Baz'art  : Des films, des livres...
26 septembre 2023

Interview cinéma- nos questions à Cédric Kahn, réalisateur du formidable Le Procès Goldman

 D'abord assistant monteur chez Pialat, Cédric Kahn  un de nos plus grands cinéastes français, s'impose dans le cinéma français du début des années 90 avec une série de films âpres et incandescents, Bar des rails, Roberto Succo ou encore Trop de bonheur. Depuis, il creuse son sillon et compose au fil des ans une œuvre éclectique (thrillers, comédies ou conte pour enfants).  

L’auteur de Roberto Succo s’empare désormais de l’affaire Pierre Goldman, activiste d’extrême gauche, juif polonais, figure intellectuelle soutenue par Simone Signoret et Régis Debray et bandit accusé d’avoir tué lors d’un vol à main armée deux pharmaciennes, le 19 décembre 1969 à Paris. 

Après Saint-Omer d’Alice Diop et Anatomie d’une chute de Justine Triet, Cédric Kahn se saisit à son tour du film de procès, décidément nouvel outil de prédilection d’un certain cinéma d’auteur français, prompt à décortiquer l’époque. 

Le Procès Goldman, projeté en mai dernier à Cannes, sort en salles ce mercredi- Retrouvez notre critique emballée du film ici même  .

Cédric Kahn est aussi passionnant à écouter que ses films le sont à regarder. 

La preuve tangible avec ces extraits d'entrevue réalisée à Lyon le 11 septembre dernier à Lyon.

au SCédric Kahn

Je viens d'un milieu de gauche, j'avais donc évidemment entendu parler de cette histoire.

Pierre Goldman faisait partie on va dire  des quelques mythes de la gauche révolutionnaire. Je savais qu'un demi-frère de Jean-Jacques Goldman était un peu voyou, un peu révolutionnaire, mais c'était flou — mais je savais qu'il existait. Le livre était dans la bibliothèque de mes parents, je le voyais depuis que j'étais gamin.

Il avait ce titre incroyablement intrigant, très beau et compliqué [Souvenirs obscurs d'un juif polonais né en France,. Un jour, je devais avoir 35 ans je dirais, j'ai ouvert ce livre.J'ai mis beaucoup de temps pour le lire mais par contre, le choc de la lecture du livre a été immédiat.

Comment ce choc de lecture s'est t-il matérialisé?

Disons que j'ai été happé par la pensée, l'écriture la personnalité de cet homme.

En fouillant son histoire, je me  suis dit : « il faut faire quelque chose avec cette histoire ». Pas tellement avec l'histoire de Pierre Goldman — factuellement, si on prend les aspects romanesques, le “roman de Pierre Goldman“ n'est pas très intéressant. Il a voulu faire la révolution, il ne l'a pas vraiment faite ; il a fait le voyou mais pas non plus un grand voyou…

Il a surtout beaucoup parlé, beaucoup discouru sur ses intentions, beaucoup fait la fête — il le dit lui même. Mais sa personnalité est vraiment très intéressante. 

1684489428669_0620x0413_0x0x0x0_1684490528243

Le livre a suscité des commentaires pour le moins divergents, car après l'avoir lu, certains sont persuadés qu'il était coupable et d'autres sont certains qu'il est innocent.

Oui oui vous avez raison. Mais il faut savoir qu'à l'origine c'était pas une autobiographie qu'il a écrite mais un vrai plaidoyer. Goldman estimait que sa défense avait été sabordée.

D'abord, il est condamné à perpète. Le premier procès a été assez expéditif, le premier avocat pas très solide. Et il y a un deuxième procès, de manière tout à fait exceptionnelle, qui a été obtenu par des chemins externes à lui.

Goldman a écrit son plaidoyer en prison parce qu'il veut clamer son innocence et qu'il estime qu'il a été victime d'une injustice.

Je crois que le livre est d'abord accueilli comme une œuvre littéraire plus qu'un plaidoyer ou que la preuve de son innocence : les gens disent que c'est d'abord la naissance d'un grand écrivain.

Parce qu'il parle d'une période dont les gens parlent peu encore à l'époque : la Shoah. Il est l'un des premiers enfants de cette histoire à s'exprimer sur ses parents ; même des gens qui l'ont vécue parlent peu à cette époque.

Pour toutes ces raisons, son roman est saisissant. Et culte, aujourd'hui. 

