ville symbole de la communauté afro américaine.

Dans une société si archaique, conservatrice et raciste, chacun essaie de faire les choix les moins handicapants possibles.

Fractures sociétales, raciales  familailes et politiques sont ici montrées du doigt  : Margaret  Wilkerson Sexton relate la chute d’une famille noire et déroule l’histoire de La Nouvelle-Orléans, ville symbole de la fracture sociale et raciale américaine, dans un premier roman puissant et lumineux.

Un soupçon de liberté montre les efforts de ces femmes pour faire famille malgré les obstacles qui se dressent sur leur chemin au fil des décennies: la ségrégation, la drogue dans les années 80 et l’ouragan Katrina dans les années 2000.

Un roman fort et passionnant. 

 3.« Le grand jeu », Graham Swift. 

G06096

 "Le spectacle doit continuer.Mais le faut il vraiment? Qui en décide?Quand on a t-on le droit de dire que maintenant c'est fini, qu'il n'y a plus de spectacle? De toute façon, celui ci n'avait été qu'un fragile assemblage, fait de bric et de broc pour l'été, tout au bout d'une jetée. Jack avait dit qu'il avait fait son temps,  que tout serait emporté par la marée sous ses pieds. Et il avait enlacé Evie."

Eté 1959,  station balnéaire de Brighton Palace:  Jack Ronnie et Ewie sont les acteurs principaux du  héâtre au bout de la jetée  qui  connaît, grâce à eux trois, sa meilleure saison estivale depuis des années. 

Ronnie, un jeune magicien brillant, et Evie, sa sublime et éblouissante  assistante éblouissant,, attirent le public chaque soir.  A leurs cotés le fidèle  Jack Robinson, artiste né,  organise tout le spectacle en maitre de cérémonie d'un spectacle  qui étincelle de mille feux. 

À mesure que l’été progresse, les  tensions hors scène entre les trois , les amours et les trahisons notamment,  commencent à éclipser leur succès théâtral. 

Le lecteur va se rendre alors vite compte que les événements qui  se sont déroulés au cours de cet été 1959 auront des conséquences durables pour leurs avenir à long et moyen terme. 

Grahim Swift, grand auteur britannique- Le Pays des eaux,  Le dimanche des mères- revient à plus de 70 ans avec un roman qui semble d'un classisisme un peu désuet de prime abord, avec ce qui pourrait laisser croire de prime abord à une banale histoire de triangle amoureux, mais celle-ci dévoile tous ses tours et ses richesses au fur et à mesure de son récit.

En mélangeant poésie du merveilleux et réalisme âpre, et en faisant des bons en avant et en arrière dans la chronologie, Le Grand Jeu est un de ces romans, qui comme ses protagonistes principaux , dévoilent tous ses charmes et ses artifices peu à peu .   

 L’écriture de Graham Swift, qui parait plutot lisse de prime abord, insiste  avec grande subtilité, un peu sans en l'avoir l'air, sur ces instants de bascule où les relations entre les personnages changeront à jamais.

Et en grand maitre du roman classique, son portrait d'une Angleterre des années 60, à la fois féérique et mélancolique  et sa peinture des coulisses du monde de la magie- un peu comme le fait Christopher Nolan dans son film Le Prestige- est peint avec une douce ironie typiquement british-  et une maîtrise incroyable.

Assurément, un des grands romans en poche à dévorer cet été 

 4. Normal People; Sally Rooney (Points) 

147192_couverture_Hres_0

 "Ce n’est pas très sérieux, intellectuellement, de s’inquiéter pour des personnages de fiction qui décident de se marier. Mais il n’y peut rien : la littérature l’émeut. Un de ses profs appelle ça “le plaisir d’être touché par le grand art”. Ainsi formulé, cela revêt presque une connotation sexuelle. Et en un sens, le sentiment éprouvé par Connell quand Mr Knightley baise la main d’Emma n’est pas complètement asexué, même si le rapport à la sexualité est indirect. Cela suggère à Connell que l’imagination à laquelle il fait appel en tant que lecteur est nécessaire pour comprendre les gens dans la vraie vie et être proche d’eux."

Après avoir fait sensation au Royaume-Uni, Normal People est une  série irlandaise  qui en racontant les alternoiements de coeurs de de jeunes irlandais, a fait chavirer  les notres (nos cœurs) et de tous ceux qui l'ont vu récemment sur France 5

 Pour ceux qui veulent prolonger la magie de la  érie, on ne saurait que trop vous conseiller de lire le roman original. Écrit dans une langue limpide et précise, le roman nous plonge dans l’ambiance des examens de fin d’année et dans la douceur des étés en Irlande, racontée avec tout autant de singularité et de  délicatesse que la série.

Traduit par Stéphane Roques,  l'écriture de Saly Rooney est d'une finesse remarquable,  et ce  "Normal People" ne cache d'ailleurs rien des félures et névroses de ses protagonistes qui sont montrés avec une extreme bienveillance, même dans leurs traumas et fragilités mentales. 

Tandis que Marianne a une histoire personnelle marquée par des violences insidieuses, Connell  a du mal à extérioriser ses sentiments et trouver sa place dans un monde aussi farouchement viril et où l'on doit cacher ses failles .

Une grande délicatesse irrigue ce roman , notamment lors des assez nombreuses séquences de sexe qui l'alimentent.