jeudi 22 octobre

En toute franchise, ce nouveau Richard Ford est un grand cru!!

 Etant un inconditionnel de Ford, c'est tout naturellement que Michel s'est emparé de son tout dernier roman à ce jour, En toute Franchise, et qu'il s'est permis de faire un petit récap de son héros Franck Bascombe  en replongant avec délice dans ses étagères  de bibliothéque.. Michel aime tellement l'auteur qu'il l'aurait bien vu en Prix Nobel de la littérature 2015, cela aurait donné (enfin,) un prix nobel accessible au plus grand nombre, puisse l'académie Nobel l'entendre pour l'année prochaine..   ... [Lire la suite]

mercredi 21 octobre

Ressources inhumaines, la grande distribution, son univers impitoyable!!

  « Je n'agis pas pour obtenir des récompenses et un grade supérieur. Je travaille pour moi, pour me réaliser. Le vrai pouvoir, c'est celui qui laisse les fulgurances et les intuitions de ses collaborateurs s'exprimer. Le pouvoir absolu, c'est de savoir que l'on ne détient pas la vérité » Ressources inhumaines, percutant roman de cette rentrée littéraire 2015  édité chez Albin Michel, est comme son titre l’indique, est une critique au vitriol du monde de l’entreprise. Le metteur en scène Frédéric Viguier,... [Lire la suite]
mercredi 21 octobre

Parkeromane: quand Eric Nauleau nous dévoile tout de son addiction..

   On peut reprocher à Éric Naulleau beaucoup de choses, mais certainement pas sa fidélité en amitié ni sa persévérance pour faire connaitre au plus grand nombre l’objet de son admiration. Personnellement, avant de le suivre fidèlement en tant que chroniqueur hebdomadaire de l’émission "On n’est pas couché" (la seule émission du PAF que je regarde toutes les semaines depuis presque dix ans maintenant), je n’avais jamais entendu parler de Graham Parker (et pourtant j'aurais du, sa musique est parfois utilisée dans les... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 15 octobre

Tous nos noms : un roman profond et touchant

    Comme je l’expliquais  récemment dans ma chronique du film Méditerranea http://www.baz-art.org/archives/2015/10/01/32704791.html, en écho plus ou moins direct avec la triste actualité, le destin des migrants cesse d’être mis en valeur par une grande quantité d’œuvres culturelles depuis plusieurs années, et encore plus que d'habitude, par le hasard des sorties de cette rentrée 2015. Et après le film  qui traite de ce sujet, des désillusions de migrants africains qui ont du quitter leur... [Lire la suite]
mardi 13 octobre

Les Histoires de Marie-Hélène Lafon touchent au coeur

  « Jeanne pensa qu’elle ne ferait plus jamais l’amour, et, pour la première fois, elle eut un sentiment d’injustice. Injustice d’être née Jeanne, sœur d’une sœur qui avait déserté, fille d’une mère aux yeux durs, fille d’un père aux yeux trop mouillés ; Jeanne, elle, Jeanne de la terre, dont elle n’était plus, jeanne seule, jeanne pour mourir ; injustice d’être de ceux qui n’ont droit à rien. Elle n’avait pas la gorge serrée ; elle ne pleurait pas. Elle accompagnait son père au jardin. Elle préparait les... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 09 octobre

Le jour où Ron Rash est descendu de ses montagnes américaines..

  Comme le Festival Quai du Polar a lieu tous les ans chaque année en même temps que le Festival du film policier de Beaune dont je ne rate aucune édition, et que j'ai tendance- même si le choix est cruel- à faire passer le cinéma avant la littérature, je n'ai plus vraiment l'occasion d'assister aux passionnantes conférences et autres rencontres avec les grands auteurs de polars invités de cette manifestation à grand succès organisé dans ma ville. Heureusement cette année, le Festival- qui aura lieu du 1er au 3 avril 2016,... [Lire la suite]

jeudi 08 octobre

Le renversement des pôles, un premier roman qui ne renversera pas la rentrée littéraire..

  " Le renversement des pôles est un phénomène récurrent au cours duquel le champ magnétique de la Terre s’inverse…à l’issue de la phase de déplacement, soit le pôle revient à sa configuration initiale et on parle d' »excursion » soit il se maintient dans sa nouvelle position, on parle alors d »inversion«  » Premier roman de Nathalie Cote ( voir son site pour avoir  plus d'informations sur l'auteur) "Le renversement des pôles" raconte l’histoire de deux couples de quadras avec enfants... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 05 octobre

Le graphique de l'hirondelle, un polar danois entre Le Carré et Tchékhov

    « Marie s’interrompit pour reprendre son souffle : « Soixante mille enfants en Guinée-Bissau reçoivent une injection du DTP chaque année. Imaginons rapporter le graphique de l’expérience menée sur des rats aux êtres humains. Et supposons que la mortalité infantile après le vaccin DTP soit de 8% plus élevée. Cela voudrait dire  que le DTP serait responsable d’au moins plusieurs milliers de morts supplémentaires par an. Et souvenez-vous nous que nous ne parlons que de la... [Lire la suite]
mercredi 30 septembre

Un odieux connard qui gagne à être connu?

Il est plus que temps  en cette toute fin septembre de revenir sur une des trois lectures en poches lus cet été , des lectures dont je n’ai pas encore parlé plutôt efficaces chacune dans leur genre. On  commence par  celle de  L’Odieux Connard – Qu’il est bon d’être mauvais  paru chez Points le 4 juin  dernier. J’avais vaguement entendu parler de cet auto proclamé  odieux connard mais je n’étais jamais allé faire un tour sur son blog éponyme.   Un blog dont le concept est... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 15:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 28 septembre

Rentrée littéraire 2015 : Après le silence : un récit très émouvant sur le monde ouvrier

  « Comment peut-on mourir avant les vacances, juste avant ? Quand j’y pense… Toute l’année travailler sans vacances d’été au bout, c’est du vol. Le mois d’août, il m’en manque un, on me le doit. Le mois d’aout raté sur le fil, pour presque rien. Le mois d’août 1974, sans moi. Rose et vous trois. Mes fils. Seize ans, dix et sept, c’est ça le mois d’aout 1974. Le mois d’aout que l’on voudrait repousser, que l’on n’attend plus avec impatience mais auquel il faut désormais penser comme un devoir, à une contrainte, comme à... [Lire la suite]