Encore une journée consacrée au  festival America de Vincennes,  et on boucle la boucle avec un entretien réalisé à cette occasion.

On a  en effet eu la chance de nous entretenir avec Rumaan Alam, auteur du livre le monde après nous  qu'on avait beaucoup apprécié . Chroniqueur  pour le New York Times, c'est un auteur américain d'origine bengalaise né en 1977.

Après avoir publié  deux premiers romans remarqués mais inédits en France il s'est fait totalement connaitre aux USA avec ce roman, nommé notamment au National Book Award

C'était l'occasion idéale  d'échanger avec lui  autour de son roman, de ses enjeux et de ce qui est caché :

131886673

Dans votre nouveau roman, des inconnus sont coincés ensemble dans une maison alors que le monde subit une catastrophe mystérieuse et non identifiée. Vous avez écrit le livre bien avant le début de la pandémie, mais il est presque impossible de le lire  sans reconnaître les étranges résonances qu'il a avec le confinement qu'on a connu dans le monde il y a quelques temps,vous êtes d'accord avec cette vision ? 

Oui tout à fait. Et, bien sûr, d'une manière très simple, c'est juste une étrange coïncidence.

 Le fait que je me sois fixé sur la métaphore de l'isolement et du dispositif des personnes piégées dans une maison, sans savoir que les lecteurs seraient ensuite des personnes piégées dans nos maisons, n'était qu'un accident de timing.

 Mais le roman est aussi aux prises avec des choses qui, je pense, sont dans l'atmosphère culturelle depuis longtemps. Il parle de la technologie et de notre étrange dépendance à celle-ci. Il parle de race et des manières très compliquées dont la race définit les gens dans notre pays et dans notre culture. 

Ce ne sont pas de nouvelles idées. Ce sont des choses qui sont dans l'air depuis longtemps.

Mais plus globalement, il est inévitable que le contexte culturel et politique d'un moment donné détermine notre façon de comprendre l'art, n'est-ce pas ? 

Mais l'art n'est pas nécessairement le reflet de ce contexte immédiat. C'est généralement le produit d'un moment antérieur. 

Et ce moment actuel – je parle en particulier du coronavirus – est tellement exacerbé. C'est tellement étrange et inhabituel que cela a vraiment considérablement affecté notre façon de comprendre l'art.

 À bien des égards, je serais très méfiant envers une œuvre qui a émergé en ce moment – un film, un livre, voire une nouvelle – qui visait à parler de ce qui se passe en ce moment, parce que ça se passe encore.

 Il faut un peu de contexte, un peu de distance.

 

Amazon.fr - Le Monde après nous - Alam, Rumaan - Livres

Le monde après nous  utilise une structure narrative plutôt conventionnelle, du moins dans les premiers chapitres. Tout se passe bien, puis on frappe à la porte. Des étrangers apparaissent et il y a de la tension. Mais alors le livre pivote, perturbant les tropes d’horreur typiques et devenant… quelque chose de complètement différent. Pourquoi avoir choisi ce mode de narration ? Qu’est-ce qui vous a convaincu de perturber les frontières du genre ?

 Cela s'est fait de facon assez naturelle, en lien avec le propos du roman. 

Mon  livre remet en question le confort de l’information de différentes façons. Tout d’abord, dans la première section, il interroge et raille l’assaut de l’information qui est la vie moderne, et les façons dont presque toute l’information que nous recevons de nos téléphones et de l’Internet est tout simplement monumentalement inutile. Cela nous fait penser que nous savons tellement de choses que nous ne savons pas.

Et je me méfie vraiment de l’idée que plus d’informations est toujours une bonne chose. Par exemple, si vous saviez que vous allez vous faire renverser par une voiture en mai 2023, cette information vous serait-elle vraiment utile?

Est-ce que cette information vous aiderait à savoir comment vous alliez vivre de façon significative? Je ne sais pas si c’est le cas.

Pourquoi laisser autant de zones d'ombres dans votre roman? on ne sait presque rien de cette menace qui rode autour des personnages? 

Les personnages du roman manquent d’informations sur leur monde, mais le lecteur aussi.

Le lecteur est absent de beaucoup, beaucoup de pièces du puzzle sur le monde fictif qu’ils sont à l’intérieur, et j’espère que cela les encourage à considérer que l’information n’est pas toujours saillante ou utile.

De cette façon, le livre reflète le monde en général. C’est ce à quoi ressemble la vraie vie.

Vous n’avez pas toute l’information.

Vous n’aurez jamais toute l’information. Vous en avez une partie. Vous essayez de faire de votre mieux avec ce que vous avez, et vous vivez selon des intuitions, une éthique et une intuition et une compréhension du monde qui est totalement imparfaite.

Vous essayez simplement de faire de votre mieux, et vous échouez souvent.

Je pense que c’est ce que nous ressentons tous tout le temps.

Je pense que tout le reste n’est que de l’orgueil.

Ce n’est pas sans rapport avec notre dépendance à l’égard de nos téléphones et de notre technologie. Nous sommes totalement impuissants sans eux, bien que ce soit une chose difficile à admettre.

Le monde après nous montre un monde très sombre, où le menace d'un danger extérieur empeche toute solidarité et compassion envers l'autre..Qu'avez vous vraiment voulu dire de notre monde actuel avec ce roman? 

 Je ne pense pas que ce soit un livre sans espoir. C’est sombre, mais ce n’est pas tout à fait pessimiste. Je pense que l’optimisme du roman réside vraiment dans cette idée, dans la communion. La simple réalité humaine d’occuper l’espace ensemble.

Je suis heureux que cela ait un écho en ce moment.

J’espère que le roman peut être une bonne compagnie de cette façon.

C’est un moment tellement déroutant et extrême que tout aperçu de la façon dont nous sommes censés nous comporter ou de ce que nous sommes censés faire est vraiment agréable et utile. Personnellement, j’ai tendance à tirer davantage de cela des arts visuels que des livres, et cela a été une complication supplémentaire au cours des derniers mois que je n’ai pas vu d’art.

 

 Rumaan Alam, Le Monde après nous

Éditions du Seuil, traduit de l'anglais par Jean Esch, 304 pages, 21 €

Petite indiscrétion glanée lors du salon : il paraitrait  que  les droits du  livre aient été récupérés par Netflix, pour une version  adaptée et réalisé par Sam Esmail, avec un casting  poids lourds composé de  Julia Roberts. Ethan Hawke et  Mahershala Ali.

Adaptation prévue pour 2023!

Propos recueillis lors d'une conférence et d'une dédicace réalisée au Festival America de Vincennes, le 23 septembre 2022....