IMG20230120115714

En rentrant à son domicile, au premier étage d'un petit immeuble de Nordurmyri, un quartier excentré de Reykjavik, l'homme, qui avait pris ses enfants au sortir de l'école, fut assez étonné de voir la porte de l'appartement du sous-sol inhabituellement ouverte. Appelant depuis le seuil et sans succès l'occupant qu'il ne connaissait que de vue, il ne fut pas assez vif pour empêcher son fils aîné de pénétrer dans l'appartement ouvert, ce qui valut à ce dernier de se trouver face au corps inerte et ensanglanté de Monsieur Holberg, au milieu du salon.

Avec La cité des jarres, disponible en poche chez Points dans une belle version parue pour les fêtes de fin d'année dernière,  l'auteur fait référence à l'entreprise privée islandaise DeCode Genetics fondée en 1996, spécialisée dans l'étude des génomes humains, qui a fait couler beaucoup d'encre dans les années 90.

En effet, cette société a fait connaître l'Islande au niveau international, mettant en avant son avancée scientifique très pointue ainsi que l'utilisation des données sanitaires et génétiques de l'ensemble de la population (270.000 habitants à l'époque), provoquant de nombreuses questions sur la bioéthique.

Le personnage d'Erlendur, qui deviendra, au fil des romans, le héros récurrent d'Arnaldur Indridason commence déjà à dessiner son profil atypique et si caractéristique, même si les cercles personnels des grands flics récurrents du polar sont tous, plus ou moins, devenus un peu stéréotypés avec leurs travers, leurs vies, leurs em...rdes du quotidien, leur humanité assez loin des icônes plus anciennes.

dans ce livre paru en 2006  déjà les personnages se dessinent, la mélancolie sourd lentement et la description historique et sociologique, de cette petite ile perdue entre l’Amérique et le reste du monde, tout en finesse, annonce déjà le grand, très grand, Indridasson et son chef-d’œuvre absolu : « Etranges Rivages ».

La Cité des Jarres

Arnaldur Indridason - Points novembre 2022

La-Cite-des-Jarres