Baz'art  : Des films, des livres...
13 janvier 2023

Pour/Contre : Astrakan de David Depesseville

 

319717367_566707285283012_5291352542316500074_n

Après plusieurs courts-métrages, David Depesseville, producteur, scénariste et réalisateur, livre son tout premier long-métrage Astrakanun conte familial qui nous plonge dans les profondeurs des l'enfance et les souvenirs enfouis.

Le film sort en salles le 8 février 2023 et, à Baz'art, cela se déchire devant ce cinéma qui devrait aussi diviser lors de sa sortie prochaine : 

modele interview (7)

  Samuel est un orphelin de douze ans à l’allure sauvage. ll est placé depuis quelques semaines dans le Morvan chez Marie, Clément et leurs deux garçons. Samuel s’émancipe, découvre les sensations et les troubles de son âge, mais très vite il doit aussi faire face aux secrets de cette nouvelle famille. Jusqu’à ce que, un jour, tout en vienne à se transfigurer.

David Depesseville dépeint avec finesse de thèmes durs, comme  la cruauté de la maltraitance infantile,  physique et  psychologique, ou les abus sexuels,  avec une  tension singulière et dans un décor presque fantastique et intemporel, comme le Morvan en offre encore beaucoup.

Le cinéaste,   portée par une  mise en scène pastorale, assez loin du naturalisme, distille  avec pas mal de subtilité  une tension liée pas mal aux actions des adultes tous un peu borderline et pas vraiment responsables.  

David Depesseville parvient à trouver la juste distance pour filmer cette histoire qui flirte avec le sordide mais qui parvient à transcender grâce à quelques belles idées de mise en scène (les 15 dernières minutes, très musicales, proche de la transe).

Une bonne surprise !

Philippe H

 

modele interview (8)

  Ne soyons pas trop dur avec ce premier long-métrage, il y a une image et une manière de filmer à la Pialat première époque.

Celui de  " L'enfance nue" ou bien de " La maison des bois ", une approche à hauteur d'enfant du monde incompréhensible des adultes et une description cru et sans fard d'une France oubliée.

RG9BzJZQ

Bon ça c'est fait.... C'est justement la limite de l'indulgence du spectateur, le film de David Depesseville est peuplé de personnages d'un autre âge, dans un Morvan où le temps s'est arrêté au siècle dernier. 

On bat un enfant et on le traite d'abruti devant l'épicier, surtout si il est orphelin et personne ne réagit, on l'exorcise ( oui, oui exorcise ) lorsqu'il est trop désobéissant et si il dépasse vraiment les bornes, la maman de la famille d'accueil le confie à son agriculteur de frère qu'elle sait pédocriminel.

Je sais, je viens de relire cette phrase et je me demande si j'ai bien tout compris, je vérifie... et confirme, nous sommes bien au XXI -ème siècle, il y a UN téléphone portable et les enfants paient le cinéma en euro.

1658398517351_0620x0435_0x0x0x0_1658411227147

Bref un scénario qui part en quenouille et des dialogues d'une triste platitude.

Tellement plat qu'il se dégage à la vision de ce film un étrange malaise, comme une vision méprisante et réductrice de cette France que certains hommes politique ont osé qualifier "d'en-bas." Dommage pour le Morvan et les morvandiaux qui méritent mieux.

Difficile pour les  acteurs de sauver le film et de se sauver eux-mêmes, Bastien Bouillon et Jehny Beth font ce qu'ils peuvent, on s'attendrait presque à les entendre parler le bourguignon-morvandeau, mais à l'impossible nul n'est tenu.

N'est pas Truffaut, Eustache ou Vigo qui veut.

 

Michelio 

 

 

Commentaires
Pour en savoir plus

Webzine crée en 2010, d'abord en solo puis désormais avec une équipe de six rédacteurs selon les périodes. l'objectif reste le même : partager notre passion de la culture sous toutes ses formes : critiques cinéma, littérature, théâtre, concert , expositions, musique, interviews, spectacles.

 

Contact de l'administrateur

Envoyer un mail à l'adresse suivante : philippehugot9@gmail.com 

Visiteurs
Depuis la création 7 560 623
MUSEE DES CONFLUENCES EXPOSITION EPIDEMIES PRENDRE SOIN DU VIVANT

 

MUSEE DES CONFLUENCES EXPOSITION EPIDEMIES PRENDRE SOIN DU VIVANT

(du 12 avril 2024 au 16 février 2025).

Peste, variole, choléra, grippe de 1918, sida et très récemment COVID-19… Depuis des millénaires, les épidémies affectent les sociétés humaines ainsi que les autres espèces animales. Comme une enquête historique, l’exposition revient sur ces événements qui ont bouleversé la vie sur tous les continents.

 

Jazz Day : 24 heures pour célébrer la diversité du jazz

Pour la 11e année consécutive, Jazz à Vienne coordonne la programmation du Jazz Day sur le territoire lyonnais et ses alentours.

Depuis le 36e congrès de l'UNESCO en 2011, à l'initiative d'Herbie Hancock, le 30 avril est une journée de célébration du jazz dans toute sa diversité.

Cette année, la programmation de cette journée compte une quarantaine d'événements festifs et musicaux à Lyon, Vienne, Saint-Etienne, Villefranche-sur-Saône et Bourgoin-Jallieu.

Jazz Day | Jazz à Vienne (jazzavienne.com)