mardi 01 octobre

Interview de Mati DIOP. réalisatrice du film "Atlantique "

Atlantique est un long métrage qui sort demain en salles et qui fait partie des grands événements cinéma de cette rentrée, comme on l'a déjà dit la semaine passée.  On a  eu l'immense chance de rencontrer sur Lyon sa réalisatrice il y a deux semaines, voici le compte rendu de ce passionnant échange :   Henri Roy  Baz'art :  Aviez vous des le début du projet de votre long métrage ce parti pris qui caractérise Atlantique, à savoir transformer votre chronique sociale en thriller fantastique, ou... [Lire la suite]

samedi 28 septembre

[CONCOURS CINEMA] : 10 PLACES A GAGNER POUR VOIR ATLANTIQUE !!

 Atlantique est un  long métrage qui sort dans moins d'une semaine et qui fait partie des grands événements cinéma de cette rentrée . On en dit beaucoup de bien dans notre chronique cinéma parue jeudi dernier .. Avec beaucoup de singularité de poésie et d’audace Mati Diop réinvente la romance à la Roméo et Juliette et y insuffle en même temps une portée sociale et un film de revenants...  Synospis  : Dans une banlieue populaire de Dakar, les ouvriers d’un chantier, sans salaire depuis des mois, décident de... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 26 septembre

Critique cinéma : Atlantique, la poignante histoire d'amour et de fantômes de Mati Diop

    Hasard de l'actu culturelle: journée spéciale Sénégal et histoires de  naufrage en mer et de deuil impossible avec une lecture et un film qui se rejoignent  et s'entrecroisent en cette rentrée 2019.. Après le beau roman de Fatou Diome présenté il y a quelques heures, voici  donc une mise en avant d'un long métrage qui sort dans moins d'une semaine et qui fait partie des grands événements cinéma de cette rentrée ...    Nièce du grand réalisateur sénégalais Djibril Diop Mambéty,... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 01 juin

La Maison Atlantique: le huis clos psychologique et tendu de Philippe Besson

Quatrième de couverture : J’ai souvent repensé à la mise en place du piège qui allait se refermer sur nous. À cet étrange ballet à quatre, dans lequel parfois s’immisçait un étranger. À ces va-et-vient d’une maison à l’autre, du jardin à la chambre, de la fraîcheur de la véranda à la chaleur de la plage ; ces déplacements infimes que nous accomplissions et qui tissaient à leur manière une toile où nous allions nous empêtrer. À cette langueur de juillet, lorsqu’on succombe à la paresse et que le désir s’insinue. À ces abandons... [Lire la suite]