Le procès Goldman - Visuel 1 - ©Séverine Brigeot (1)

C'est la première fois qu'en tant que réalisateur vous vous interessez à la question de la judaïcité... si dans votre parcours d'acteur, avec notamment les films d'Elie Wajeman dans lequel vous avez joué,  vous avez pu vous appropriez cette question, comme réalisateur avant, ce questionnement n'intervenait pas dans vos films n'est ce pas?

Le Procès Goldman - Visuel 2 © Moonshaker (1)

Et concernant le travail de montage; quelle difficulté cela impose dans un film comme celui ci ?

C'est pas la même difficulté. Il y a toujours une difficulté au montage. Parfois c'est parce qu'on n'a pas assez de matériel, ici plutôt parce qu'on en avait trop.

C'est assez amusant, votre question me fait penser à une remarque que me faisait Yann Dedet le monteur : « quand j'ai trois plans, je ne manque de rien, mais quand j'en ai quarante, il me manque toujours quelque chose »

Et c'est vrai qu'on passait des heures à chercher un visage, un petit bout sur un avocat général en écoute… Donc le travail de montage n'était pas difficile, mais particulier dans le sens où j'ai vécu le tournage plutôt comme une sorte de captation : il fallait saisir les choses presque comme un direct sportif. Le montage était aussi une étape de mise en scène : il fallait faire des choix.

Plus que jamais,  sur ce film-ci, le cinéma m’apparaît comme de la sculpture, en deux étapes : on condense quatre jours de procès en deux heures, après avoir réduit les 300 pages de documents en 40 pages de scénario.

C’est agréable d’avoir beaucoup de matière, mais plus il y en a, plus c’est ce qui manque qui nous saute aux yeux : malgré les 150 personnes à l’image, je cherche le type qui était assis derrière dans le plan précédent… Pour le montage, je laisse Yann partir devant, j’attends le moment où la matière va me parler.

Mais en toute modestie, je le trouve pas mal du tout ce montage, il tient vraiment sur un fil, celui de solliciter l'attention du spectacteur uniquement sur la parole pendant près de deux heure.

Dans le cas d'une captation omme on on voulu le faire, la mise en scène redémarre presque à zéro avec le montage.. Chercher, experimenter, ne jamais vraiment savoir, c'est ce qui me stimule plus dans ce travail !!

Le procès Goldman, Cédric Kahn sortie le  27 septembre  2023 

Le film présenté ce lundi 11 septembre en avant première au Pathé Bellecour de Lyon

Commentaires
Pour en savoir plus

Webzine crée en 2010, d'abord en solo puis désormais avec une équipe de six rédacteurs selon les périodes. l'objectif reste le même : partager notre passion de la culture sous toutes ses formes : critiques cinéma, littérature, théâtre, concert , expositions, musique, interviews, spectacles.

 

Contact de l'administrateur

Envoyer un mail à l'adresse suivante : philippehugot9@gmail.com 

Visiteurs
Depuis la création 7 622 052
FESTIVAL JEUNESSE POLAR EN VACANCES, 9 e ÉDITION

FESTIVAL JEUNESSE POLAR EN VACANCES, 9 e ÉDITION
Traditionnel rendez-vous jeunesse donné par Quais du Polar au mois de juillet, Polar en Vacances revient pour sa
9e édition les mardi 9 et mercredi 10 juillet 2024 afin de promouvoir la lecture auprès jeunes de 6 à 12 ans

Ce festival jeunesse gratuit s’inscrit dans le cadre des opérations Partir en Livre (CNL), l’Été culturel (DRAC Auvergne-
Rhône-Alpes) et Tout l’Monde dehors (Ville de Lyon). Quais du Polar propose aux petits et aux grands lecteurs de polar,
aux centres de loisirs et aux familles du territoire, de se réunir pour des ateliers d’écriture, d’illustration et de découpage,
des animations, ateliers, jeux et énigmes afin de fédérer les jeunes autour de la littérature.
 

Festival Lumière 2024
 

 

Le festival Lumière fête ses 15 ans. L'ouverture de cette édition anniversaire aura lieu samedi 12 octobre à 18h à la Halle Tony Garnier, en présence du public, des artistes et des professionnels du cinéma. Comme le veut la tradition, le programme de cette grande soirée sera dévoilé ultérieurement. La billetterie pour cette soirée est ouverte ici !

 

Newsletter
144 abonnés
Suivez-moi