image007 (1)

" Son adaptation cinématographique est ensuite le résultat de l'audace d'un réalisateur aventurier, John Boorman, capable de se lancer dans une entreprise éprouvante afin de donner à cette histoire toute l'ampleur visuelle qu'elle méritait. Choisissant de tourner en décor naturel, il n'hésite pas à entrainer son équipe dans la montagne pour y affronter une forêt, une rivière et une falaise."

Précédent William Friedkin en République dominicaine ( Le convoi de la peur, Sorcerer – 1977 ), Michael Cimino en Thaïlande ( Voyage au bout de l'enfer, Deer Hunter – 1978 et Francis Ford Coppola aux Philippines ( Apocalypse Now – 1979 ), le tournage de Délivrance sera l'une des premières grandes expéditions du cinéma américain des années 1970.

Ce livre qui vient de paraitre dans l'excellente collection Cinéma(s) de l'Harmattan vous invite ici à revenir sur l'histoire passionnante de la conception de Délivrance : des disputes de Dickey et Boorman pendant l'adaptation du livre jusqu'au bricolage de la pellicule en laboratoire, en passant par les cascades qui ont failli coûter la vie aux comédiens...

Voici les coulisses d'un chef-d'œuvre, mais aussi son analyse : de l'assassinat de Kennedy à la théorie de la frontière de F.J.Turner, en passant par le mythe fleuve Styx...

Un décorticage en règle pour comprendre toute la richesse de l'œuvre, ses influences et son impact sur l'histoire du cinéma.

Prenez place à bord du canoë pour un périple mouvementé le long de la rivière Cahulawassee, avec une guitare sous le bras gauche et un arc dans le main droite..."

 Été 1972 sort sur les écrans un film de John Boorman, un réalisateur anglais qui fait carrière à Hollywood. " Délivrance "  film phare de la décennie, aujourd'hui vu comme la quintessence du Survival. Petite révision, le Survival est un genre cinématographique en soi, des citadins, une familles, des jeunes gens bien nourris s'aventurent, sans le savoir et avec toutes les bonnes intentions du monde, dans le repère de personnes malveillantes qui vont leur faire très, très mal. 

delivrance boorman

Ed, Lewis, Bobby et Drew, quatre vigoureux mâles américains de la classe moyenne, décident de passer ensemble un week end de canoé -kayak. Affronter ensemble une rivière sauvage avant que la construction d'un barrage ne la dompte. Une bien belle intention qui mêle confrontation virile avec les éléments et amour de la nature.

Il y aura au moins deux scènes cultes que je ne dévoilerai pas aux veinards qui ne l'on pas encore vu et qui devraient se jeter dessus le Blue-Ray ou la VOD le plus rapidement possible.

Il y aura aussi des cascades ahurissantes, la plupart effectuées par les comédiens eux-mêmes et une fracture ouverte du plus bel effet.

Et bien sûr comme dans tout bon film culte il y a beaucoup de choses à raconter. Comment le succès de librairie d'un poète américain, jusqu'ici confidentiel, devient un phénomène cinématographique.

De la préproduction très compliquée à la cérémonie des Oscars où il fut le pauvre oublié, pas de chance c'était l'année du Parrain et de Cabaret, David Chappat nous raconte tout du film qui mit un sacré coup de canif au mythe du bon sauvage cher à Montaigne et Rousseau et qui traumatisa nombre de cinéphiles, cinéphiles qui, dans ce film, firent, pour la première fois, la virile et tragique connaissance du redneck, le triste laissé-pour-compte du rêve américain.

Un livre, un document, indispensable à tout cinéphile digne de ce nom. 

Délivrance  l'histoire du chef-d'œuvre de John Boorman ;David Chappat

 En librairie 206 pages - 22 €