Moi qui suis pourtant un si gentil garçon, ca peut m'arriver de déverser mon fiel devant un film ou un livre qui m'a décu, agacé, laissé indifférent...ou les 3 à la fois :o)
22 novembre 2014

Barbarie 2.0; Andrea H. Japp: un monde violent, un roman banal...

         "La barbarie 2.0 , la déferlante du sadisme à l'humaine. Toutes les conditions sont réunies. Notre trop grand nombre sur cette planète, nos haines des autres savamment orchestrées, les dysfonctionnement du cerveau engendrés par des carences, des pollutions, aggravés par les drogues, sans oublier une anesthésie générale des populations  à qui l 'on refourgue du pain et des jeux pour qu'elles ne voient rien venir, tant qu'elles peuvent payer". Barbarie 2.0 commence par nous... [Lire la suite]

19 août 2013

Un grand méchant loup qui ne fait ni peur...ni rire

S'il est encore un peu tôt pour faire un bilan définitif  de cet été (bah oui mes vacances à moi viennent tout juste de commencer), on peut quand même pouvoir affirmer sans hésiter qu'au niveau des sorties cinéma, et cet été, encore plus que les autres années, tous les films français sortis durant ces deux mois se sont méchamment cassés la gueule. Si je l'ai grandement déploré dans ma récente chronique du beau film de Diane Kuris, Pour une femme,  je n'ai pu ressentir le même regret en allant voir quelques jours aprés une... [Lire la suite]
23 février 2013

Non merci, je n'honorerais personne!!

Après  une Rue Mandar de triste mémoire, je vais finir par me dire que les films français ne devraient pas trop s'aventurer sur les chemins de la chronique familiale. Car ce coup ci, c'est le film "Tu honoreras ta mère et ta mère" que j'ai eu la chance de voir grâce à une invitation salles que j'ai vu et qui m'a laissé plus que dubitatif... Et pourtant je partais au cinéma avec des a priori postifis, j'avais mme inclus le film dans ma sélection du 6 février dernier, c'est dire à quel point j'attendais beaucoup de ce film^, dont... [Lire la suite]
08 février 2013

Une Paulette pas très planante

On continue, après Rue Mandar et à un degrès moindre, Amitiés Sincères, dans les comédies françaises de 2013 pas bien folichones ( et encore je les ai pas toutes vues,  j'ai finalement fait l'impasse sur Max et Cookie que j'avais pourtant prévu de voir, j'ai eu un peu de crainte) avec ce Paulette de Jérome Enrico, qui sortait pourtant précédé d'un bon buzz et d'un pitch plutot malin : une femme âgée acariâtre et raciste qui vit seule dans un appartement en banlieue parisienne et qui touche une trop petite retraite pour s’en... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 23:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 janvier 2013

Rue Mandar : un arret pas indispensable

Dans la foulée de ma lecture du dernier roman de Shalom Alexander, l'espoir cette tragédie,  lecture récente dont je vous parle très prochainement, j'ai eu envie de prolonger la question juive avec un film récemment sorti en salles, et qui a également cette religion en toile de fond. Ce film, c'est Rue Mandar de la réalisatrice Idit Cebula, qui  s’est inspirée de ses propres souvenirs de jeune fille vivant dans une famille de juifs hauts en couleur, et dans la même rue que celle qui donne son nom au film. La réalisatrice... [Lire la suite]
28 décembre 2012

Mais qui a retué Pamela Rose : pas vraiment un Kad et O...

Autant dans ma vie de tous les jours, j'utilise pas mal de second degrès dans mes conversations avec autrui, au risque de dérouter un peu mes proches, autant dans le cinéma,  j'ai toujours eu un peu de mal avec les films parodiques, qui fonctionnent tout le long sur ce même second degres ( à part  pour La Cité de la Peur devant lequel je m'étais poilé du début à la fin lorsque je l'avais vu il y a 15 ans). Alors quand ce n'est pas au second, mais carrément au quinzième degrès que le film règle sa partition, j'ai encore un... [Lire la suite]

23 novembre 2012

Une rengaine quelque peu lassante

Je ne veux pas jouer les types qui se la racontent (comment ça, c'est déjà fait?), mais alors que tout le monde a semblé découvrir Rachid Djaïdani lors de sa présentation choc de son film Rengaine au Festival de Cannes, le type était loin d'être un inconnu pour moi, qui avait suivi à la fois sa carrière de comédien (notamment dans les films Osmose et L'age d'homme  de Romain Fréjo avec Romain Duris) ou encore dans les romans qu'il a pu écrire au début des années 2000, comme son Boumkeur qui m'avait laissé une impression KO... [Lire la suite]
10 novembre 2012

Nicole Calfan : une lettre entr'ouverte à Alain Delon qui laisse de marbre

Lors de ma virée au village Lumière, il y avait, outre Pascal Mérigeau, un beau panel d'écrivains venus dédicacer leurs ouvrages tous en lien évidemment avec le 7ème art. Si je connaissais certains plus de plume que de leur visage, pour d'autres, c'était plutôt le contraire. Ainsi, de Nicole Calfan, je connaissais son travail de comédienne, et notamment grace à son mémorable(?) role dans une non moins mémorable(?) saga de l'été dans les années 90, Les Grandes Marées. Je connaissais moins son travail de romancière, et ce, alors... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
06 octobre 2012

Un guetteur qu'on voit sans gaieté

A ma chère Potzina, qui m'avait trouvé bien méchante avec le pauvre film du pauvre Philippe Lellouche la semaine passée, je préviens d'emblée que je serais (bien) moins sévère cette semaine avec le film qui va passer sur le grill... Eh non, mauvaises langues, ce n'est pas parce que j'ai peur de prendre un tweet sévère de la part du serial twittos, j'ai nommé Mathieu Kassovitz en personne qui joue dans le film en question, car je ne pense pas que la toute petite renommée de mon blog aille jusqu'à ses oreilles. C'est tout simplement... [Lire la suite]
29 septembre 2012

Ces plus belles vacances ne sont pas les miennes

En début de semaine, j'ai vu dans mon quotidien préféré que Philippe Lellouche se félicitait de reprendre sur les planches, 7 ans après ses débuts, le succès phénoménal qu'il a écrit, mis en scène et interprété avec sa bande de copains, Le Jeu de la vérité, qui raconte l'histoire d'une bande de potes qui se retrouvent et se balancent leur 4 vérités (c'est moi ou j'ai l'impression que le pitch d'une pièce de théatre moderne sur deux ressemble peu ou prou à ca?)? Bref, n'ayant pas vu la pièce, je ne saurais dire si ce triomphe (la... [Lire la suite]