08 décembre 2014

Tanta Vita : Paolo di Paolo, un romancier italien à suivre!!

    Turin 1926, à vingt-quatre ans, Piero Gobetti jeune éditeur antifasciste doit fuir Turin, quitter sa femme et son jeune fils pour s’exiler à Paris. Après la prise de pouvoir de Mussolini en 1922 puis l’assassinat du député socialiste Matteotti en 1924, l’air est devenu irrespirable pour les idéalistes comme lui. Il souffre Piero, à Paris entouré d’amis journaliste il rêve de reprendre ses activités éditoriales, mais les séquelles d’un passage à tabac  par des fascistes l’on rendu si faible. Turin 1926, Moraldo jeune... [Lire la suite]

03 juillet 2014

Jane Austen, Henry Miller, les grands maitres de la littérature anglo saxonne font peau neuve

A priori, peu de points communs entre le sulfureux auteur américain des années 30, Harry Miller,  dont la correspondance  et la relationavec Anais Nin fut des plus ombrageuses et  la si délicate et tellement british Jane Austen du siècle d'avant Miller... A part sans doute le fait que ce sont deux auteurs majeurs de la littérature anglo saxonne, et surtout que deux de leurs romans viennent d'être l'objet d'une toute nouvelle publication que nous avons eu la chance de découvrir dernièrement....  1. Crazy Cock, une... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 17:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 décembre 2013

The immigrant : James Gray est (toujours) grand!!

A moins de deux jours du baisser de rideau de l'année 2013, il est temps de vous parler des tous derniers films que j'ai pu voir en une année 2013 très prolixe en bons films, histoire de les intégrer ou non dans mon top ten que je vous livrerai la semaine prochaine ( mais dès demain, c'est le votre que je vous dévoile). Et forcément, dans ces potentielles pépites de la fin d'année, je ne peux passer sous silence le film que j'avais placé en tête de mes attentes avant mêe que l'année 2013 ne débute (même si à l'époque son titre... [Lire la suite]
23 décembre 2013

Proust contre Cocteau: and the winner is.....

Une fois remis de notre incroyable rencontre avec Philippe Geluck du mercredi 11 décembre, il a bien fallu revenir, pour nous deux, les rédacteurs de baz'art, à du plus ordinaire, et même au turbin, si j'ose dire avec la rédaction de chroniques littéraires non agrémentées hélas de rencontres avec l'auteur... Et comme je suis un patron sans scrupules, c'est ce cher Michel qui s'y est collé en premier, avec la chronique d'un essai au titre intriguant, "Proust contre Cocteau"...Bon, ca tombe bien, l'épreuve n'a pas été, d'après ses... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
31 juillet 2013

Des Landes où il fait bon s'y laisser plonger...

Ca nous pendait au nez depuis quelques semaines déjà, et en ce mercredi 31 juillet, le couperet est tombé: pas de sélection ciné de la semaine, faute de combattants... Car là, franchement, j'ai beau regarder la liste dans tous les sens, je n'arrive pas à ressortir 3 films qui me tentent...je pense que j'irais voir  les Schtroumpfs 2 avec les miens, car vu que le premier volet ait passionné mes loustics, ils ont noté depuis longtemps la date du 31 aout, mais c'est pas vraiment mu par une volonté évidente de ma part... Non, dans... [Lire la suite]
17 août 2011

Monsieur Vertigo: quand Paul Auster nous fait tutoyer les anges

Troisième volet de ma série "Les histoires extraordinaires du jury littéraire de mon quartier" après Farhenheit 451 et Une promesse -le 4e livre composant la sélection, une obscure histoire d'Inuit marchant dans l'antarctique à la recherche d'un renne m'ayant, comment dirais je? légerement  peu passionné ( litote, litote, j'aime ton nom :o)- c'est avec un des romans les plus célèbres de Monsieur Paul Auster, Monsieur Vertigo que je la clôture donc. Contrairement à la personne qui partage ma vie, je ne suis pas un inconditionnel... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 07:10 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
19 mai 2011

Minuit à Paris, Woddy love Pariss very much...

Minuit à Paris, où l'art  Pour Woody Allen de se réinventer  tout en faisant à chaque fois le même film.. En effet, on retrouve dans ce film tout ce qui fait le sel de la grande maljorité des films du réalisateur new yorkais, que ce soit  la façon de parler des comédiens,  ce mélange entre discussions profondes et métaphyisques sur le couple, l'intelligence, ces personnages jamais totalement satisfait de leur vie et qui rêve forcément d'un ailleurs- goégraphique  ( et ici statio temporel), sans oublier... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 07:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,