lundi 26 août

Sortie Vidéo : LES OISEAUX DE PASSAGE

  On se souvient du couple (visiblement, d'après certaines langues de vipère, désormais séparé) de réalisateurs (plutôt réalisateur et productrice d'ailleurs) Ciro Guerra et Cristina Gallego, qui avait marqué les esprits avec l'étonnant L’Etreinte du Serpent il y a quelques années de cela . On se remémore bien de ce Noir & Blanc somptueux, un récit à la langueur chamanique d’aventures situés aux confins de l’Amazonie,qui avait ébranlé tous ceux qui avaient oser s'aventurer sur ces rives certes un peu... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 12:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 26 août

Pour/Contre : Une fille facile : On est pas d'accord sur les débuts de Zahia au cinéma..

  L'événement de cette dernière semaine cinéma du mois d'août? Sans doute (avec la sortie de La vie scolaire, le nouveau long de Grand Corps malade), "Une fille facile"qui sort mercredi en salles. Rebecca Zlotowski, qui nous avait ravi "Belle Épine" ou encore "Grand Central" a fait parler d'elle à Cannes cette année avec son nouveau long métrage. Dans le rôle principal, la célèbre  Zahia Dehar, connue pour avoir défrayé la chronique il y 10 ans, fait ses débuts sur grand écran dans un rôle assez proche de l'image... [Lire la suite]
Posté par Michelio à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 22 août

VIF-ARGENT (critique) :quand le cinéma français a ses ailes du désir..

  Le cinéma aime les films de revenants ( sans parler des films de morts vivants, notamment avec les récents films de Jarmush et de Bonello); ceux ci donnant souvent lieu à des films d'une grande poésie et d'une vraie mélancolie. Si, dans le genre,  nous sommes totalement restés hermétiques à la poésie froide du" A Ghost Story " de David Lowery , nous restons évidemment, plus de trente ans après,  avec en tête le souvenir merveilleux des anges compatissants à nos chagrins au dessus de Berlin du sublime ... [Lire la suite]
mercredi 21 août

Once Upon a time in Hollywood (critique): le pouvoir consolateur de la fiction

Pour que Baz’art soit dans les temps et colle quand  même un peu à l'actu ciné, impossible de ne pas parler du dernier Tarantino sorti mercredi dernier ....évidemment parler de quelque chose dont tout le monde parle c’est un peu déprimant car on se sent un peu inutile., mais tentons quand même d'apporter de l'eau à l'édifice... Michel qui a vu le film pour baz'art,  est  ressorti  de sa projection plutôt content et nous explique pourquoi :   Il est un peu has been Rick Dalton, vieux jeune premier condamné... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 20 août

Roubaix, une lumière ( critique) : Desplechin réussit à moitié son deux films en un !

   Arnaud Desplechin, spécialiste du romanesque et du cinéma français d’auteur, change totalement de direction avec son nouveau film.  Présenté en compétition officielle au dernier festival de Cannes, Roubaix, Une Lumière  qui sort ce mercredi 21 août en salles,  témoigne de l’incursion inattendue d’Arnaud Desplechin dans un registre qui lui est plutôt étranger, le polar social. En effet,  le cinéma de Desplechin a été tourné  par essence vers une sorte de romantisme cinématographique... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 17:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 20 août

LE GANGSTER, LE FLIC ET L'ASSASSIN : un thriller saignant...et à poing!!

 Don lee est un chef de gang très  violent quand on l’embête ou qu’on ne lui obéit pas, je vous laisse découvrir comment il utilise un sac de frappe et sa manière très personnelle d’arracher les dents. jun tae-seok est un jeune flic très nerveux , très idéaliste et très incorruptible, une rareté dans la région. et K est un serial killer très méchant et son couteau est très pointu.  Lorsque le serial killer choisi comme cible Don lee, il commet une erreur, car le gangster ne s’en sort pas trop mal mais avec un... [Lire la suite]
Posté par Michelio à 05:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

lundi 19 août

Critique : Le déserteur, un OFNI québécois sombre et splendide

    Les spectateurs français ont quasiment tous entendu parler pour la première fois du cinéaste québécois Maxime Giroux en 2015 avec son troisième long métrage, Felix et Meira, fort belle histoire d'amour contrarié qui avait connu un immense succès au box office québécois, dépassant même en termes d'entrées le phénomène "Mommy" de Xavier Dolan. Maxime Giroux nous revient sur nos écrans en cette rentrée 2019 avec Le Déserteur (qui sort en salles ce 21 août) , sorte de cauchemar éveillé, situé... [Lire la suite]
dimanche 18 août

Haut perchés ( critique)... Ducastel et Martineau livre un beau film théâtral...très cinématographique!!

  Olivier Ducastel et Jacques Martineau aiment les projets singuliers et particulièrement casse gueules. Vingt-et-un ans après Jeanne et le garçon formidable,  et deux ans après leur dernier long métrage Théo et Hugo dans le même Bateau, belle déambulation nocturne dans Paris (et qui avait marqué les esprits par son très long plan séquence inaugural dans un background), le duo continue d'oeuvrer et de proposer un  cinéma  un peu à la marge de la production standartisée et officielle . ... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 14 août

Les faussaires de Manhattan: des faussaires qui nous procurent une vraie émotion

    En France, on ne connaissait pas l'histoire qui a défrayé la chronique aux USA  au début des années 1990 de la biographe Lee Israel, seule et endettée,  qui, devant le peu de succès que ses projets de biographies , va devoir  se résoudre  à rédiger de fausses lettres signées de grandes écrivains du XXème siècle, dont Dorothy Parker et Noël Coward, qu'elle  va ensuite revendre avec un vrai succès  à des librairies spécialisées., largement de quoi apurer ses dettes et faire soigner... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 12:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
lundi 12 août

Sortie : DVD DERNIER AMOUR de Benoit Jacquot

  Depuis le magnifique  "Trois Cœurs" sorti il y a déjà cinq ans, on pensait avoir perdu totalement Benoit Jacquot, qui pourtant continuait d'aligner les longs métrages tous les ans de manière assez métronomique , le pire étant sans doute ses deux derniers longs métrages,  le totalement abscons "A Jamais" et le catastrophique "Eva").  Heureusement, après trois expériences  plutôt réussies dans le film historique ("Sade", "Les adieux à la reine" et "Journal d’une Femme de Chambre")., Benoit... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 14:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]