9782330173845

"Ce qui l’attirait vers la maison, c’était sa nature : cette maison était un paradoxe, à la fois rustique et élégante. Elle était conçue pour être fonctionnelle, mais émotionnellement fonctionnelle. Car au fond, qui a besoin d’un coin cheminée aménagé ? L’immense âtre était clairement inefficace. Elle valait par sa seule beauté, tout comme l’expérience de vivre vaut pour ce qu’elle est. "

Ancienne assistante de production dans le monde du cinéma,  Dana Spiotta nous avait fortement intrigué il y a quelques années avec un roman fort ambitieux sur le domaine du cinéma. 

Dans son nouveau roman traduit en France c'est l'univers des beaux arts qui est peint ave ce portrait d'une quinquagénaire, Samantha Raymond- dite Sam- qui travaille à temps partiel comme guide dans un musée consacré à une figure historique, médecin et féministe mais personnage controversé. 

Un jour après avoir parcouru les annonces immobilières en ligne , elle part visiter une villa dans le style Arts et Crafts en piteux état dans un quartier populaire. Elle en tombe amoureuse et le jour-même fait une offre au prix demandé et décide de plaquer son mari et sa vie bourgeoise.

 « La décision de quitter son mari -l’acte de le quitter vraiment- prît corps au moment où elle fit une offre pour la maison.  Dire oui à cette version de sa vie signifiait dire non à une autre. »

Indocile, roman courageux ou quand la littérature s'intéresse aux personnages souvent tabous de la femme ménopausée avec pertinence et beaucoup d'humour.

L'autrice s’interroge et nous interroge  sur les bouleversements qu’engendre la pré-ménopause de son personnage central  comme sur les bouleversements et l’effondrement de son pays.

Car au début de l'histoire, nous sommes en 2017, un an après l’élection de Trump. Et la remise en question, profonde, que vit Sam est le miroir invversé  de celle que traverse son pays  (réseaux sociaux, violences policières, sectarisme et violences verbales sur les réseaux, le mouvement me too …).

Assurément, l'écho entre introspection intime et reflexions sociétales est menée ici avec une belle intelligence. 

 "Indocile", traduit de l'anglais par Yoann Gentric est paru en février dernier chez Actes sud.