mercredi 10 avril

Nuits appalaches : elle est belle, l'Amérique de Chris Offut

   " Le monde lui parut beau pour la première fois, l'air nettoyé par la pluie, la surface de chaque feuille lustrée d'eau. Elle sentait l'odeur de la terre mouillée et des fleurs sauvages, entendait l'assemblée des oiseaux tisser son chant partout aux alentours. Dans la pureté de la lumière matinale, elle n'avait jamais vu quelqu'un d'aussi beau et d'aussi fort que Tucker." C'était un  vrai événement que  d'avoir pû voir  il y a désormais la dizaine de jours  Chris Offutt  à quais du polar, car... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 12:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 09 avril

Les Gratitudes : le nouveau bouleversant récit de Delphine De Vigan

  «  Quand je les rencontre pour la première fois, c’est toujours la même image que je cherche, celle de l’Avant.  Derrière leur regard flou, leurs gestes incertains, leur silhouette courbée ou pliée en deux, comme on tenterait de deviner sous un dessin au vilain feutre une esquisse originelle, je cherche le jeune homme ou la jeune femme qu’ils ont été. Je les observe et je me dis : elle aussi, lui aussi a aimé, crié, joui, plongé, couru à perdre haleine, monté des escaliers quatre à quatre, dansé toute la... [Lire la suite]
Posté par Michelio à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 07 avril

Arts & décès : le Cluedo sur un plateau de cinéma!!

     "-Vous êtes comédien n'est ce pas? -"Oui "répondit l'acteur dans un demi sourire de vanité. -Un bien beau métier approuva le policier en hochant la tête gravement. Mais ardu n'est ce pas? -Certains rôles demandent plus d'engagement que d'autres, c'est vrai. -C'est vrai que c'est malaisé de joindre les deux bouts de cette vie de saltimbanque, maisvous y gagnez la liberté heureux hommes !"  Invitée des récents quais du polar, l'auteur Sophie Henaff, qui a notamment travaillé dans un café théâtre... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 06 avril

Lecture en poche / Une longue impatience : un roman formidable à recommander à beaucoup de monde !

    "Car toujours les mères courent, courent, courent et s’inquiètent, de tout, d’un front chaud, d’un toussotement, d’une pâleur, d’une chute, d’un sommeil agité, d’une fatigue, d’un pleur, d’une plainte, d’un chagrin. Elles s’inquiètent dans leur coeur pendant qu’elle accomplissent tout ce que le quotidien réclame, exige, et ne cède jamais. Elles se hâtent et se démultiplient, présentes à tout, à tous, tandis qu’une voix intérieure qu’elles tentent de tenir à distance, de museler, leur souffle que jamais elles ne... [Lire la suite]
Posté par poyeto à 15:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 05 avril

A la Ligne; Joseph Ponthus/ un grand poème prolétarien

 On l'a appris cette semaine : Le quatrième prix Régine Deforges a été attribué à Joseph Ponthus pour son premier roman A la ligne (éd. la Table Ronde),   Ce prix lui sera remis officiellement lors du salon Lire à Limoges à suivre du 3 au 5 mai. Un roman formidable qu'on a dévoré d'une traite.   « Á quelle heure se lever se coucher faire une sieste manger boire un café ou l’apéro Je pensais tout décaler de douze heures J’embauche à vingt et une heures donc c’est comme si c’était neuf heures du matin et le... [Lire la suite]
Posté par Michelio à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 04 avril

Ils se noieront dans les larmes de leurs mères: une dystopie humaniste

   "Mes chaussures collaient au sol quand je me levais de table, car certaines personnes se débarrassaient de leur viande en la balançant simplement par terre et à force, une couche de chair grise en putréfaction s’était formée autour de chaises. Un morceau de saucisse de la veille vint se loger dans le motif de ma semelle et tandis que je me tenais en équilibre pour essayer de le décoincer avec une fourchette en plastique, je repensai à ce mec qui, dans le Coran, se réveillait prisonnier du ventre d’un poisson géant qui... [Lire la suite]
Posté par Michelio à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 02 avril

Le Cri des Corbeaux :Matthieu Parcaroli, un auteur auquel on "croaa" énormément !!

  " Combien de temps était-elle restée endormie? Elle n'avait aucune notion de temps  et avait laissé sa montre à la villa. Quant à son portable elle avait beau fouiller, elle ne l'avait plus. En croquant dans un pomme, elle eut soudain une vision que toutes les petites filles avaient du avoir enfant. Elle recracha le morceau qu'elle avait dans la bouche. Et si la pomme était empoisonnée? Et toi, idiote, tu tombes dedans dans le premier piège tendu." Quais du Polar est terminé depuis deux jours,  avec dans notre... [Lire la suite]
Posté par poyeto à 05:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 29 mars

Quais du polar 2019 : nos dix romans coups de coeur!

  Ce vendredi  29 mars, débute enfin cette tant attendue  15ème édition d'un festival qui comme on l'a déjà dit lors de la présentation de la conférence de presse va  embarquer lecteurs et détectives amateurs dans un nouveau tourbillon de tables-rondes, conférences, et animations en tout genre .  Romans, BD, série TV, cinéma, tables-rondes, rencontres, enquête urbaine, théâtre, expositions, jeux… seront au rendez-vous des 3 jours de cette nouvelle et si excitante édition de Quais du polar. ... [Lire la suite]
jeudi 28 mars

Quais du Polar 2019 / Oxygène; MJ Arlidge : une enquêtrice complexe aux prises avec ses vieux démons

      Le roman  "Am stram gram a longtemps tourné sur les tables de librairies dans les coups de coeur de nos chers libraires.   ON y découvrait pour la première fois le personnage du commandant' Helen Grace  que M.J. Arlidge a ensuite popularisé   dans les romans suivants : "Am stram gram", "Il court, il court le furet", "La maison de poupée" et le précédent , "Au feu les pompiers"...  M.J. Arlidge a toujours eu un net penchant pour  les ambiances un peu sombres, à la lisière... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 28 mars

Quais du Polar 2019 /La prière du Maure, Adlène Meddi : une plongée dans un Alger sanglant et grouillant

  "Ayback considéra la chute comme s'il le sondait. Il savait que ce dernier avait peur des conséquences d'une telle prise.Lui, Aybak, protégé de l'état major et de l'armée haïssant les services version STRUCTURE lui n'avait pas peur Il s'était juste abandonné à l'idée de catastrophe généralisée dans laquelle il  pataugeait depuis plus de 15 ans. Il avait appris à vivre avec. Pour survivre. Pour lui. Pour sa femme . Il sourit." Comme la littérature nigérianne dont nous avons parlé en début de semaine,  la... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,