lundi 22 août

Dans la brume électrique : Tavernier dans le bayou

Je vous l'ai dit trés récemment: j'aime le polar, mais j'ai de grosses lacunes dans les auteurs phares de ce genre littéraire. Par exemple, je n'ai jamais lu un seul livre de James Lee Burke, pourtant considéré comme un grand maitre du roman noir américain, avec notamment son personnage fétiche, le shérif Dave Robicheaux oeuvrant en Louisiane, ce qui confère une athmosphère particulière à ses romans. Cette atmosphère typique de la Nouvelle Orléans, est en tout cas trés prégnante dans l'adaptation cinématographique d'un des romans de... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 07:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 20 août

Le coup de griffe de samedi: Mickael Youn au cinéma

Alors, aujourd'hui, pour l'ensemble de son oeuvre, un peu comme on attribue un césar d'honneur, je donnerais un coup de griffe à l'acteur Mickaël Youn, même si, paradoxalement, c'est en regardant à la télé son moins mauvais film, Fatal que j'ai eu envie de le lui décerner. Oui, je  le reconnais en toute objectivité: Fatal, cette histoire brodée autour de son personnage culte, Fatal Bazooka, connu pour l'illustre et superbement spirituel chanson Fous ta Cagoule, m'a quand même fait déclenché 4 ou 5 rires francs et spontanés. Il... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 19 août

La Piel que Habito: Almodovar ne manque pas de peau (ni de talent)

Même si les critiques étaient loin d'être toutes favorables lors de la présentation du film en sélection officielle de Cannes, d'où il est  d'ailleurs reparti totalement bredouille, je n'ai pas attendu longtemps, puisque j'étais présent à la toute première séance du mercredi de sa sortie, pour aller voir le nouveau film de Pedro Almodovar, La Piel que Habito (traduction littéralle: "la peau qui m'habite"). Et pourquoi, me diriez vous? Tout simplement parce que pour moi, cet auteur se situe tout en haut de mon panthéon personnel,... [Lire la suite]
samedi 13 août

le coup de griffe du samedi: les beaux gosses de riad sattouf

Bon, avant de commencer mon article, je tiens à contester les évidences: je ne suis pas de ceux qui tirent à boulets rouge contre le cinéma français: si certains le trouvent trop intellos, trop chiant, pas assez drole, avec pas assez d'action, j'en passe des vertes et des pas mures, de mon coté, je l'ai toujours défendu, même plus jeune, et si on faisait une liste de mes 100 films préférés, je pense que la moitié viendrait de la production hexagonale. Bon, ceci étant dit, je peux aujourd'hui lancer mon coup de griffe contre un... [Lire la suite]
mardi 09 août

Un trip à la mode de Vegas

Il ne faut pas croire que je n'aime que les films intellos à tendance lacrymale (quoique) et que je crache sur toutes les comédies censées faire rire (quoique itou). S'il est vrai que généralement entre deux films sur lesquels j'hésite, j'aurais toujours tendance à privilégier le film qui fait pleurer à celui qui fait marrer, je peux aussi visionner des franches comédies du style, ben du style...Very bad Trip 1 que je viens de visionner cet été, avec certes 2 années de retard sur sa sortie en salles ( bah oui quoi j'avais tant de... [Lire la suite]
samedi 06 août

Le coup de griffe du samedi: Une tournée pas pour tout le monde

Allez on continue mes descentes de flamme sur des films qui ont connu un beau succès en salle et qui m'ont déçu. Aujourd'hui, une semaine après La Mome, j'ai encore choisi un autre film  qui se déroule dans l'univers du music-hall français, même si l'époque est plus contemporaine. Il s'agit de Tournée de Mathieu Almaric, présenté l'année passée en sélection officielle à Cannes et que je m'étais empressé d'aller voir en salles dès sa sortie, encouragé par la pluie de critiques dithyrambiques qui était tombé sur ce film.... [Lire la suite]

mardi 02 août

Ode à Mélanie Laurent, seconde partie

Vous aviez aimé ma déclaration un peu impudique à la chanteuse Mélanie Laurent (comment ça, non?)...ah si, merci, je préfère ça!!! Bon, tant mieux, car voilà que j'en remets une couche aujourd'hui en détaillant la carrière d'actrice de Mélanie Laurent, qui est quand même comédienne à la base. Sa première apparition dans un rôle marquant, c'était dans un film que j'avais beaucoup aimé lorsque je l'ai vu en salles, Embrassez qui vous voudrez ,de Michel Blanc avec qui elle a gardé une vraie complicité. Son visage avait imprimé et la... [Lire la suite]
samedi 30 juillet

Le coup de griffe du samedi : La môme, une Piaf momifiée

Allez, pour fidéliser un peu mes lecteurs (et lectrices surtout ,j'ai l'impression, non?), on va se donner un petit rendez-vous régulier sur ce blog. Moi qui suis pourtant la crême des hommes (bah si, comment ça, vous en doutiez?), je me suis aperçu, sans le faire exprès évidemment, que tous les samedis matins, depuis  maintenant plusieurs semaines, j'avais pris l'habitude de publier une critique de film, pas toujours super positive. Donc, tant que j'ai du fiel à revendre, on va continuer à donner un (léger, j'ai les ongles très... [Lire la suite]
vendredi 29 juillet

Black Swan: quand la folie mène la danse

Black Swan, c'est un film qui avait quand même fait pas mal de buzz à sa sortie. Ce film là, je m'en rappelle, j'avais vraiment hésité à aller le voir en salles lors de sa sortie en début d'année. Et peut-être à cause de ce buzz ( un désir réccurent de ne pas systématiquement aller là où la lumière est trop pregnante), j'ai préféré le voir un peu plus tard, en DVD, une fois le soufflé un peu retombé.  Si les oscars l'ont boudé (à part pour récompenser la prestation effectivement hors du commun de Nathalie Portman), le... [Lire la suite]
mercredi 27 juillet

Philip Seymour Hoffman, un acteur à part à Holywood

Sans lui faire injure, un rapide coup d'oeil sur une photo (par exemple celle-ci) de l'acteur Philip Seymour Hoffman nous laisse peu de doutes: difficile pour lui de jouer les jeunes premiers, puisque, comme disent diplomatiquement les directeurs de casting, Monsieur n'a pas  le physique de l'emploi. Du coup, a priori, Philip Seymour Hoffman (que je vais renommer PSH juste par souci pratique, j'espère que vous m'en voudrez pas :o)était plutot destiné à des rôles de second couteau, autrement dit des personnages... [Lire la suite]