28 mars 2012

Une sélection ciné placée sous le signe des U.S.A

Une fois n'est pas coutume, il y a plus de films anglo saxons que de films français dans mon choix du mercredi. Et pour courroner le tout, le seul film français qui y figure se passe à New York ,et il est réalisé par la plus holywoodienne de nos actrices réalisatrices françaises, Julie Delpy : 1. Young adult Le pitch : Originaire d’une petite ville de province où elle s’ennuyait à mourir, Mavis Gary s’est installée à Minneapolis où elle est devenue auteur de romans pour ados. Mais lorsqu’elle apprend que son ex-petit copain de... [Lire la suite]

27 mars 2012

Avant l'aube, le (génial) film de mon pote!!!

Si j'avais été journaliste cinéma (ce que je serais peut-être dans une autre vie :o), j'aurais peut-être buté sur un écueil contre lequel certains journalistes éprouvent, à mon sens, quelques difficultés, celui de réussir à écarter tout affect lorsqu'on voit un film d'un réalisateur que l'on connait personnellement. Même si j'ai l'impression que ce problème est encore plus présent pour la littérature où des journalistes pondent des papiers super élogieux sur le dernier livre- imbuvable- de leurs copains, savoir par exemple que Xavier... [Lire la suite]
26 mars 2012

Detachment: si triste, si beau...

De tous les films sortis depuis le début de cette année 2012, j'en ai ressorti  deux, qui présentent, plus que les autres, une divergence d'opinion totale entre les avis de la presse cinéma "professionnelle" et les blogueurs. Si l'un, Edgard J, le dernier Eastwood, a été plébisicité par la presse dans sa globalité, et bien plus malmené par mes consoeurs blogueuses, l'autre, Detachment, présente le reflet inverse: totalement méprisé par les journalistes ciné dans leur grande majorité, et encensé par une dizaine de blogueuses... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:10 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
25 mars 2012

Filou sait faire des beaux cadeaux (giveaway inside)

Comment cela? C'est quoi ce u'est que vous voyez en ce dimanche matin? Filou 49, le spécialiste du cinoche, vous offre du café dans son concours (bi )hebdomadaire? Certes, mais pas n'importe quel café, un café provenant d'une marque qui a un rapport avec mes arts de prédilection, la littérature et le cinéma, et cette marque c'est Carte Noire. qui avec le prix Ciné Carte noire synthétise ces deux arts. Le Prix Ciné Roman Carte Noire, créé en 2001 par Arlette Gordon et Patrick de Bourgues, est décerné à l'auteur d'un ouvrage... [Lire la suite]
24 mars 2012

Le fils à Jo ne marque pas l'essai

L'histoire : Petit-fils d’une légende de rugby, fils d’une légende, et lui-même légende de rugby, Jo Canavaro élève seul son fils de 13 ans, Tom, dans un petit village du Tarn. Au grand dam de Jo, Tom est aussi bon en maths que nul sur un terrain. Pour un Canavaro, la légende ne peut s’arrêter là, quitte à monter une équipe de rugby pour Tom contre la volonté de tout le village et celle de son fils lui-même Tiens, vous ne vous demandiez pas qu'étaient devenu mes coups de griffe du samedi? Non, tout le monde s'en fout?? Bon,... [Lire la suite]
23 mars 2012

Mes "googleries" ( 2ère partie)

Presque 3 mois après le premier volet de l'analyse mi sérieuse mi comique de mes requêtes googles, je récidive,  au vu de l'incongruité de celles ci, toujours assez insolites, faut bien l'avouer, même si, évidemment, je fais part de mauvaise foi et ne garde que les plus croustillantes : je suis un looser jai eu mon premier. amour à 18 ans.. : désolé, mon gars, (euh  si ca avait été une fille, elle aurait dit looseuse, non ?) mais je ne vais pas bien pouvoir t'aider si 18 ans, c'est  pas si tardif que ca, si. enfin tout... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 12:03 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

23 mars 2012

Béjart, la danse....et moi!!!

Je l'avoue sans rechigner: avant de connaitre ma compagne actuelle, qui a pratiqué la danse (moderne) pendant de longues années, autant je fréquentais assidument les salles de spectacle pour les pièces de théatre ou les concerts, autant je boudais ostensiblement les ballets, qu'ils soient classiques ou contemporains.  Je conservais,en effet, et comme beaucoup, je pense, une image un peu intello, un peu slérosante de la danse: je me disais qu'elle était réservée qu' àceux qui possédaient les armes et les références pour... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:05 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
22 mars 2012

Monsieur Jean Philippe Blondel, l'intime vous va si bien...

Récemment, j'ai lu un très beau roman français, sorti pendant la rentrée littéraire de septembre dernier. Ce livre s'appelle Et rester vivant, et il est l'oeuvre d'un auteur que dont j'ai lu plusieurs romans, Jean Philippe Blondel. Ecrivain à 50% de son temps et prof d'anglais troyen dans les 50% restants, Jean Philippe Blondel a publié son premier roman il y a maintenant dix ans, 'Accès direct à la plage', qui  avait connaît un grand succès de librairie (surtout dans sa version poche), mais qui, malgré une construction... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 mars 2012

Nos étoiles ont filé, Anne- Marie Révol

 11 Août 2008, deux petites filles décèdent dans un incendie, coincées dans leur chambre à l'étage. Les secours n'ont rien pu faire pour les sauver. Elles étaient en vacances chez leurs grand-parents, leurs parents étaient en voyage. Ce matin-là, la radio fait écho de ce malheur, la France entière apprend ce fait-divers et est effrayée et peinée. Dans les semaines qui suivent les magasins seront dévalisés de leurs détecteurs de fumée. Mais c'est à Anne-Marie Revol que ce drame est arrivé, ce sont ses deux... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 09:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 mars 2012

Royal, la sélection ciné de ce 21 mars!!!

Je n'aime pas forcément les formules toutes faites, mais il y a une qui, finalement, se vérifie pas mal : il n'y a que les  imbéciles qui ne changent pas d'avis. Ainsi, n'étant pas d'âme trés passéiste, j'ai toujours dit que les films historiques ne me branchaient pas vraiment, et par ailleurs, le cinéma de Benoit Jacquot m'a très souvent laissé indifférent, le  jugeant trop maniéré, trop froid, trop épuré pour moi. Et malgré cela, voici qu'en tout premier rang de ma sélection du jour, je place Les Adieux à la reine,... [Lire la suite]