dimanche 02 juin

Kazenchis se tait le dimanche;Vincent Defait

  « La concentration de symboles historiques dans ce quartier l’amusait toujours. En se penchant au-dessus du volant, Solomon pouvait voir, plus haut sur l’avenue, l’étoile rouge qui surmontait un autre monument, érigé par le régime suivant et conservé depuis en hommage aux troupes tombées dans une guerre avec le voisin somalien. L’étoile et le lion semblait converser au-dessus des têtes, un peu futilement aimait-il penser. Le futur l’intéressait davantage. La véritable grandeur du pays, il y travaillait dix heures par jour,... [Lire la suite]
Posté par Michelio à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 31 mai

Actualités poches printemps 2019 de Yves Simon à Violaine Huissman

  1/ Gérard Depardieu, Monstre ( Le livre de Poche)  "C'est toujours terrifiant de rester seul en scène devant un public sans rien dire, tout en s'efforçant d'être tout simplement." "Le chariot est déjà lourd à tirer avec ce que l'on traine en soi, mais quand devant soi, il n'y a plus de place pour rien, plus d'élan ni enthousiasme possible, il devient impossible de s'éléver." "C’est ce qui m’emmerde chez les intellectuels, chez eux la référence l’emporte toujours sur le vécu, l’explication sur le désir.Ils... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 31 mai

Mon père : le cri de douleur d'un père par Grégoire Delacourt

       "Toi, Delaunoy, ogre des aulnes, mon couteau va te pénetrer comme tu as pénétré mon fils, te déchirer le ventre, comme tu as déchiré le sien. Le mal que tu lui as fait doit t'être rendu car la justice est l'équilibre. "  On avait arrété un peu de lire les romans de  Grégoire Delacourt, La première chose qu'on regarde, un roman qui parlait de cinéma et de Scarlet Johannson, et on avait trouvé que l'écrivain, pourtant tant apprécié des lecteurs ne  brillait pas vraiment par la légéreté de... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 28 mai

Ce qui ne tue pas : Rachel Abbot s'essaie avec brio au thriller domestique !

" Mark ne tarde pas à annoncer qu'il est fatigué et veut se mettre au lit. Il est encore  à cran, il ne va pas s'endormir de sitôt. Il a envie que je le suive et en dépit de tout, j'accepte. Autant que possible, j'ai besoin de le garder de bonne humeur pendant les quelques jours qui précèdent son départ à Paris. C'est difficile. Plus difficile que je ne pouvais l'imaginer. " En Angleterre,  le sergent Stephanie King se rend au domicile d'un couple après l'appel d'une femme criant à l'aide. Sur place, deux corps... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mardi 28 mai

Stuart Neville/ Michaël Mention/ Alan Parks: revue de noir anglo saxon très noir.

    1/ Janvier noir, Alan Parks ( Rivages Noir) « Les hommes comme Dunlop Senior ne terminaient pas  dans une chambre miteuse d’hôpital public, avec des cicatrices partout sur les mains et des entailles de sabre dans le dos. Pas eux. Ils traversaient le monde sans qu’il ne leur arrive jamais rien, quoi qu’ils fassent. Pour quelqu’un comme Gray Dunlop, décider d’éliminer  Jimmy Gibbs équivalait à décider de porter aujourd’hui la cravate rouge plutôt que la bleue. Une décision vite prise et aussi vite... [Lire la suite]
Posté par Michelio à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 26 mai

#PrixAudiolib2019 "L'Art de la joie" de Goliarda Sapienza lu par Valérie Muzzi

J'étais partagée entre la réticence et la curiosité à l'idée de découvrir ce qui est aujourd'hui considéré comme un chef d'œuvre de la littérature italienne. Plusieurs amies m'avaient parlé d'une lecture incroyablement compliquée et c'est volontairement que j'ai écouté ce titre en dernier parmi ceux sélectionnées pour le Prix Audiolib 2019. Aussi, une sorte de mythe l'entourait, sachant que Goliarda Sapienza avait mis dix ans à l'écrire, que sa rédaction, fastidieuse, l'avait mise aux abois et qu'elle est morte avant de... [Lire la suite]
Posté par Borntobealivre à 15:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 24 mai

#PrixAudiolib2019 "Fief" de David Lopez lu par l'auteur

Grâce à Audiolib, j’ai à nouveau pu découvrir un texte lauréat d’un prestigieux prix littéraire, et non des moindres, car il s’agit cette fois-ci de Fief de David Lopez. Le primo-romancier a été récompensé par le Prix France Inter en 2018.                                                      L'histoire... Le personnage principal, Jonas, habite seul avec un père qui aime autant... [Lire la suite]
Posté par Borntobealivre à 12:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 24 mai

#PrixAudiolib2019 "La Toile du monde" d'Antonin Varenne lu par Julien Defaye

Le marathon d'écoutes effectuées pour le Prix Audiolib 2019 se poursuit avec celle de La Toile du Monde d'Antonin Varenne, parue en version brochée aux éditions Albin Michel à la rentrée littéraire d'août dernier. Un titre dont la couverture, sublime, laissait présager d'un joli voyage dans le Paris du début de XXème siècle...                                               L'histoire... Le récit se déroule en... [Lire la suite]
Posté par Borntobealivre à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 24 mai

Gloria Steinem/ ma vie sur la route : un voyage féministe incontournable !

"Si vous pensez vivre à une époque postféministe, sachez que la violence contre les femmes – qu’il s’agisse des infanticides, du mariage des fillettes, des meurtres d’honneur et du trafic sexuel – a produit un monde où elles sont désormais moins nombreuses que les hommes, une première dans l’histoire de l’humanité."  Chez nous, on  connaissait encore mal  il ya quelques semaines de cela,  le nom de Gloria Steinem, aujourd'hui âgée de 84 ans, militante féministe star outre Atlantique ... C'est toute la vertu de... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 23 mai

La vie en Rose : Marin Ledun plus rock que Piaf !!

  «  Nous longeons le lycée technique et le stade de foot où des gamins s’entrainent, nous passons deux lotissements, un camping municipal encore vide et, enfin, l’usine Jouve, puis nous sortons de la ville. J’accélère. Je note au passage que « l’assassin au couteau » ne fait pas dans la distinction de classe. Il bute un « fils de » comme des fils de prolos. Il ne roule pour aucune idéologie discriminante. Je me dis que par les temps qui courent, c’est déjà ça. Il ne tue pas  au hasard pour autant. La question... [Lire la suite]
Posté par Michelio à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :