J sans-preuve-sans-aveu_jaenada-800x1266

 

 Il me dit que son pourvoi en cassation vient d'être rejeté, qu'il va être incarcéré  dans quelques jours, qu'il est innocent, qu'il aimait beaucoup sa tante, qu'il n'avait pas besoin de son argent, qu'une partie de la famille a tout fait pour pour l'enfoncer et toucher l'héritage, qu'ils ont menti, que les gendarmes étaient  de leur côté parce qu'ils en connaissaient un, que l'enquête a été honteusement menée à charge, qu'ils sont allés jusqu'à faire croire aux jurés que le feu avait pu couver pendant trois heures. Il me donne l'impression d'un homme désespéré, qu'on a épuisé, qui n'y croit plus. "

 

Lors d'un dîner organisé  par un libraire ami, c'est fou comme nombre de libraires ont des amis écrivains, Jaenada le preux, car c'est lui, l'ami du libraire, fait la connaissance d'un homme qui, dans quelques jours va renter en prison pour quinze années.
Alain Laprie, malmené par la justice à cause d'une enquête mal menée, a toujours clamé son innocence.
Accusé puis reconnu coupable du meutre de sa tante, sans mobile, sans preuve et avec alibi, Alain Laprie est seul au monde. 
Ce cher Philippe Jaenada, qui a la justice chevillée au corps et au coeur et l'injustice en horreur, fort de l'expérience acquise lors de la préparation de ses précédents ouvrages, reprend tout le dossier.
"J’ai changé les noms de nombreux protagonistes de cette histoire extravagante. Certains parce qu’ils y apparaissent sans avoir rien fait pour, rien demandé, je ne vais pas les y replonger ; d’autres parce que je ne veux montrer personne du doigt. Pour pseudonymes, j’ai choisi des mois de l’année, des fruits et des légumes."
Minutieusement, comme à son habitude, selon des méthodes apprisent chez Conan Doyle, Agatha Christie et Georges Simenon, Philippe ( je le lis depuis tant d'années que je m'autorise aujourd'hui à l'appeler par son prénom), Philippe, donc, opiniâtre et méticuleux, recoupe tous les éléments de l'enquête et se retrouve avec la certitude qu'un innocent est en prison.
Mais que faire de tout cela sinon un livre  comme une preuve écrite, un document pour que peut être, un jour, justice soit faite.
Car ici ce n'est pas une affaire criminelle du siècle dernier, mais bien une histoire d'aujourd'hui, l'histoire d'un homme qui pourrait être notre fils, notre frère, notre voisin emprisonné pour quinze ans.
Je l'écris comme je le pense, Philippe Jaenada aurait été formidable enquêteur à la PJ, mais cela aurai été une sacrée  perte pour la littérature.