modele concours (80) Comme le slasher,  le survival, le film de vampire ou de zombie, le film de requin est un genre en soi qui répond à une structure et un déroulement  archétypal.

Une saison touristique mise à mal par l'apparition du squale, un héros, ici, une héroïne, que personne ne croit et quelques "déchiquetages" violents pour ramener tout le monde à la raison.

131646956Une mort sacrificielle, survenant par exemple au deux tiers du film, sera fortement appréciée.

La culpabilité  du survivant et combat final entre lui et la bête est une obligation incontournable.
C'est donc fort de ces repères scénaristiques que le spectateur se glisse dans la salle climatisée qui projette "L'année  du requin ", le nouveau film des frères belges Ludovic et Zoran Boukherma  (outre Teddy  film de genre novateur et étonnant.ils sont les auteurs du singulier Willy 1er).

En terrain de connaissance  il ne sera pas déçu,  le film de .......coche toutes les cases.

131646935

Les frangins Boukherma,  réalisateurs scrupuleux, avancent donc gaillardement en terrain connu.
mais avec une french touch réjouissante, des acteurs au jeu décalé, un dosage de comédie et de film de genre plutôt  réussi et une angoisse sous-marine de très bonne tenue.
L'année du requin est un film sympathique, très bien pour l'été, mais qui manque sans doute d'un peu de fond, qu'il soit social ou politique, comme les frères cinéastes avaient réussi à mettre dans leur deux premiers films.

131646950 Sans doute que le loup garou comme symbole de l'exclu était peut-être plus porteur ...

Mais concédons sans mauvaise foi aucune que la photographie de l'Année du requin est très belle et les acteurs de second plan déploient un jeu décalé qui rend le film, assez paradoxalement,  très réaliste...
Marina Fois accroche bien une lumière et une photographie à la Martin Parr, dans un film qui n'a pas d'autre prétention que de nous amuser en nous effrayant ou inversement.
Dans ses périodes de vache maigre cinématographique, ce n'est déjà pas si mal, n'est-ce pas?.